DOSSIER (partie 2) : la Coupe du Monde 2010, à bout de souffle

Par François Lerose publié le 10 Juin 2018

Quatre ans après le succès de la Nazionale en 2006, Marcelo Lippi revient sur le devant de la scène en Afrique du Sud pour défendre un titre avec une grande majorité de l’ancienne garde italienne. Tirer sur la corde n’aura pas été bénéfique puisqu’à l’issue de la phase de groupes, l’Italie est éliminée, dans une poule à sa portée avec la Slovaquie, la Nouvelle Zélande et le Paraguay.

2010 : le premier avertissement

Trois matchs seulement pour la Nazionale et une moyenne d’âge beaucoup trop élevée pour certains (29 ans) tandis que l’Italie présente le 3ème plus vieux onze des équipes européennes derrière le Danemark et l’Angleterre de … Fabio Capello.

Au niveau des clubs italiens qui fournissent la Nazionale, c’est la Juventus qui tient la corde malgré une 7ème place à l’issue de la saison. Elle renouvelle en mieux la performance de 2006 qui la voyait finir championne d’Italie avant le Calciopoli. A noter, l’Inter qui porte le football italien sur cette année 2010 en Europe, n’a quasiment aucun joueur italien dans son onze et n’est pas représentée au sein de la Nazionale. Voici la répartition par club.

Juventus – 6 : Buffon, Chiellini, Cannavaro, Marchisio, Camoranesi, Iaquinta

Milan AC – 3 : Zambrotta, Gattuso, Pirlo

Napoli – 3 : De Sanctis, Maggio, Quagliarella

Fiorentina – 2 : Montolivo, Gilardino

Genoa – 2 : Criscito, Bocchetti

Sampdoria – 2 : Palombo, Pazzini

Udinese – 2 : Di Natale, Pepe

Bari – 1 : Bonucci

Cagliari – 1 : Marchetti

AS Roma – 1 : De Rossi

Une nouvelle fois, l’Italie présente une sélection composée uniquement de joueurs du contingent national. Pas la même réussite qu’en 2006… Cette année, l’Allemagne l’accompagne dans ce style.

L’Italie est le troisième championnat à fournir le plus de joueurs pour le mondial derrière l’Angleterre (115) et l’Allemagne (84). 79 joueurs proviennent de Serie A.

Cette Coupe du Monde 2010 sera aussi une première pour le tenant et le finaliste de l’édition précédente, puisque ni l’Italie, ni la France ne passeront les poules. Une première, qui plus est sans gagner une seule partie.

Sur cette édition, c’est l’Inter qui se classe en compagnie des tops clubs européens à la 4ème place de ceux qui fournissent le plus d’internationaux (10), mais aucun pour l’Italie. A la 5ème place, la Juventus avec 9 joueurs, puis l’Udinese (8) et le Milan AC (7). L’AS Roma et le Napoli sont à la traine avec 5 joueurs chacun.

Un papier manqué ? Retrouvez le ici !

Première partie : Ou en sont les viviers internationaux des clubs ? (2006)

François Lerose

Rédacteur en Chef



Lire aussi