Calciostory : Milan AC-Lyon 2006, SuperPippo la hantise des Lyonnais

Par Nawel Saïdat publié le 10 Août 2018

C’était le 4 avril 2006 au sein du célèbre San Siro. Le Milan AC s’apprêtait à affronter pour la seconde fois l’Olympique Lyonnais lors du match retour de quart de finale de Champions League. Malgré une nette domination des rossoneri, les deux équipes s’étaient quittées sur un score vierge. La défense lyonnaise composée d’Abidal, Caçapa, Cris et Clerc avait empêché leurs rivaux de finir leur course jusqu’au but. Le match retour s’annonçait alors décisif. D’un côté, une équipe française qui rêvait d’atteindre l’objectif final, de l’autre une équipe italienne souhaitant prendre sa revanche après une défaite en finale de C1 la saison dernière.

L’Olympique Lyonnais aurait pu profiter de ce match nul au sein de leur propre stade. Il ne leur manquait plus qu’un simple but pour éliminer le redoutable Milan AC. Un pari risqué, mais toutefois réalisable. Autre atout, Lyon cumulait également une série de 29 victoires à l’extérieur, et comptait bien conquérir San Siro. Surveillée de près par l’arbitre norvégien Terje Hauge, l’équipe française débutait le match stressée mais confiante. Les 80 000 tifosi présents dans le stade ne les effrayaient pas à en juger leur domination lors des 20 premières minutes. Il n’aura pourtant suffi que d’une simple erreur de leur part et d’un ballon perdu pour permettre au Milan AC d’ouvrir le score. Une passe de Seedorf, une tête de Pippo Inzaghi et c’est le but assuré. Pas le temps pour le club lombard de se réjouir trop longtemps du but inscrit puisqu’il n’aura fallu que 5 petits minutes pour que Mahamadou Diarra inscrive lui aussi un but de la tête. L’OL pouvait donc se contenter d’un match nul. C’était sans compter la prestation remarquable de celui que l’on surnomme Super Pippo…

Un diable nommé Inzaghi

Il ne se sera pas contenté d’un simple but de la tête lors de ce match, mais aura offert aux tifosi et téléspectateurs ce jour là une prestation digne de lui même. Toujours présent sur le terrain, Inzaghi sait transformer les occasions en buts malgré quelques loupés. Son but de la tête à la 25ème minute suite à une passe de Seedorf ne sera qu’un avertissement pour la suite adressé à l’Olympique Lyonnais, qui a su pourtant tenir jusqu’à la 88ème minute avant de s’effondrer complètement. Le responsable n’est d’autre que l’italien, bien aidé par Shevchenko. L’Ukrainien manque de justesse le but après un tir. Le ballon touche les deux poteaux avant de ressortir. Gregory Coupet n’aura pourtant pas le temps de récupérer la balle puisque le numéro 9 la pousse jusqu’au fond des filets. Une libération pour le Milan AC, un coup de poignard pour l’Olympique Lyonnais qui se voit éliminer si près du but. Le renard des surfaces exulte et se jette dans les bras de ses coéquipiers après ce qui sera considéré par la suite comme le but de la victoire. Impossible pourtant pour le moment de se reposer sur ses lauriers puisque les lyonnais tentent de revenir au score. C’est finalement Shevchenko qui, à la 93 ème minute parvient à marquer un troisième but pour le club rossonero, scellant une fois pour toute le destin des deux équipes. De toute façon, Inzaghi n’était pas très loin, prêt à aider son coéquipier si le ballon refusait une nouvelle fois d’obtempérer…

 

 

Nawel Saïdat

Rédactrice



Lire aussi