CALCIOSTORY : Quand le Torino était battu en finale de la Coupe de l’UEFA…sans perdre un match

Par Simon Cailloux publié le 10 Mai 2020
Ajax Torino 92

Il y a quelques semaines, Calciomio vous replongeait dans la mythique demi-finale de Coupe de l’UEFA 1991-1992, où le Torino faisait tomber le Real Madrid après un match retour historique. Aujourd’hui, cap sur la finale, où les Granata affrontent les Néerlandais de l’Ajax Amsterdam. Une finale, qui à l’époque, se jouait en confrontation aller-retour. Retour sur l’une des finales les plus frustrantes du football italien.

L’ajax abonné aux clubs italiens

Avec la victoire du Torino sur le Real, les hommes d’Emiliano Mondonico créent la sensation. Un exploit encore impensable trois ans plus tôt, lorsque le club piémontais se trouvait encore en Serie B. Avec cette qualification, l’hypothèse d’une finale 100% italienne entre le Toro et le Genoa devient même possible. Malheureusement pour les Rossoblù, l’Ajax s’impose au Luigi Ferraris, avant d’obtenir le nul aux Pays-Bas. La fête du calcio n’aura pas lieu et c’est donc l’équipe dirigée par Louis Van Gaal, et menée par le jeune Dennis Bergkamp, qui défiera les Turinois en finale.

Par ailleurs, ce sont les Amstellodamois qui font office de favoris. En effet, les Ajacides sont plus habitués aux joutes européennes et viennent en finale pour remporter une cinquième Coupe d’Europe. Tandis que pour le Torino, cette finale est une grande première. Autre avantage pour les coéquipiers de Danny Blind : le match retour aura lieu au Stadion De Meer. La décision se fera donc aux Pays-Bas et l’Ajax sera poussé par son public. Un avantage non-négligeable.

Trois poteaux et des regrets éternels

Cette confrontation aller-retour débute donc dans le Piémont, dans un Stadio Delle Alpi à l’unisson. Pourtant, l’engouement est vite refroidi par Wim Jonk, qui ouvre le score à la 17e minute. Les joueurs de l’Ajax mèneront même par deux fois, avec un second but de Petterson sur pénalty (73e). Mais à chaque fois, les Granata reviennent au score grâce au même homme : Walter Casagrande. Le Brésilien se montre une nouvelle fois décisif dans les grands rendez-vous et permet au Torino d’y croire encore. Mais ces deux buts encaissés à domicile rendent la tâche difficile. En effet, il faudra soit gagner à Amsterdam, soit faire match nul avec au moins trois buts inscrits.

Néanmoins, un contretemps de taille va venir perturber les plans de l’Ajax : Dennis Bergkamp, la pépite néerlandaise, est forfait pour le match retour. C’est un véritable coup dur pour Louis Van Gaal, qui compte énormément sur son attaquant. En effet, les plans de jeu sont pensés pour faire briller le jeune batave, censé profiter des espaces créés par ses deux compères d’attaque : Wim Jonk et Stefan Pettersson. L’absence de Bergkamp se fait ressentir dès les premières minutes du match retour. Le Torino domine les débats et l’Ajax est inoffensif. Les locaux ne cherchent pas à marquer mais font tout pour garder leur cage inviolée. Cette finale retour prend donc des allures d’attaque-défense.

Le Toro va ainsi se créer une multitude d’occasion, sans pour autant conclure. À chaque fois, le ballon passe de peu à côté ou finit dans les gants de Stanley Menzo. Pire, à trois reprises, Casagrande, Mussi et Sordo trouvent le poteau. Mais au final, la défense rouge et blanche s’en sort toujours et reste invincible. Score final : 0-0. L’Ajax Amsterdam remporte sa première Coupe de l’UEFA et devient la deuxième équipe à remporter les trois trophées européens, après la Juventus. Pour les Piémontais, l’histoire est cruelle. Les coéquipiers d’Enzo Scifo sortent de cette finale avec un goût amer. Une amertume provoquée par la terrible règle du but à l’extérieur. Celle qui oblige le Torino a sortir vaincu, sans avoir perdu les deux confrontations.

Des futurs opposés

Suite à cette finale, les destins des deux équipes seront bien différents. Pour l’Ajax, la décennie sera radieuse. Après avoir remporté la C3, le club progresse et décroche même une quatrième Champions League. Ce sera en 1995, contre le Milan AC. Si aujourd’hui l’Ajax n’est plus un très grand d’Europe, le club domine régulièrement son championnat domestique et reste abonné aux compétitions européennes.

Pour le Torino, le futur est beaucoup moins reluisant. Les résultats sont en baisse et de graves problèmes financiers gangrènent le club. Conséquence, entre 1995 et 2012, le club fera de nombreuses fois l’ascenseur entre la Serie A et la Serie B. Il faut attendre la saison 2012-2013 pour voir le Toro se stabiliser en première division. Par la suite, le club renouera avec la C3, devenue l’Europa League, en 2014-2015 et 2019-2020.

 

Simon Cailloux

Rédacteur



Lire aussi