Capitano Icardi

Par Fabio Pendolino publié le 10 Fév 2016

icardi

Malgré le fait qu’Icardi soit le seul vrai numéro 9 de l’effectif de l’Inter, Mancini n’hésite pas à se passer de ses services et de tenter plusieurs autres combinaisons au sein de son 4-3-3 devenu habituel. Avec Eder qui a rejoint l’équipe, l’entraîneur interiste dispose désormais de 7 options différentes pour les trois postes de l’attaque. Si les titulaires sont rarement les mêmes match après match, ce n’est pas seulement dû au turn-over du coach mais également parce que l’attaque tourne moins bien depuis le début de la saison. A la même période l’an passé, l’équipe avait marqué 9 buts de plus, en disposant d’un potentiel offensif beaucoup plus réduit et en ayant passé une bonne partie de la saison sous les ordres de Mazzarri. Une des raisons de ce changement en attaque peut être le changement qu’a opéré Icardi dans son jeu. En effet, le natif de Rosario ne passe plus la majorité de son temps dans la surface à attendre de convertir les ballons en buts mais est bien plus mobile et disponible pour créer des décalages et des opportunités pour ses partenaires. L’équipe pêche ainsi dans le réalisme, le nombre d’occasions crées restant globalement le même (une moyenne d’environ 10 passes clefs par match).

Si Maurito a fait évoluer son style de jeu, il n’en demeure pas moins un vrai bomber. L’Argentin a marqué contre le Chievo puis contre l’Hellas ses 50ème et 51ème buts en championnat, à 22 ans et 11 mois, ce qui fait de lui le 9ème attaquant le plus jeune à atteindre ce total (et le seul étranger dans le top 10). Ces 51 buts sont répartis en 39 matchs, dont 25 ont été victorieux (entre Sampdoria et Inter) soit environ 64%. De ces 51 buts, 19 sont des buts qui auront été décisifs en rapportant les 3 points. Mancini lui ayant donné le brassard de capitaine cette saison, Icardi démontre encore plus son attachement au maillot, son envie et surtout son talent exceptionnel. Même dans le creux offensif dans lequel se trouve les nerazzurri, il est le joueur qui a marqué le plus de buts (10) loin devant Jovetic (4) et Perisic (3). Au sein de cette Inter nouvelle génération bâtie par Thohir et Ausilio, il représente ainsi le présent et le futur de la Beneamata et prend ses responsabilités en tant que capitaine.

Fabio Pendolino

Rédacteur



Lire aussi