DOSSIER : Euro 2016 – Pellè, l’illustre inconnu en Italie devenu protagoniste le temps d’un été (2/23)

Par Nicola Nicastro publié le 25 Jan 2021
Crédits

Chaque lundi jusqu’au début de l’Euro, Calciomio vous narre l’histoire de 23 joueurs qui, à leur manière, ont marqué les campagnes européennes de la Nazionale. Aujourd’hui, un deuxième épisode dédié à Graziano Pellè, surprise de l’Euro 2016.

Rejeté, sans jamais s’imposer

Graziano Pellè s’est fait connaitre aux yeux du grand public italien sur le tard, à 29 ans, lorsqu’il a rejoint Southampton et la Premier League en provenance de Feyenoord. Entre 2003 et 2012, il a enchaîné les clubs italiens (+une expérience à l’AZ Alkmaar de 2007 à 2011) sans jamais réellement s’imposer.

Suite à ses nombreux échecs et constatant que sa carrière commençait à battre de l’aile, Pellè décide de rejoindre pour la seconde fois les Pays-Bas en 2012, à Feyenoord cette fois-ci. C’est le début de son ascension. En deux saisons en Eredivisie, il comptabilise 50 buts marqués en 57 apparitions. L’attaquant italien de 29 ans n’avait jamais atteint un tel niveau dans ses prestations auparavant et commence à intéresser les équipes des championnats majeurs. Lors de l’été 2014, il signe à Southampton pour dix millions d’euros. Il fait également ses premiers pas en sélection en octobre 2014, un match de qualification contre Malte lors duquel il inscrit son premier but avec la Squadra. De 2014 à 2016, il performe en Premier League avec Southampton et est régulièrement sélectionné par Antonio Conte avec la Nazionale. Au vu de la faiblesse de l’équipe d’Italie à ce poste de numéro 9, c’est tout naturellement que Graziano Pellè est sélectionné parmi les 23 pour l’Euro 2016. Les tifosi sont sceptiques et se demandent : « On va réellement disputé l’Euro avec Pellè en attaque? »

La compétition de sa vie

Malgré les critiques et les qualificatifs de « pire Nazionale de l’histoire », Antonio Conte, le dogmatique, ne cède pas à la pression et souhaite faire évoluer son équipe dans son 3-5-2 traditionnel, malgré une attaque jugée très faible. Pellè-Eder, voici le duo d’avants-centres titularisé pour le premier match de l’Euro 2016 face à la Belgique. Intégré à la perfection dans son rôle de pivot (rôle si cher à Conte) Pellè va tout de suite faire taire les critiques et va même marquer le 2-0 à la 93ème minute d’un match de folie. Le numéro 9 et la Nazionale commencent à convaincre les tifosi. Titulaire face à la Suède (victoire 1-0) et resté sur le banc pour le dernier match de groupe sans enjeu face à l’Irlande (défaite 0-1), Graziano Pellè est désormais bel et bien le numéro 9 titulaire de cette Nazionale. Il atteint son apogée en 8ème de finale. Face à l’Espagne tenant du titre, Pellè et l’Italie vont réitérer l’exploit du premier match : victoire 2-0 et but de Graziano en toute fin de match d’une superbe reprise de volée. L’Italie toute entière commence à rêver d’un titre qui semblait quasiment impossible quelques semaines plus tôt. Pellè et ses coéquipiers, à l’image de Conte, sont des guerriers sur le terrain qui ne lâchent jamais rien.

Un dernier acte maladroit et retour dans l’anonymat

L’Italie est en quart de finale de l’euro 2016 et doit maintenant faire face à l’ogre allemand. Un but partout à la fin des prolongations, direction les tirs aux buts.  Alors que l’Italie mène deux pénaltys à un, Pellè s’avance devant Neuer pour tirer le quatrième tir au but italien qui pourrait donner un avantage considérable à la Nazionale. Il mime le geste de la « panenka » devant Neuer avant de s’élancer et de complètement rater sa frappe qui finit hors-cadre. L’Allemagne remportera finalement cette séance et éliminera donc l’Italie. Malgré un très bel Euro de la part de l’équipe, le geste arrogant de Graziano Pellè avant de tirer ce pénalty passe mal aux yeux des supporters. C’est la fin de l’idylle.

Le numéro 9 signe en Chine lors de ce même été 2016. Il sera rappelé quelques fois en sélection avant de commettre un nouveau geste qui mettra un terme définitif à son histoire avec la Squadra Azzurra : lors d’une rencontre d’octobre 2016 face à l’Espagne, il est remplacé à la 60ème minute de jeu par le nouveau sélectionneur italien, Ventura. Une fois sorti du terrain, Pellè refuse de serrer la main du coach. Un geste jugé inacceptable par Ventura qui ne sélectionnera plus jamais l’attaquant. Pellè et la Nazionale, une histoire d’amour terminée aussi rapidement qu’elle avait commencée.

 

Retrouvez les précédents articles du dossier ci-dessous :

  1. Toldo (Euro 2000).

 




🔥 Les sujets chauds du jour :

Daniele De Rossi rassure concernant son avenir à la Roma

La Juventus prêt à poursuivre Allegri en justice ?

Khvicha Kvaratskhelia vers une prolongation avec Naples?

Rebondissement dans le dossier Gleison Bremer à la Juventus

Paolo Montero, nouvel entraîneur de la Juventus

Avatar

Nicola Nicastro



Derniers articles