Catania : objectif Serie B

Par Clara Gioria publié le 30 Juil 2017
Crédits

La descente aux enfers

23 juin 2015. L’Italie du football connaît un enième épisode de corruption. Après le « Calciopoli » (2006) et le « Calcioscommesse » (2012), c’est au tour du « Treni dei Gol » de frapper l’Italie. Sept dirigeants du Calcio Catania sont arrêtés après avoir avoué des faits de matchs truqués. Le président du club, Antonio Pulvirenti, reconnaît avoir acheté les résultats de cinq matchs durant l’effectif 2014/2015 pour un montant de 500 000€. La raison ? « Sauver le club », et lui épargner la relégation en Lega Pro. Ironie du sort : le tribunal fédéral italien décide de retrogader Catane en troisième division et de le sanctionner de 12 points de retard. L’année suivante est évidemment catastrophique : préparation bâclée, vicissitudes en interne, exonération de l’entraîneur à mi-parcours et faible niveau de jeu. Malgré cela, l’équipe parvient à se maintenir. La saison d’après est tout aussi perturbée et le club termine péniblement à la 11ème position. Néanmoins, le club compte un nouvel atout dans ses rangs ; parti en 2011 à la suite de désaccords avec Pulvirenti, Pietro Lo Monaco redevient Directeur Général et entreprend une restructuration totale du club.

Le bout du tunnel ?

« Cette année, l’équipe partira sans handicap, à égalité avec les autres. Elle part aussi avec un plan de redressement au niveau économique et administratif ». Les paroles de Davide Franco, l’actuel Président de Catane, recueillies jeudi durant la présentation de l’équipe, annoncent le ton. Cette année, l’équipe ne sera pas destabilisée par les évènements extra-sportifs qui la plombent depuis l’affaire de corruption. Et il est vrai que du point de vue financier, le club revient de loin. La rétrogradation en troisième division a foudroyé les caisses du club, qui accusait jusqu’à l’année denière un déficit de 17 millions d’euros. Une somme quasiment divisée par deux depuis le retour de Lo Monaco. « Après le redressement économique, place au redressement technique » : le DG l’a bien compris, pour retrouver la Serie B, il faudra avant tout recruter intelligemment. Cristiano Lucarelli arrive à la tête de l’équipe en juin dernier avec, à ses côtés, un staff technique de qualité. L’ancien international italien ne prétend pas d’une grande expérience en tant qu’entraîneur mais il correspond tout à fait au projet ambitieux du club. Et avec le retour de Francesco Lodi, qui évoluait l’année dernière à l’Udinese, Catania se pare d’expérience pour tenir un pari qui n’est aujourd’hui plus une alternative.

Sans langue de bois durant la présentation de l’équipe, Pietro Lo Monaco n’a qu’une parole en tête : « La remontée. Dans le football, on utilise beaucoup de phrases faites… ‘Nous verrons’, ‘nous ferons’, ‘qui sait’, ‘esperons’… ‘ Nous, non. Nous allons concourir cette année pour monter en Serie B. Dans la vie, il faut assumer ses responsabilités. Et c’est un objectif clair que nous affichons. » Pari tenu.




🔥 Les sujets chauds du jour :

Hakan Calhanoglu prend une décision concernant son avenir à l’Inter

La durée d’indisponibilité de Marcus Thuram connue

La Juventus cherche un remplaçant pour Wojciech Szczesny

Massimo Mauro fustige le licenciement de Walter Mazzarri par Naples

Le Milan AC lorgne un jeune turc

Avatar

Clara Gioria

Pigiste



Derniers articles