Guide de la saison 2015-2016 : Lazio

Par Cesco publié le 10 Sep 2015
Crédits

lazio

OBJECTIF DE LA SAISON : LA CHAMPIONS LEAGUE

Troisième l’année passée, la Lazio espère cette saison faire aussi bien, à savoir, la zone Champions League, pour cette fois y accéder vraiment …

LE MERCATO

Arrivées  : Milinkovic-Savic (acheté au KRC Genk), Kishna (acheté à l’Ajax), Matri (prêté par le Milan AC), Hoedt (gratuit, Alkmaar), Patric (gratuit, Barca B), Morrison (libre)

Départs : Cavanda (vendu à Trabzonspor), Alfaro (vendu à Buriram United), Ederson (vendu à Flamengo), Ciani (fin de contrat, Sporting), Cana (vendu à Nantes), Ledesma (fin de contrat), Pererinha (fin de contrat Atlético PR), Novaretti (fin de contrat, Leon), Pereya (prêté à Troyes)

Autres opérations : Basta (racheté à l’Udinese), Mauricio (racheté au Sporting), Gonzalez (prêté à l’Atlas), Vinicius (prêté au FC Zurich)

Alors que la Lazio avait l’occasion de retrouver la Champions League en cette saison 2015/2016, un mercato ambitieux aurait pu être envisagé. Que nenni, Lotito n’a pas fait de folies (contrairement au gros mercato réalisé la saison passée) en raison du peu d’argent que les départs ont entrainé. Ainsi, Milinkovic-Savic est le seul réel investissement au milieu de quelques coups chinés gratuitement ou presque. Suffisant pour envisager une saison à succès ? À priori non, mais sait-on jamais. La bonne nouvelle reste le dégraissage de l’effectif avec de nombreux départs.

LA RECRUE PHARE : SERGEJ MILINKOVIC-SAVIC

Arrivé de Genk, club belge qui a vu émerger Courtois, Benteke ou encore De Bruyne, le jeune serbe U20 débarque avec plein d’espoirs à la Lazio. Étiquette jeune talent oblige, il devra se battre en Italie car les places sont chères, mais s’il montre les même choses qu’au Mondial U20 où il a terminé 3ème meilleur joueur du tournoi, il y a de grandes chances que la Lazio tienne un très bon élément d’avenir au milieu.

LA RECRUE FARCE : ALESSANDRO MATRI

Double coup dur pour la Lazio. Après avoir perdu Klose pour une longue période, elle doit s’atteler à rafistoler son attaque. L’arrivée de Matri n’était donc pas forcément prévue à la base et il a fallu agir vite. Autant le prêt ne coûte rien, autant le potentiel offensif de l’attaquant italien est très discutable depuis quelques temps. l’Olympique de Marseille n’en voulant pas, Matri a trouvé un point d’ancrage à la Lazio. Pas sur que les tifosi soient très enthousiastes.

L’EFFECTIF

Dans les buts, logiquement c’est Marchetti qui tient les rênes. Sauf que l’international italien est tellement souvent blessé, que Berisha peut espérer mieux qu’une place de numéro 2. Guerierri quant à lui se contentera d’apprendre tranquillement sur le banc

En défense, De Vrij et Gentiletti tiennent la corde pour les postes de titulaires. Mauricio, Hoedt et Prce sont prêts en back-up. Sur les côtés, la Lazio est bien fournie ! Basta, récemment racheté à l’Udinese n’est plus locataire mais propriétaire de son côté droit, tandis que le taulier Radu occupera le sien à gauche et peut glisser dans l’axe pour une défense à 3. Derrière eux, Konko, Patric, Braafheid sont aux aguets pour gratter du temps de jeu.

Dans l’entre-jeu, le désormais capitaine, Biglia sera indéboulonnable. Pour les deux postes restants, Parolo et Lulic semblent être les préférés de Pioli, même si le Bosnien peut reculer d’un cran si besoin est. Onazi, Cataldi et dans une moindre mesure Morrison et Oikonomidis, intégré de la Primavera, devraient assurer les rôles de remplaçants. Milinkovic-Savic quant à lui, devrait avoir du temps de jeu sous la dent et pourquoi pas à l’avenir, représenter le futur de la Lazio au sein du milieu de terrain.

En attaque ça se bouscule. Avec la blessure récente de Klose et celle de Djordjevic qui dure, la place est vacante même si Keita Balde a le talent nécessaire pour le suppléer à ce poste. Matri est limite le quatrième choix. Sur les côtés, Candreva et Felipe Anderson sont deux crans au dessus des autres, c’est à dire Kishna et Keita. Revenu en dernière minute, Mauri risque de vivre une saison difficile.

L’entraineur : Stefano Pioli

La saison dernière a confirmé tout le bien qu’on pensait de lui, reste à savoir s’il sera encore capable d’élever son niveau de coaching. Tactiquement, c’est encore le flou, la défense à 3 fait de plus en plus sa réapparition pour un 343 pas toujours convainquant. Le mieux reste encore le 433 plus équilibré ou sa version de secours, le 4231. Unique certitude, la place pour un seul avant-centre.

L’équipe-type




🔥 Les sujets chauds du jour :

« Scamacca peut être l’avant-centre dont l’Italie a besoin », Cesare Prandelli

Frattesi nomme deux légendes italiennes comme étant des modèles

Jorginho révèle deux choses dont l’Italie a besoin pour battre l’Espagne

Totti nomme deux joueurs italiens qui auraient pu figurer dans l’équipe de la Coupe du monde 2006

« Nous devons être confiants et fiers de cette équipe nationale », Claudio Marchisio

Avatar

Cesco

Rédacteur en Chef



Derniers articles