Calciostory : l’unique triplé de Javier Pastore à Palermo

Par Antoine Martin publié le 16 Oct 2016
Crédits

cittadipalermovcataniacalcioserieydshk8m5w5ql

Chaleureux Stadio Renzo Barbera pour la réception du Catania Calcio en ce 14 Novembre 2010. La seule affiche de la saison sans déplacement maritime pour les deux équipes et donc l’ambiance électrique du derby. Catania est clairement venu pour défendre le point du match nul face à des Palermitains étiquetés comme favoris avec ses Pastore, Miccoli et consorts. Et pourtant c’est bien les visiteurs qui vont s’illustrer les premiers, Sirigu sort la parade décisive face à Gomez qui a pénétré les lignes arrières avec une facilité déconcertantes. Les seules opportunités locales sont sur coups de pieds arrêtés, mais le rageur Migliaccio ne trouve pas le cadre de la tête. Alors que Maxi Lopez est à deux doigts de glacer le stade, Palermo se réveille enfin sous l’impulsion de son fantasque trequartista. Bacinovic décale Balzaretti sur la gauche, le centre du latéral est repris de la tête par Javier Pastore, 1-0 à la 34″ minute de jeu, Palermo peut enfin exulter. Javier Pastore embrasse alors son maillot, le poing serré face à la Curva Nord : tout un symbole.

1 minute en eaux troubles

Mais Palermo va déchanter, incapables de se montrer précis dans la surface adverse, les locaux se font surprendre par Catania à l’entame de la seconde période. Sur un corner, Terlizzi profite d’un cafouillage pour égaliser. On peut croire alors à ce moment là que ce Palermo va douter, mais 60 secondes plus tard, Miccoli voit Pastore esseulé sur sa droite… Le génie argentin ne se pose pas de questions et d’une frappe soudaine, puissante et vicieuse il trompe Andujar. Le show du magicien d’Huràcan est alors lancé, ce doublé étant le tout premier de Pastore en Serie A. La suite voit Palermo dominer dans son antre sans concrétiser ses occasions. Miccoli, puis Maccarone par deux fois échouent face au cadre. On se dit alors que Catania va s’enhardir et revenir dans le match…

La barre, puis l’apothéose

C’est sur un magnifique ballon de Mascara, le leader charismatique des visiteurs, que le match peut basculer. Izco se présente face à Sirigu mais trouve la barre transversale à quelques minutes du terme. Et c’est finalement sur un contre, que les rouges et bleus vont définitivement céder au fabuleux Javier Pastore sans démériter. Maccarone joue cette fois bien le contre en centrant en retrait pour le prodige au n°27 qui marque sans contrôle du gauche. Plus qu’une victoire : une fête ! Une célébration de Palerme et de Pastore. Un match qui aura rendu les deux entités indissociables et l’Argentin inoubliable dans le coeur des supporters. Ce 14 Novembre restera a jamais comme le seul triplé de Javier Pastore en rosanero.

Antoine Martin

Rédacteur



Derniers articles

Le récap quotidien des actus par email

Calciomio est le seul média français qui traite à 100% l'actualité du foot italien. Renseignez votre email pour recevoir chaque matin un email regroupant les meilleures brèves du Calcio.