Diamanti remplace Morález à l’Atalanta

Par Guedid Mohamed publié le 15 Jan 2016

atalanta

Parti aussi discrètement qu’il est arrivé

Débarqué en Lombardie en 2011 avec le statut d’international argentin, Maximiliano Nicolás Morález, alors jeune espoir albiceleste à encore tout à prouver en Europe. En effet, malgré de bonnes performances dans son pays sa courte expérience à Moscou ne s’est pas passée comme prévu en 2007. Il n’était pas prêt tout simplement. 4 ans plus tard, après avoir aiguisé ses crocs, il retourne tenter sa chance en Europe. Cette fois il est plus mûr dans son jeu et est aussi bon que quand il évoluait au Vélez Sarsfield. A Bergame il forme avec son acolyte Germán Denis un tandem de choc capable de crucifier n’importe quelle équipe de Serie A. Que ce soit en tant qu’attaquant de soutien, ailier ou même trequartista et malgré le changement d’entraîneur, le désormais ex-plus petit joueur du championnat a toujours eu ce soucis de régularité ce qui lui a permis d’être titulaire pendant 4 ans et demi avec à la prime 4 maintiens plus ou moins aisés.

Ses statistiques personnelles sont également assez flatteuses et révélatrices du niveau du bonhomme : 148 matchs pour 20 buts et surtout 27 passes décisives toutes compétitions confondues, décisif une fois tous les trois matchs. De quoi conquérir le cœur du public du Stadio Atleti Azzurri d’Italia. Cette année, malgré un excellent début de saison où il était le parfait pendant de Gómez, il s’en va au Mexique et plus précisément au Club León un peu à la surprise générale. La Serie A perd un autre vrai bon joueur.

Un remplaçant aux pieds d’or

Pour le remplacer poste pour poste, c’est à dire ailier droit cette saison, le directeur sportif nerazzurro Giovanni Sartori est en train d’étudier les pistes menant au polyvalent attaquant guinéen d’Anderlecht Idrissa Sylla et à l’ailier suédois d’Heerenveen Sam Larsson. La solution pourrait cependant se trouver en interne. En effet, auteur de quelques belles apparitions cette saison le jeune Marco D’Alessandro est en pôle pour finir l’année à ce poste si convoité, même s’il a lui-même admis qu’il n’avait pas les mêmes caractéristiques que son ex-coéquipier. Cet aveu nous conforte dans l’idée que Morález était à l’Atalanta plus qu’un simple ailier avec pour seuls atouts le dribble et la vitesse. Maxi représentait bien plus que ça, un joueur doté d’une belle vision du jeu que seul un créateur qui connaît bien le championnat pourrait vraiment remplacer.

Et justement ça tombe bien puisque les dirigeants de l’Atalanta viennent d’officialiser l’arrivée de Diamanti. Alors évidemment Alessandro aussi génial soit-il, n’a plus ses jambes de 20 ans. S’il n’aura pas forcément la même position sur le terrain, l’international italien tiendra le même rôle que son prédécesseur c’est à dire celui de tireur d’élite, passeur décisif et surtout garant du jeu et de l’animation offensive. Et cela nous donne le légitime sentiment que la Dea ne pouvait pas dénicher meilleur remplaçant. Dans une position plus ou moins avancée et protégé par au moins un défensif comme de Roon, le fantasque Diamanti qui n’était plus en odeur de sainteté à Watford, aura pour mission d’aider sa nouvelle équipe à assurer le maintien le plus vite possible. L’Atalanta, bien que dans les temps pour atteindre son objectif, reste sur 4 défaites de rang et sait que rien n’est acquis et que tout peut aller très vite dans cette folle Serie A. Quant à Diamanti qui est encore lié à Guanzhou, il devra dans un premier temps relever son nouveau défi avant de replonger dans les papiers administratifs l’été prochain.

Guedid Mohamed

Rédacteur Milan



Lire aussi