Cutrone, à la recherche du temps perdu ?

Par Kévin Gasser publié le 15 Jan 2020

Tifosi et observateurs, tous se posent la même question. Patrick Cutrone sait-il encore trouer les filets après son passage manqué en Premier League ? La conjecture d’un départ prématuré pour l’ancien Rossonero est désormais démontrée mais, avant l’efficacité, l’attaquant cherche avant tout la régularité.

Un temps de jeu quasi inexistant outre-Manche

« Je suis très heureux d’être ici parce que le club me voulait vraiment« , déclarait Patrick Cutrone, le regard pétillant, le 31 juillet 2019, au lendemain de son transfert à Wolverhampton pour un montant avoisinant les 18M€ hors bonus. Malheureusement, l’attaquant n’est jamais parvenu à se faire désirer en Angleterre : son entraîneur, Nuno Espirito Santo, ne l’a utilisé seulement qu’à trois reprises plus de 60 minutes en championnat. Au total, 291 minutes de jeu cumulées en Premier League pour deux buts inscrits. En plus, difficile pour les fanatiques de l’Italien de reprocher au coach portugais ses choix offensifs tant son équipe joue les trouble-fête avec une belle 7e position au classement.
Arrivé en prêt à la Fiorentina (avec option d’achat obligatoire), Cutrone profitera dans un futur proche d’une concurrence quasi inexistante pour se relancer : avec le départ probable du fantôme Pedro (59 minutes de jeu disputées depuis son arrivée en septembre dernier), seul Dusan Vlahovic est numéro 9 de métier. Dans le 3-5-2 mis en place par Montella que Beppe Iachini semble vouloir conserver depuis son arrivée au club pendant la trêve, Cutrone pourrait ainsi s’imposer comme deuxième attaquant aux côtés de Chiesa et coiffer au poteau le Serbe de 19 ans, lui qui n’a inscrit que 3 buts en Serie A cette saison.

Désir de revanche

Pour ce faire, Cutrone, complètement à court de compétition, devra retrouver la forme qui était la sienne lorsque Filippo Inzaghi, son idole, voyait en lui son digne successeur alors à la tête des jeunes du Milan AC. « Patrick a la hargne, il est humble, et il travaille toujours dur. Il sait ce qu’il faut faire pour réussir à ce niveau. La célébrité ne changera pas son état d’esprit. C’est ça, sa force. Il ne pense qu’à deux choses : le club et les buts. Il peut aller très loin. » Déclaration captée en janvier 2018 de Super Pippo, lorsque le jeune attaquant entamait une deuxième partie de saison tonitruante (8 buts, 2 passes décisives) présageant un futur radieux pour le Milan AC, en mal de finisseurs. Mais, la saison dernière, le soufflé est retombé. Cutrone n’a inscrit que 3 buts en 34 apparitions en Serie A, une sentence irrévocable pour ses dirigeants qui ont décidé de s’en débarrasser. Expatrié pour son inefficacité, l’international italien pourrait-il avoir été brisé par la décision des dirigeants rossoneri ? Et abattu, une fois de plus, de ne pas avoir su démontrer ses qualités à l’étranger.
Si le neo-Gigliato arrive à Florence, à tout juste 22 ans, avec la responsabilité de s’imposer et de convaincre, il se retrouve cependant au sein d’un club dont la problématique est encore plus grande. Proche du ridicule dans le jeu depuis le début de la saison malgré un effectif à titiller les places européennes, la Fiorentina cherche d’abord à retrouver un collectif. A Patrick Cutrone d’améliorer son rendement en s’abandonnant au plan de jeu défensif de Giuseppe Iachini.

Kévin Gasser

Rédacteur



Lire aussi