Di Natale, roi et légende de l’Udinese

Par Gilbert Simonutti publié le 18 Mai 2016

Antonio-Di-Natale-ave-le-maillot-de-lUdinese

Le match entre l’Udinese et Carpi restera donc dans l’histoire. Pour l’au-revoir des Biancorossi à la Serie A après une seule saison mais surtout pour les adieux de Antonio Di Natale à l’Udinese et à ses supporters. Une rencontre dans laquelle le numéro 10 bianconero n’aura joué que 15 minutes. Un laps de temps suffisant pour inscrire son 227ème but avec le maillot des Zebrette sur le dos et son 311ème dans l’élite du Calcio (8ème meilleur buteur all-time).

Joueur d’un autre temps

Des chiffres exceptionnels pour un joueur d’exception qui a fait le choix de ne jamais rejoindre un club plus huppé afin de préserver le cadre de vie de sa famille. Une mentalité d’un autre temps mais des statistiques d’aujourd’hui. Bien réelles. Car pour juger de l’impact du Napolitain sur l’Udinese, les chiffres sont essentiels. En 12 saisons, il a inscrit la bagatelle de 191 buts en Serie A avec le maillot de l’Udinese lors des 385 matchs disputés. Meilleur buteur de l’histoire du club, joueur ayant collectionné le plus de présence en bianconero, Di Natale EST l’Udinese. Deux titres de meilleur buteur, seul attaquant italien des temps modernes à avoir dépassé la barre des 20 buts quatre saisons d’affilée, Totó aura aussi marqué l’histoire du Calcio.

Une fidélité à toute épreuve

Un buteur, un vrai, mais aussi un homme qui a su faire sienne la mentalité des Frioulans. Travail, discrétion et amour de la région. Car Di Natale, pourtant un vrai napolitain, s’est lié comme personne d’autre avant lui avec Udine, une ville pourtant aux antipodes de Naples. C’est d’ailleurs pour cela qu’il n’a jamais voulu quitter le club malgré des propositions quasi irréfutables comme celle de la Juve en 2010. Un attachement fort, quasi viscéral que les tifosi lui ont bien rendu tout au long de sa carrière mais encore plus dimanche soir. Des chants, des banderoles en son honneur mais surtout de l’émotion. Beaucoup d’émotion. Di Natale a avoué avoir pleuré de longues minutes en arrivant au stade, sa femme, Ilenia, pleurait quant à elle depuis le début de la semaine.

Beaucoup de gens au stade n’ont pu également retenir leurs larmes. Les hommages ont été unanimes. De son président Pozzo qui souhaite le voir comme dirigeant au club à ses coéquipiers actuels ou anciens, tout le monde a eu des paroles d’éloges pour Totó. Son talent et sa gentillesse ont marqué les esprits mais c’est surtout le vide qu’il va laisser qui risque de marquer l’Udinese. Le temps de l’après Di Natale vient de commencer pour un club en difficulté. Avant de voir de quoi sera fait le futur du club, arrêtons-nous une dernière fois pour rendre hommage au joueur le plus important de l’histoire d’un club ayant 120 ans d’existence. Udine l’a fait Roi et légende a la fois. Graciis di dut. Mandi Totó.

Gilbert Simonutti

Rédacteur



Lire aussi