Ciao Palombo!

Par Pierrick Dujardin publié le 10 Juil 2017
Crédits

Triste nouvelle pour les tifosi de la Sampdoria. Le 5 juillet dernier, le mythique Angelo Palombo annonçait la fin de sa carrière. Certes, le natif de Ferentino n’était pas très médiatique ; pourtant, l’Italien de 35 ans met fin à un parcours admirable. Formé à la Fiorentina, le prometteur milieu de terrain va rejoindre la Sampdoria en 2002. Titulaire indiscutable dès sa première saison, l’Italien fut l’un des hommes clés permettant au club d’accéder à la deuxième place de Serie B, synonyme de retour dans l’élite. Depuis, l’idylle entre Palombo et les Blucerchiati n’a cessé de durer et ce pendant 15 ans! tandis que l’AS Roma vient de perdre Francesco Totti, la Samp’ perd également son « Capitano ». Malgré un prêt de 6 mois à l’Inter en 2012, Palombo ne porta d’autres couleurs que celles du club pour lequel il consacra et consacrera encore une grande partie de sa vie. Joueur exemplaire, un petit hommage s’impose pour cette figure du Calcio.

Un joueur trop méconnu

Milieu défensif solide, Angelo Palombo n’a très certainement pas eu la carrière qu’on lui destinait. Transféré gratuitement à la Sampdoria suite au dépôt de bilan de la Fiorentina au début des années 2000, les Blucerchiati savaient pertinemment que ce joueur détenait un potentiel remarquable. Doté d’une bonne vison du jeu, d’un sens tactique impressionnant et d’une force de caractère à toute épreuve, Palombo va devenir indispensable dans l’entre-jeu du club. Peu prolifique offensivement, l’Italien a néanmoins inscrit des buts d’anthologie comme cette fantastique retournée face à son club formateur en 2006. Régulièrement convoqué avec les équipes de jeunes italiennes, Palombo sera sacré champion champion d’Europe avec les U21 avant d’intégrer la Squadra azzurra. Avec 22 sélections au compteur, il va surtout connaître les heures sombres de la Nazionale; notamment la Coupe des Confédération de 2009 et le Mondial encore plus décevant de 2010. Malgré son histoire mitigée avec sa sélection, Angelo Palombo s’imposa comme l’homme fort de la Samp’. Participant à tous les récents succès du club, dont la qualification pour les barrages de la Champions League en 2010, le mythique numéro 17 de la Sampdoria fut un joueur peu médiatisé mais très estimé.

Un Blucerchiato de cœur

Véritable idole des tifosi, Angelo Palombo s’est donné corps et âme pour la Sampdoria lors de ses 451 confrontations avec le club. Devenu capitaine en 2008, nul autre que lui ne pouvait aussi bien représenter les Blucerchiati. Si l’Italien avait toujours souhaité achever sa carrière à la Samp’ , la nomination de Pasquale Sensibile comme directeur sportif en 2012 aurait pu tout gâcher. En effet, après la relégation du club en Serie B lors de la saison 2010-2011, ce dernier voulait à tout prix se débarrasser de Palombo; ou plus précisément du plus gros salaire de la Sampdoria à ce moment là. Malgré un prêt peu concluant à l’Inter, la démission de Sensibile permettra à Palombo de revenir dans son club de cœur. Déterminé à ramener celui qui « a la Sampdoria dans le sang », selon ses propres propos, le nouveau directeur sportif de l’époque Delio Rossi offrira à l’Italien la possibilité de rester. Plus qu’un symbole, Angelo Palombo était un joueur généreux, dévoué et capable de s’excuser en larmes devant ses supporters après la relégation de son club. Que les tifosi soient rassurés : Mister Palombo vient d’intégrer le staff de Marco Giampaolo, actuel entraineur du club génois. Ainsi, une page se tourne pour la Samp’; mais soyons en sûr, Angelo Palombo sera là pour soutenir sa deuxième famille.




🔥 Les sujets chauds du jour :

Un international danois dans le viseur de la Juventus

La Juventus pousse pour Jean-Clair Todibo

Alvaro Morata au Milan AC, ça se précise

Un cador italien sur la piste de Karim Adeyemi

Denzel Dumfries sur le point de renouveler à l’Inter Milan

Avatar

Pierrick Dujardin



Derniers articles