DOSSIER : Les notes de la Serie A 19/20 – deux rivaux que tout oppose

Par Cesco publié le 03 Août 2020

Le championnat version 2019/2020 a délivré son verdict. Les équipes ont eu 38 journées pour montrer de quoi elles étaient capables. Voici le carnet de notes des 20 participants de Serie A pour cette saison particulière, la plus longue de l’histoire en raison du coronavirus.

La note est attribuée sur un total de 20 points en tenant compte des critères suivants :

– Objectifs du club en relation avec les résultats obtenus : 7 points
– Prestation globale et régularité : 5 points :
– En coulisses : 5 points
– Statistiques : 3 points

Juventus

Objectifs du club en relation avec les résultats obtenus : La Vieille Dame avait pour objectif principal d’enfiler une 9ème perle consécutive à son palmarès, le 36ème de l’histoire du club. C’est chose faite. Autre objectif annoncé, le virage dans le jeu avec le recrutement de Sarri, celui ci n’a pas été une évidence au cours des 38 journées de Serie A. L’année d’adaptation ? Total : 5/7

Prestation globale et régularité : C’est là où la Juventus a déçu. En délicatesse trop souvent, elle a montré des signes de faiblesse inhabituels. Ses 83 points sont un faible total quand on les compare à ses titres précédents. Pire, il y avait toujours cette impression de contrôle sans maitrise, de domination stérile qui auraient pu lui jouer des tours. Au final il n’en a rien été, elle termine meilleure des 20, championne d’Italie. Mais l’avertissement est bien réel. Total : 3/5

En coulisses : La force de la Juventus, c’est d’être stable sur le terrain et en dehors. Malgré une arrivée de Sarri et un mercato discuté, il n’y a pas eu de vagues et c’est une bonne chose quand on se rappelle 2017 et les fameux soucis de vestiaires sous Allegri. Pourtant la presse a essayé de créer des doutes, mais rien n’a fuité. Total : 5/5

Statistiques : Les statistiques de cette Juventus sont bonnes bien évidemment. Elle est championne en titre encore une fois mais 7 défaites, 43 buts encaissés et 12,4 tirs encaissés par match, malgré une possession de 57,2% (la meilleure de Serie A), c’est trop. Si en plus on ajoute la dépendance offensive affichée d’un CR7 qui brille à nouveau avec 31 buts, le constat est mitigé. Total : 1,5/3

NOTE FINALE : 14,5/20

La Juventus a réalisé ce pourquoi elle est venue, sans forcer sans en faire plus, comme un élève qui a besoin d’un 14 et qui obtient un 14 sans chercher à avoir un 16. Une sensation de repos sur les acquis qui perdure et une pointe d’inquiétude qui apparait quand au projet et au jeu. Quid de Sarri ? Quid de certains joueurs qui n’ont pas été au niveau face à une concurrence qui se rapproche peu à peu ? Attention à ne pas trop se reposer.

Inter

Objectifs du club en relation avec les résultats obtenus : L’Inter abordait pour la première fois une saison sans le poids du FPF sur les épaules. Le recrutement d’Antonio Conte était suivi de l’annonce « réduire le gap avec la Juventus ». Au final, le bilan est plus que satisfaisant, l’Inter finissant à 1 point de sa rivale (+13 points par rapport à la saison dernière), son meilleur total de points depuis 2010 en poche. Toutefois, il manque quelque chose car on est persuadé qu’il y avait la place pour plus. Total : 6/7

Prestation globale et régularité : Conte voulait faire disparaitre la Pazza Inter, il n’a pas totalement réussi. Même si l’Inter n’a pas traversé de crise majeure de résultats comme à son habitude les années précédentes, elle a calé dans des moments clefs avec certains gâchis qui laissent des remords, que ce soit face à Sassuolo, Bologna ou encore face à la Lazio. Face à sa principale rivale, la Juventus, le constat est encore sans appel : deux défaites. Total : 3/5

En coulisses : Si la stabilité semble être retrouvée avec un projet qui avance bien, l’Inter a trouvé le moyen de mettre l’huile sur les restes de braises de sa légendaire histoire complexe. La sortie d’Antonio Conte dans les médias, les histoires de taupes, les sorties de Zhang sur Instagram au moment de la COVID ou encore l’absence des délégués lors du vote du calendrier de reprise, des erreurs qui font tache pour un club qui se veut en voie de devenir à nouveau très grand. Total : 2/5

Statistiques : Cette saison, les motifs de satisfaction sont présents à tous les niveaux. Meilleure équipe à l’extérieure, meilleure défense du championnat, seule équipe à avoir encaissé moins d’un but par match en moyenne, équipe avec l’indice de dangerosité le plus élevé. Tout le monde participe avec 18 buteurs différents, un record pour le club dans son histoire. L’alchimie est totale. Total : 3/3

NOTE FINALE : 14/20

L’Inter progresse, c’est indiscutable. Elle a fait un pas de géant sur le terrain pour se montrer à la hauteur de ses futurs objectifs. Il ne lui reste plus qu’un pallier à franchir, la stabilité de gestion. Cela passe par assainir en interne les relations entre les différents secteurs et maitriser une communication interne qui fuite encore trop et qui transpire les problématiques. Son axe de progression se situe là.

A lire aussi :

1. Deux rivaux que tout oppose (Juventus, Inter)
2. La surprise et la confirmation au top niveau (Atalanta, Lazio) – A suivre

Cesco

Rédacteur en Chef



Lire aussi