CALCIOSTORY : Il y a 8 ans, il Pazzo justifiait son surnom…

Par Frédéric Marjary publié le 30 Avr 2019

Le 30 avril 2011, l’Inter se déplaçait à Cesena lors de la 35ème journée de Serie A. L’équipe de Massimo Ficcadenti luttait pour son maintien, tandis que les Nerazzurri chassaient la première place du Milan AC. Calciomio vous emmène huit ans en arrière et vous fait revivre ce match illuminé par la prestation éclair d’un homme, Giampaolo Pazzini.

Des Cesenati gonflés à bloc

La dernière rencontre au stade Dino-Manuzzi entre les deux équipes remontait à la saison 1990-1991, largement remportée par l’Inter 5 buts à 1. Avant ce match, l’Inter s’était toujours imposée contre Cesena. Pourtant, nombreuses sont les fois où les Cavallucci ont fait jeu égal voir dominé les lombards. Avec cet historique, les hommes de Ficcadenti se préparaient donc à relever un énorme défi. Le stade était plein à craquer, la Curva était en feu. Les Bianconeri étaient de retour après l’extraordinaire victoire à Bologne obtenue grâce à des buts de Giaccherini et Malonga, tandis que l’Inter venait de s’imposer 2-1 à San Siro contre la Lazio. C’était toujours l’Inter du Triplete, avec Maicon, Lucio, Zanetti, Cambiasso, Thiago Motta, Pandev, Milito, Eto’o… mais Cesena avait absolument besoin de points pour assurer sa sécurité au classement. Les Cesenati livrent un excellent match, en ne subissant quasiment aucune occasion. A la 56ème minute, Giaccherini, proche du rond central, trouve Ceccarelli en profondeur. Le latéral droit italien adresse un centre en première intention au point de penalty. La défense milanaise se troue et Igor Budan propulse le ballon dans les cages devant un Castellazzi impuissant. Le stade explose et manque de complètement chavirer lorsque Malonga, suite à une percée incroyable, perd son duel face au portier intériste.

Il Pazzo ressuscite la Pazza Inter

Alors que l’affaire semble mal partie pour l’Inter, Leonardo, qui a remplacé Rafael Benitez au moins de décembre, décide de faire rentrer Pazzini à la 59ème minute à la place d’un Pandev inexistant. Le joueur toscan, acheté à la Sampdoria durant le mercato hivernal, a laissé un mauvais souvenir aux tifosi de Cesena. En octobre, il Pazzo avait déjà puni les Bianconeri en marquant le seul but de la rencontre à la 92ème, juste sous la Curva Mare. Lorsqu’il entre en jeu, le public, justement fataliste, comprend le sort qui l’attend.

La rencontre atteint les 90 minutes de temps réglementaire et l’arbitre en attribue 5 de plus. A la 91ème, le cauchemar des Bianconeri frappe de nouveau dans ce stade. Eto’o, sur le côté gauche, se met sur son pied droit et centre pour Pazzini qui reprend magnifiquement le ballon de volée. Le parcage visiteur exulte. Côté Cesena, c’est la douche froide ; la victoire tant attendue semble s’éloigner. Il Pazzo est bouillant et ne laisse même pas à l’équipe jouant à domicile un seul point. A la 95ème minute, Maicon, sur le côté droit, centre dans la surface de réparation. Pazzini fait preuve d’une détente et d’un timing incroyables, et catapulte le ballon de la tête au fond des filets. Grâce à cette victoire, l’Inter retarde le sacre du Milan AC mais donne surtout des frissons à Cesena, qui réussira tout de même à assurer son maintien en Serie A.

Frédéric Marjary



Lire aussi