CALCIOSTORY : Quand le Torino terrassait le Real Madrid en 1992

Par Simon Cailloux publié le 20 Avr 2020

Si aujourd’hui le Torino a retrouvé un équilibre et enchaîne les saisons en Serie A, les campagnes européennes restent rares. Les Granata rêvent de retrouver les sommets et les grandes heures européennes. En effet, le dernier grand fait d’armes remonte à 1992, face au Real Madrid, dans une demi-finale de légende. Calciomio vous propose de replonger dans la dernière grande épopée du Torino. Récit.

De nouveau européens

Après une saison 1990/1991 terminée à la troisième place, le Torino retrouve les joies de l’Europe, avec la Coupe de l’UEFA. Mais pour son retour sur la scène continentale, la bande à Casagrande, Scifo et Marchegiani ne veut pas se contenter d’une simple figuration. Les joueurs n’ont qu’une envie : aller jusqu’au bout.

Pour cela, les turinois doivent d’abord se déplacer en Islande pour défier le KR Reykjavík. Une mission qu’ils accomplissent facilement : 8-1 score cumulé. Au tour suivant, c’est Boavista qui se dresse sur le chemin des Piémontais. Si la tâche n’est pas aussi simple, la victoire au match aller suffit pour se qualifier.

En huitièmes, le Torino hérite de l’AEK Athènes. Après un match nul à Turin (2-2), la bande à Mondonico parvient à ramener une victoire d’Athènes, par la plus petite des marges. Direction les quarts de finales, pour défier le Boldklubben 1903. Les Danois viennent d’éliminer le Bayern Munich puis Trabzonspor et comptent bien contrecarrer les plans du Torino. Mais le Toro domine les deux confrontations et file logiquement en demi-finale, où un géant les attend : le Real Madrid de Hagi, Michel et Butragueño.

Le Real solide à domicile

La première manche se dispute à Madrid, au Santiago-Bernabéu. Les Merengues tiennent le ballon et se montrent les plus entreprenants. Mais les Granata tiennent bon et la première mi-temps se termine sans but.  Au retour des vestiaires, le rapport de force s’équilibre, le Toro garde de plus en plus le ballon. Les coéquipiers d’Enzo Scifo sont dans un temps fort. Un temps fort qui, à la 59e minute, est récompensé. Après un bon décalage sur le côté gauche, Policano effectue un centre-tir peu dangereux. Cependant, Buyo ne parvient pas à capter le ballon et le relâche. Une aubaine que Walter Casagrande ne laisse pas filer ! 0-1 Torino, dans un Bernabéu stupéfait.

Mais tout peut aller vite dans le football. Le Torino le comprend vite, puisque dans la minute qui suit, Hagi reçoit un caviar de la part de Michel, avant de fixer Luca Marchegiani. 1-1. Tous les efforts turinois sont presque effacés. Ces derniers perdent le contrôle du match et leurs nerfs. Le Real le comprend vite et fait tourner la tête des Italiens. Cinq minutes plus tard, suite à un coup franc joué rapidement sur le côté droit, les Madrilènes trouvent la tête de Hierro, qui oblige Marchegiani à s’incliner une seconde fois. 2-1. En cinq minutes, le Toro se fait renverser… et va même finir à 10 suite à l’expulsion de Policano. Le Real Madrid s’impose à domicile. Mais le but de Casagrande permet toutefois d’y croire. Un seul petit but suffirait au Torino pour se hisser en finale.

Le retour du Grande Torino

C’est dans un Stadio Delle Alpi en fusion que le Torino va tenter de renverser la vapeur. Mais il en faudra plus pour impressionner la Maison Blanche, habituée aux sacres européens. En revanche, si le Toro se qualifie, elle disputera sa toute première finale européenne.

Le coup de sifflet est donné par Bruno Galler. Dès l’entame, le Torino fait preuve d’une intensité folle. Les Granata sont les premiers sur tous les ballons et n’hésitent pas à forcer les contacts. À la septième minute, le Toro monopolise le ballon. Sur l’aile droite, Vazquez centre fort, près de la cage. Walter Casagrande est à l’affût et force Ricardo Rocha à intervenir…mais le ballon file dans le but madrilène ! 1-0 Torino, le Delle Alpi explose, les Turinois sont virtuellement qualifiés !

Le but contre son camp réveille le Real, qui tente d’égaliser. Mais le Torino est galvanisé et ne cède pas. Les actions s’enchaînent d’un camp à l’autre, mais aucune des deux équipes n’est juste dans le dernier geste. Les deux équipes rentrent aux vestiaires sur la plus petite des marges. Le Torino est à 45 minutes de l’exploit.

À la reprise, la formation piémontaise impose un rythme plus lent et cherche à construire ses actions. Malgré ce changement de rythme, le Toro se procure des occasions, sans pour autant marquer. Au fur et à mesure que le temps passe, les Espagnols jouent de plus en plus haut. Ils n’ont plus le choix, ils doivent impérativement marquer, forçant le Torino à défendre bas. Mais les Granata tiennent bon.

À la 72e, Hagi joue rapidement la touche et sert Maqueda. Ce dernier décale Milla qui décroche un boulet de canon. La frappe frôle le montant droit ! Le danger se rapproche sur la cage turinoise. Mais deux minutes plus tard, le Torino met le pied sur le ballon et avance vers le but adverse. Alors que Real tente de relancer, le milieu turinois récupère le ballon. Lentini déborde puis entre dans la surface. L’Italien centre en retrait, le ballon passe entre les jambes de tout le monde…sauf celles de Fusi, qui attendait au deuxième poteau ! 2-0 Torino, le stade est en délire !

Le Real Madrid est à terre. Le score ne bouge plus jusqu’au coup de sifflet final. Le Torino réalise son plus grand exploit et se qualifie pour sa toute première finale européenne. Ce sera face à l’Ajax Amsterdam, tombeur du Genoa.

Simon Cailloux

Rédacteur



Lire aussi