Les clés pour affronter la Belgique

Par Giuliano Depasquale publié le 12 Juin 2016
Crédits

Euro 2016 - Calciomio

La liste du sélectionneur, Marc Wilmots, ne connait aucune surprise, si ce n’est l’absence du capitaine Vincent Kompany, blessé à la cuisse droite. La majorité de la sélection du Mondial 2014 est toujours présente, la plus grande différence se vérifiant surtout dans le secteur défensif, qui accueille notamment les jeunes Jordan Lukaku et Jason Denayer. L’attaque, elle, n’a pas beaucoup changé et continue de faire peur : 24 buts plantés qui ont largement contribué à la première place du groupe obtenue au terme des qualifs.

Equipe type

Les points forts (midables)

– Le trio d’attaque fuoriclasse. Kevin de Bruyne, Eden Hazard et Yannick Ferreira-Carrasco. Ces simples noms devraient suffire en guise d’argument pour prouver à quel point Marc Wilmots peut être confiant devant. KDB a effectué une saison de feu avec Manchester City, même s’il a manqué le rendez-vous le plus important en Champions League, Hazard est revenu en force ces dernières semaines après un long moment de diète et YFC s’est progressivement imposé comme un élément clé de l’attaque de l’Atletico. Et, de plus, Dries Mertens peut, comme au Napoli, entrer et changer le cours de la partie à n’importe quel moment.

– Thibaut Courtois. À 24 ans, le gardien de Chelsea fait partie des meilleurs au monde à son poste et continue de le prouver au fil des matchs. Vif, réactif et efficace sur sa ligne, il donnera certainement du fil à retordre à l’attaque italienne.

– Le mental. La Coupe du monde 2014 était un test, une transition lors de laquelle les Diables rouges sont devenus adultes. Ils ne sont plus les petits poucets de la compétition et ont gagné en confiance. Désormais, si la Belgique fait partie des favoris, ce n’est pas un hasard, vu le groupe et les automatismes que l’entraîneur est parvenu à instaurer. Cette fois, il n’est plus question de passer la phase de groupes et de tenter d’aller la plus loin possible, les petits belges veulent gagner !

Les points forts (minables)

– La pointe. Si les matchs amicaux ont bien prouvé une chose, c’est l’instabilité que connaissent les Belges devant leur trio magique. Wilmots est, certes, tranquille concernant le reste du secteur offensif, mais il ne peut s’appuyer que sur Romelu Lukaku en pointe, puisque Christian Benteke s’est montré inefficace à de trop nombreuses reprises. Attention tout de même à Michy Batshuayi qui, à l’instar de Mertens, peut se montrer déterminant dans le dernier quart d’heure.

– La défense. Même s’il n’a pas effectué la saison de sa carrière, Vincent Kompany, le grand patron de la défense belge, devrait manquer cruellement. D’ailleurs, cela s’est vérifié lors des dernières confrontations amicales, lors desquelles la Belgique a souffert défensivement. S’il y a une faille que les Italiens devront exploiter, c’est bien celle-ci.




🔥 Les sujets chauds du jour :

Le budget mercato XXL offert à Antonio Conte

Luciano Spalletti évoque la préparation de l’Italie pour l’Euro 2024

La Juventus veut s’offrir Giovanni Di Lorenzo

Massimiliano Allegri annoncé en Arabie Saoudite

Le Milan AC n’abdique pas pour Joshua Zirkzee

Avatar

Giuliano Depasquale

Rédacteur



Derniers articles