L’Italie donne de l’air à ses gardiens ?

Par Nadhem Korbi publié le 12 Avr 2017

Pour les sélectionneurs de la Nazionale, le poste de gardien de but était un vrai casse-tête. Qui prendre ? Qui laisser ? Et même qui titulariser ? Il y avait tellement de bons gardiens que ça devenait parfois un dilemme. De Pagliuca à Buffon en passant par Peruzzi et Toldo. Sans oublier Zenga et le grand Dino Zoff. Et la liste est encore longue. Mais, pendant un bon moment, le niveau des portiers italiens a dangereusement baissé et le trou s’était élargi entre Buffon et le reste. D’ailleurs, à l’aube de chaque compétition internationale, tout le monde craignait une blessure ou un malaise pour le gardien de la Juventus parce qu’il n’avait pas de remplaçant digne de confiance. La Coupe du Monde 2010 peut le prouver. Ces dernières années, entre un Marchetti très moyen et un Perrin qui n’arrive pas à confirmer avec ses blessures, Buffon s’est souvent trouvé seul. Et même Sirigu, sur lequel les espoirs étaient grands, s’est en fin de compte perdu.

L’exode massif des étrangers

Il suffit de jeter un coup d’oeil sur les gardiens des tops clubs italiens pour comprendre le fond du problème. A part la Juventus et le Milan AC, tout le reste compte sur des gardiens étrangers. L’AS Roma confie sa cage à Szczesny et Alisson. Le Napoli à Reina et Rafael. Mais aussi la Lazio (Marchetti est actuellement blessé), l’Inter, la Fiorentina et même l’Atalanta. Le problème existe même chez les remplaçants qui ne sont parfois pas Italiens ! Les conséquences ? De toute évidence, ce sont les jeunes portiers qui le payent cash ! Ils doivent donc choisir entre cirer le banc toute la saison ou partir en prêt dans les divisions inférieures. Le meilleur exemple dans ce cas est le prometteur Simone Scuffet qui joue à l’Udinese « grâce à » la blessure de Karnezis alors qu’il a fait une saison pleine l’année dernière à Como. L’impact du problème est direct sur la Nazionale: le 3ème gardien de la Squadra Azzura joue en Serie B : Alex Meret !

Le bout du tunnel ?

Pour être clair, tout le monde avait peur pour l’après Buffon avant l’apparition de Donnarumma. Mais, le nouveau phénomène milanais ne cesse de confirmer qu’il sera certainement un très grand gardien pour son club et pour la Nazionale. La solution est donc simple: les jeunes doivent jouer. Nul doute dans le grand talent des portiers transalpins. Et avec les nouvelles décisions de la FIGC (comme le 4+4), ils auront plus de chances pour montrer ce qu’ils peuvent faire. Beaucoup impressionnent déjà dans les catégories des jeunes comme Plizzari chez les U19 du Milan ou Satalino chez les U19 de la Fiorentina. Pourquoi donc ne pas les faire jouer chez les pros ? Le niveau de certains gardiens étrangers recrutés et préférés aux jeunes pousses italiennes fait parfois douter concernant la politique de recrutement des clubs de la Serie A. Toutefois, il faut rester positif, Donnarumma est là !

Nadhem Korbi

Rédacteur



Lire aussi