Donnarumma et le Milan AC, une histoire encore tumultueuse

Par Max Miotto publié le 27 Fév 2018
Crédits

Un clean sheet – le 3ème consécutif – et une victoire de prestige face à l’AS Roma dans son antre de l’Olimpico en guise de cadeau d’anniversaire, voilà qui a du faire plaisir à l’intéressé. Titulaire pour la 26ème fois consécutive en championnat (en autant de journées), Donnarumma a été l’auteur d’une prestation aboutie. Bien aidé par une défense retrouvée depuis l’arrivé de Gattuso, « Gigio » semble retrouver petit à petit son niveau de la saison dernière après une première partie de saison chaotique.

Un été mouvementé et difficile à digérer

Auteur d’une saison 2016-2017 remarquable, Donnarumma fut l’une des rares satisfactions de l’année et devient rapidement une lueur d’espoir pour l’avenir. Tifoso du Milan AC depuis son enfance, jeune, formé au club et italien, Gigio a tout pour plaire. Malheureusement, alors que l’histoire d’amour entre lui et les tifosi rossoneri ne cessait de croître, celle-ci se voit stoppée brutalement après son refus de prolonger son contrat. Une décision aussi soudaine qu’inattendue, alors que dans le même temps la nouvelle direction rossonera s’adonnait à la reconstruction du club passé sous pavillon chinois. Dès lors, l’amour a laissé place à la rancœur et la haine. « Gigio » devient « Dollarumma » et des faux-billets américains lui sont ainsi balancés en nombre sur sa cage alors qu’il dispute une rencontre de l’Euro U-21 en Pologne avec l’Italie.

L’affaire des billets pendant l’Euro U21

Une première partie de saison compliquée

La suite, on la connait. Devenu la cible d’insultes et de moqueries de la part de ses propres supporters qui l’accusent de traîtrise, le jeune portier italien peine à supporter ces railleries. Tellement que cela se ressent sur ses performances lors de l’Euro espoir. Malgré une prolongation finalement signée (avec une nette revalorisation salariale à hauteur de 6 millions par saison et la recrutement de son frère), Donnarumma commence difficilement cette nouvelle saison. Touché par ces critiques qui visent également sa famille, il enchaîne les prestations sans relief bien loin des éclats de la saison dernière. A la mi-saison, il avait déjà encaissé 27 buts, soit 7 de plus qu’il y’a un an. Au fil des journées et à l’instar de toute l’équipe son niveau se détériore, pas aidé non plus par un trio défensif à la rue. Fin novembre, l’arrivé de Gattuso au détriment de Montella sur le banc rossonero est censée donner un nouveau souffle à une équipe sans idée. Mais alors que les relations entre les tifosi et leur gardien semblaient s’être atténuées avec le temps, un nouvel épisode du feuilleton Donnarumma est venu tout remettre en cause début décembre.

Gattuso qui encourage Donnarumma à aller saluer la Curva après la banderole déployée

Milan-Raiola-Donnarumma, l’impossible trio

Suite à la prise de fonction de Gattuso, le Milan peine à réagir et l’électrochoc espéré n’intervient pas immédiatement. Un nul face à Benevento et une défaite à Rijeka viennent enfoncer encore un peu plus le club dans la crise. Et c’est dans ce contexte peu optimiste que le Corriere della Serra rapporte une déclaration de Mino Raiola qui aurait demandé l’annulation du contrat signé quelques mois plus tôt pour « violences psychologiques ». Une annonce qui ne passe pas du tout auprès de la Curva Sud. Une banderole est ainsi déployé à San Siro dès le match suivant, l’invitant à quitter le club au plus vite. Sifflé durant la rencontre, le couperet semble définitivement tomber pour celui qui ne parvient même plus à cacher ses larmes au coup de sifflet final. Une réaction qui interpelle et interroge sur l’influence qu’exerce Raiola sur son poulain. Pour Mirabelli – qui a une fois de plus volé au secours de son gardien – cela ne fait d’ailleurs aucun doute. Il l’accuse d’ailleurs publiquement d’être à l’origine de ces nombreuses frasques. De son côté, le portier italien affiche ouvertement son affection à son agent qu’il considère comme un « ami ». Un duel à trois digne d’un des plus grands classiques de Sergio Leone mettant aux prises l’institution rossonera, Gigio Donnarumma et son agent, Raiola. Reste à savoir qui en sortira vainqueur.

« Violence morale : 6 millions par an, un frère parasite ? Maintenant va t’en, la patience est terminée !

Une (nouvelle) lueur d’espoir

Ces dernières semaines, Donnarumma a profité des bons résultats de l’équipe pour se faire oublier, une fois encore. Des prestations qui ont permis à l’équipe de revenir à 7 petits points de la 4ème place qu’occupe l’Inter et ce, juste avant le Derby qui aura lieu dimanche prochain. Celui qui fêtait ses 19 printemps dimanche dernier a donc su surfer sur cette vague, retrouvant peu à peu ses incroyables réflexes et son leadership naturel. Face à la Roma, il a été l’auteur d’une prestation convaincante ne concédant pas de but pour la 4ème fois consécutive TCC, une première pour lui avec Milan. Une amélioration qui peut s’expliquer par ce réchauffement entrevu avec les tifosi en Bulgarie : à l’issue de la rencontre face à Ludogorets, Donnarumma est venu saluer et discuter avec les tifosi leur offrant un maillot par la même occasion. Un événement qui contraste, une fois de plus, avec une énième rumeur l’envoyant au Paris Saint Germain en fin d’exercice sportif.

A 19 ans, jamais un gardien n’avait autant fait parler de lui aussi bien sur qu’en dehors du terrain et autant en mal qu’en bien. Désormais, reste à savoir si cette union « pour le meilleur et pour le pire » débouchera sur un mariage heureux ou un divorce définitif. Et ça, seul l’avenir semble en mesure de nous le dire.



Avatar

Max Miotto

Rédacteur



Derniers articles

Recevez les meilleures Actu du Calcio par email

Calciomio est le seul média 100% foot italien. Renseignez votre email pour recevoir un email quotidien avec les meilleures actualités.