Le Duel : Miranda VS Rodriguez

Par Giuliano Depasquale publié le 25 Nov 2016

duel-italie

LE COIN ROUGE : MIRANDA

L’expérience à l’état pur

Simplement l’un des meilleurs transferts de ces dernières années, Miranda ne cesse de rassurer dans la défense interista, assumant son rôle de leader pleinement. Miranda, c’est en quelques sortes le capitaine officieux de l’Inter, toujours présent pour crier des consignes et recadrer ses équipiers, tout en effectuant son travail à fond. Il faut dire que son long passage à l’Atlético lui a permis d’acquérir une grande expérience qu’il met désormais à profit en appréhendant calmement les assauts de l’adversaire. Mais son jeu n’est évidemment pas parfait, puisqu’il lui arrive cette saison de mal anticiper l’action d’un joueur ou de louper une passe dans une situation périlleuse.

Contre la Fiorentina ça donne quoi ?

Miranda n’a, jusqu’ici, eu l’occasion de se frotter à la Fiorentina qu’à deux reprises, et on ne peut pas dire que ses prestations font partie de ses meilleures. En début de saison, il trouvait prématurément le chemin des vestiaires à cause d’un carton rouge reçu à la suite d’une faute en tant que dernière homme sur Kalinic, alors que l’Inter perdait déjà 3-0 (score final 4-1). Il était alors difficile de faire pire au match retour (défaite 2-1), mais le Brésilien n’a pas pour autant brillé. Bernardeschi s’est baladé toute la partie et avait l’espace pour tirer à chaque fois qu’il en avait envie. Le moment est donc venu de rattraper ça.

LE COIN BLEU : GONZALO RODRIGUEZ

Capitaine sérénité

Joueur de l’ombre de la Serie A depuis maintenant quatre ans, Rodriguez est immédiatement devenu un atout de la défense florentine pour finalement vêtir le brassard de capitaine. Son mètre 82 combiné à sa belle détente lui permet de surprendre ses adversaires dans la surface, que ce soit pour défendre son camp ou pour envoyer le ballon au fond des filets, sa moyenne de cinq buts par saison en atteste. Et tout comme son homologue interista, Rodriguez possède assez de sérénité en défense pour éloigner le danger tranquillement. D’ailleurs, il est tellement lucide quand un joueur vient pour lui dérober la balle qu’il a déjà réussi plus d’un petit pont. Avec une très bonne couverture et une grande précision dans ses relances, il peut être très dangereux sur plusieurs fronts, même s’il a tendance à recevoir un carton jaune pour des gestes évitables.

Contre l’Inter ça donne quoi ?

Le premier match en 2012 a été un fiasco avec une expulsion à l’heure de jeu et une défaite à la clé. Depuis, Rodriguez s’est bien rattrapé, puisqu’il a participé entièrement à chaque rencontre face aux Nerazzurri et a toujours effectué de bonnes, voire de très bonnes prestations. Il ne lui reste plus qu’à trouver la faille devant Handanovic et il sera un homme comblé.

Et le vainqueur est ?

Rodriguez remporte ce duel, même si, globalement, Miranda le surpasse. Certes, les deux possèdent des caractéristiques similaires, avec un potentiel plus grand pour le Brésilien, mais c’est bien l’Argentin qui s’est affiché comme étant le plus efficace dans les confrontations entre les deux équipes. Contre l’Inter, Rodriguez a toujours fait ce qu’il fallait, tandis que Miranda s’est à chaque fois loupé contre la Fiorentina. Puis, le Nerazzurro a beau être plus grand de quatre centimètres, c’est le joueur de la Viola qui fait le plus mouche sur coup de pied arrêté.

Giuliano Depasquale

Rédacteur



Lire aussi