Et si c’était l’heure de Gnoukouri à l’Inter ?

Par Cesco publié le 22 Fév 2016

gnoukouriL’année passée, Mancini sortait de sa botte face au Hellas un jeune ivoirien que seuls les acharnés des équipes de jeunes connaissent. Assange Gnoukouri. Avec un physique longiligne et une dégaine sur le terrain rappelant Patrick Vieira, il impressionne son entraineur et apporte un vent de fraicheur nécessaire à une équipe de l’Inter empruntée.

Momentum puis amnésie

Comme l’année passée, c’est lorsque le printemps arrive que Gnoukouri fait son apparition. Et comme l’année passée, c’est face à un gros morceau qu’il aura (peut être) l’occasion de s’exprimer. Contre le Milan AC (0-0) ou face à l’AS Roma (2-1), il avait fait étalage de tout son talent et la presse avait alors encensé celui qui devait devenir le futur métronome de l’Inter. Des prestations de haute volée qui cependant n’ont pas été retrouvées durant sa pré-saison à Brunico l’été dernier. En effet, plutôt maladroit il s’est vu être relégué au bas de l’affiche par la faute d’un Kondogbia étincelant (on a dit en pré-saison hein) et d’un Felipe Melo arrivé à l’aube du début du championnat. Face à l’expérience, le jeune Gnoukouri a du attendre tout en s’entrainant régulièrement avec l’équipe première. De quoi apprendre et accumuler de l’expérience. Si les tifosi l’ont semble t-il oublié, son entrée face à la Sampdoria est venue rappeler aux tifosi son existence et ses capacités.

Le chainon manquant d’un milieu fantomatique

Depuis le début de la saison, c’est simple, Mancini n’arrive pas à stabiliser son milieu de terrain. Si Kondogbia n’avait pas été bon, les performances de Medel et Melo suffisaient à pallier les difficultés du Français. Désormais, ces joueurs là évoluent un cran en dessous (Brozovic également) et c’est tout l’entre jeu de l’Inter qui en souffre que ce soit sur phase offensive ou défensive. D’ailleurs les résultats depuis la nouvelle année sont révélateurs : 3 victoires, 3 nuls et 3 défaites. Une irrégularité chronique et une même observation, le manque de punch au milieu pour impulser les attaques. Ça tombe bien, car lui, l’impact et l’énergie il en a, de l’audace également et une envie d’aller vers l’avant permanente. On pourrait presque dire que c’est Kondogbia sans les 30 millions qui vont avec et une confiance au beau fixe. Face à la Juventus, Gnoukouri pourrait donc briguer un poste de titulaire et ce serait mérité à la vue des étapes qu’il franchit avec brio. Dans le 4-4-2 plus défensif que Mancini a souhaité mettre samedi dernier, l’Ivoirien trouverait parfaitement sa place aux côtés d’un Melo afin de verrouiller et de retrouver la solidité de la première partie de saison. Alors, Gnoukouri titulaire dimanche prochain ? Rien n’est moins sûr.

Cesco

Rédacteur en Chef



Lire aussi