Inter, objectif retour en Champions League

Par Paul Focki publié le 24 Fév 2016

MADRID, SPAIN - MAY 22: Javier Zanetti of Inter Milan lifts the UEFA Champions League trophy following their team's victory at the end of the UEFA Champions League Final match between FC Bayern Muenchen and Inter Milan at the Estadio Santiago Bernabeu on May 22, 2010 in Madrid, Spain.  (Photo by Shaun Botterill/Getty Images)

L’Inter ne participe à aucune compétition européenne cette saison et n’a pas d’autre choix que celui de se concentrer sur la Serie A afin de retourner en Champions League, sans quoi tout le projet nerazzurro serait remis en cause.

Une qualification primordiale

Les problèmes économiques ont depuis quelques années rattrapé l’Inter: les dettes sont estimées à environ 417 millions d’euros. Cela n’a pourtant pas empêché Erick Thohir d’assouvir les désirs et besoins exprimés par Roberto Mancini sur le mercato en déboursant près de 90 millions d’euros. Fair-play Financier oblige et budget plus que limité, la plupart des joueurs enrôlés en 2015/2016 font l’objet d’un prêt payant avec une option d’achat dont le paiement sera effectué au cours des années suivantes en fonction de certains critères, dont la participation, ou non, à la Champions League. Donc, plus vite l’Inter aura la possibilité de voir ses revenus augmenter et plus tôt ses dettes pourront être réduites.

Ainsi, le seul moyen actuel, à défaut de remporter des titres, est de participer à une compétition européenne, la Champions League étant nettement privilégiée à l’Europa League. La finalité des objectifs interistes est de redorer le blason nerazzurro pour finalement figurer à nouveau parmi les plus grands d’Europe. Pour cela, il est nécessaire de posséder une équipe compétitive et c’est ce qui semble prendre forme depuis un peu plus d’un an. Cependant, tant que la situation financière ne se sera pas améliorée, la politique de l’Inter sur le marché des transferts restera identique : pas d’achat sans vente. Si aucun joueur n’entre dans l’effectif tant qu’aucun autre n’en sort, il faudra alors se montrer patient avant de voir une réelle amélioration de la qualité de l’effectif et des résultats pouvant mener à un retour en Champions League. Malheureusement, à mesure que le temps avance, les dettes grandissent. Il ne suffirait pourtant qu’une seule participation à la plus prestigieuse des compétitions pour permettre à l’Inter de se redresser tant au niveau financier que sportif.

Objectif réalisable ?

Avec la Juventus et le Napoli qui se partageront certainement les deux premières places du podium, il ne reste plus que la troisième place, synonyme de tour préliminaire, occupée par la Fiorentina mais aussi grandement convoitée par l’Inter. En se basant sur la première partie de saison, les interistes ont montré qu’ils avaient les qualités pour se battre et figurer dans le trio de tête. Cependant, la concurrence est rude car l’AS Roma, mais aussi le Milan AC plus récemment, peuvent prétendre à la Champions League. De plus, l’Inter a déjà perdu beaucoup de points en route en s’inclinant à la fois contre les rossoneri puis face aux Florentins. D’ailleurs, la marge d’erreur permise est réduite puisque les nerazzurri doivent encore affronter une fois l’AS Roma, le Napoli et la Juventus.

Depuis 2012, année de la dernière apparition de l’Inter en Champions League, il faut en moyenne 70 points pour au moins accéder aux play-offs de la coupe aux grandes oreilles. Avec 1,85 points pris par match et les 48 points déjà acquis, l’Inter reste parfaitement dans la course, même si les résultats sont moins réguliers qu’auparavant. L’effectif dont dispose Mancini a été largement remanié afin de réaliser une bonne saison et rivaliser au mieux avec les meilleures équipes. Toutefois, en cas d’échec et de non qualification en Champions League, il se pourrait que quelques-uns des meilleurs joueurs (Handanovic, Brozovic, Icardi) soient contraints de quitter le club pour combler les pertes financières.

Paul Focki

Rédacteur Inter



Lire aussi