Cassano à la Sampdoria : un retour gagnant ?

Par Giuliano Depasquale publié le 10 Août 2015
Crédits

cassano sampdoria

Quatre ans après sa formidable aventure avec la Sampdoria, Cassano est de retour. Sans club, il avait mis fin à son contrat avec Parme il y a presque sept mois de cela. Et bien que courtisé par de nombreux clubs étrangers, c’est Ferrero qui a réussi à le convaincre. L’attaquant italien s’est engagé pour deux ans, avec un salaire annuel de 700.000 euros. C’est donc la fin d’un mini-feuilleton qui a fait beaucoup de bruit ces dernières semaines. Pourtant, déjà en fin de saison passée, les rumeurs circulaient sur un possible retour de FantAntonio chez les Blucerchiati. Cependant, Mihajlovic, alors entraîneur, avait refusé de l’accueillir dans l’effectif. Il faut dire que le joueur a une réputation de sale gamin et que son comportement peut se révéler nocif pour l’ensemble du groupe avec lequel il évolue. Zenga le sait pertinemment et avait dit non à son tour. Mais, suite à la décevante défaite en tour préliminaire d’Europa League, les supporters ont réclamé Cassano. Le coach avait dès lors déclaré que la décision appartiendrait au président Ferrero. « Je le prends pour en faire notre symbole. Il prouvera qu’il est un grand homme », avait confié ce dernier il y a quelques jours. Heureusement pour le coach, le contrat prévoit certaines clauses pour empêcher d’éventuelles « cassanate ».

« Zenga, Zenga ! Bene bene oh ! »

Sept mois, c’est long. Et ça l’est certainement encore plus pour Cassano qui n’a pas la meilleure condition physique de l’histoire du football. Bien qu’il se soit entraîné pendant tout ce temps avec son préparateur physique personnel, difficile d’imaginer qu’il sera opérationnel pour le début du championnat. Même s’il a déjà prouvé qu’il pouvait pallier ses difficultés physiques grâce à son expérience et son talent. Il ne reste plus qu’à savoir où le mettre dans la formation. Okaka étant parti à Anderlecht, une place se libère donc dans le secteur offensif. Un départ d’Eder n’est pas non plus à exclure, ce qui propulserait Cassano en pointe, aux côtés de Muriel. Ce qui n’est pas la meilleure solution tactique, puisque l’Italien possède les qualités d’un trequartista et que sa longue absence des terrains pourrait l’handicaper plus qu’autre chose à ce poste. Oui, mais, plus bas, il y a Correa et Soriano. Ce premier représentant un investissement de la Sampdoria sur lequel Zenga compte énormément. Et même s’il est blessé actuellement, il devrait retourner rapidement parmi le groupe blucerchiato. Dans le 4-3-1-2 de l’entraîneur, les places sont chères. Et FantAntonio devra montrer qu’il peut encore se rendre utile, s’il veut s’y insérer. Il devra aussi éviter de faire trop de bêtises et surtout garder sa langue en bouche…




🔥 Les sujets chauds du jour :

Luciano Spalletti révèle la hiérarchie pour les tireurs de pénalty avec l’Italie

« J’ai hâte d’affronter l’Italie », Alvaro Morata

« Nous devons être au même niveau que l’Espagne », Giacomo Raspadori

« Scamacca peut être l’avant-centre dont l’Italie a besoin », Cesare Prandelli

Frattesi nomme deux légendes italiennes comme étant des modèles

Avatar

Giuliano Depasquale

Rédacteur



Derniers articles