Isla pose ses valises à Cagliari

Par Ken Fernandez publié le 16 Août 2016
Crédits

Cagliari

Indéboulonnable avec le Chili, Mauricio Isla éprouve plus de problèmes à stabiliser sa carrière en club. Voilà tout le paradoxe d’un joueur humble et travailleur qui, à 28 ans, souhaite laisser sa trace dans une équipe.

Un parcours laborieux

Après cinq années de progression à l’Udinese, Isla décide en 2012 de franchir un palier en rejoignant la Juventus. Un club pour lequel, il le reconnaîtra plus tard, il n’avais pas le niveau. Une lucidité rare pour un joueur toujours irréprochable. Après deux saisons mitigées à cirer le banc de la Vieille Dame, l’arrière droit polyvalent est envoyé à QPR, en Premier League. Saison difficile et nouveau départ en prêt l’année dernière à Marseille. Isla se plaît du côté de la cité phocéenne et réalise une saison solide à 38 matchs malgré la crise qui entoure l’OM. Sans contact de son ancien club cet été, le Chilien a donc choisi de chercher la stabilité ailleurs. L’heureux élu est Cagliari.

Cagliari, le début de la sérénité ?

Désiré ardemment par Stefano Capozucca, le directeur sportif, Isla arrive chez le champion de Serie B déterminé. L’ancien club de Mauricio Pinilla n’a d’ailleurs pas hésité à débourser 4M€ pour sa recrue de poids. Avec ses trois scudetti et ses 157 matchs de Serie A, Isla s’inscrit dans le recrutement estival expérimenté des Rossoblù. Le nouveau numéro 3 arrive dans le sillage de Simone Padoin, 32 ans et autre ancien de la Juve, du champion d’Europe Bruno Alves et de Marco Borriello, tous deux âgés de 34 ans. Des «anciens » sur lesquels compte s’appuyer Massimo Rastelli, un entraîneur qui a donné sa chance aux jeunes pour réussir l’ascenseur et retrouver la Serie A 

Polyvalence et esprit sélection

Et il pourra sans hésitation s’appuyer sur son couteau suisse chilien. Partout où il est passé, la polyvalence d’Isla a facilité le travail de ses entraîneurs. Le joueur, attaquant de formation peut évoluer sur l’ensemble du côté droit et occuper tous les postes ou presque du milieu de terrain. Le président du club sarde, Tommaso Giulini a souligné qu’il avait recruté un arrière droit. Isla devrait prendre la place de Fabio Pisacane, défenseur central de formation qui a plus que dépanné au poste de latéral la saison passée. Pourtant, au fil de la saison, son poste pourrait évoluer lorsque l’équipe aura besoin de sa technique et de son abattage au milieu du 4-3-1-2 de Rastelli. Le dispositif qui a permis au club d’inscrire 73 buts en 40 matchs la saison dernière sera reconduit, même si l’idée d’un 3-5-2 enfle de plus en plus au Casteddu. Une tactique dans laquelle Isla et Padoin ont déjà joué sous Conte à la Juventus… Pertinent.
D’autant que pour le joueur, signer en Sardaigne apparaît comme un choix plus qu’intéressant. Comme il l’a souligné lors de sa présentation, Isla ne « signe pas seulement à Cagliari, mais sur une île ». Cette approche insulaire est peut être un moyen pour le chilien de retrouver cet esprit sélection qu’il adore. Depuis 2009 et son intronisation par Marcelo Bielsa, le latéral n’a plus lâché le Chili. 79 sélections et deux Copa America plus tard, le voici dans un club à forte identité, porte-étendard de la Sardaigne dans la botte. Son caractère, son abnégation et sens du sacrifice ont déjà tout pour séduire les très chaud tifosi de Cagliari.




🔥 Les sujets chauds du jour :

Un international danois dans le viseur de la Juventus

La Juventus pousse pour Jean-Clair Todibo

Alvaro Morata au Milan AC, ça se précise

Un cador italien sur la piste de Karim Adeyemi

Denzel Dumfries sur le point de renouveler à l’Inter Milan

Avatar

Ken Fernandez

Rédacteur



Derniers articles