Cagliari, quelques raisons d’espérer : João Pedro (3/3)

Par Sébastien Madau publié le 03 Fév 2022
Crédits

Après une première partie de saison ratée (trois victoires, huit nuls, douze défaites), Cagliari n’est pas totalement détaché du premier non-relégable (-1 de Venezia qui compte toutefois un match en retard). Si les Sardes veulent disputer un septième championnat de Serie A consécutif, ils devront redoubler d’efforts pour tenter de renverser la vapeur. L’histoire récente montre que le défi n’est pas impossible. Il reste quelques motifs d’espoirs pour les Rossoblù. Parmi eux, que leur attaquant João Pedro continue à faire trembler les filets.

Il fut un temps où, à peine scorait-il, João Pedro se positionnait face caméra derrière les buts, pour hurler sa rage, puis fêter avec les tifosi. Désormais, il accourt souvent dans la cage adverse pour récupérer le ballon et le replacer au centre du terrain. Preuve que le temps presse pour Cagliari qui n’a plus une minute à perdre dans sa course contre la montre pour le maintien. Comme c’est le cas depuis trois saisons, João Pedro Galvão sait qu’il devra être un artisan de la remontada. Sans quoi, le sort du club dont il porte les couleurs depuis 2014 risque d’être scellé.

Il porte Cagliari à bout de bras depuis trois saisons

Cette saison, le capitaine sarde est déjà auteur de dix buts en 23 matchs. Un compteur qui confirme les deux saisons précédentes au cours desquelles il a marqué respectivement 18 et 16 buts. Lors des précédents exercices, ses buts ont indiscutablement pesé dans la balance au soir de la 38e journée. En 2019-2020, il a marqué 35% des buts de son équipe. La saison dernière, 37%. Un fait notable pour un club jouant le maintien mais qui peut se retourner contre l’équipe. En effet, Cagliari est, depuis trois saisons, « João Pedro-dépendant ». Et Leonardo Pavoletti, s’il est un bon point d’appui (quatre buts en 20 matchs cette saison) n’est plus le serial buteur d’un temps, depuis sa double rupture des ligaments croisés.

La quinzaine de matchs -et son niveau de forme- seront primordiaux pour João dans la course au maintien. Pour son club mais aussi pour lui, à titre personnel. Car à chaque intersaison, son nom est cité dans les gazettes, à la rubrique « mercato ». On dit la Fiorentina et le Torino régulièrement intéressés. On a même parlé du PSG, de l’OM et de Monaco l’été dernier. Pour l’heure, celui qui a vu naître ses deux enfants en Sardaigne et marié à une Sicilienne, se cramponne sur l’île. Avec la volonté d’accomplir son devoir encore une (dernière ?) fois. Avant peut-être de se lancer vers un nouveau challenge, à 30 ans, vers un nouvel horizon. Et qui sait… si cette année 2022 ne sera pas la plus grande de la carrière du Brésilien. Ou plutôt de l’Italo-Brésilien.

Pré-convoqué par Mancini avec la Nazionale

En effet, si João Pedro fait beaucoup parler de lui ces derniers temps c’est parce qu’il a été convoqué par le sélectionneur italien Roberto Mancini dans la longue phase de préparation et de cohésion que le Mancio entend créer en vue du couperet du printemps, qui déterminera si la Squadra Azzurra participera au Mondial au Qatar en décembre prochain. L’appel n’a pas manqué de faire débat, voire polémique. A deux niveaux. Tout d’abord, alors que l’Italie se cherche un buteur, bon nombre d’observateurs se demandent pourquoi aller chercher la solution auprès du 18e de Serie A. L’argument est aussi compréhensible que réfutable dans la mesure où la Nazionale a déjà sélectionné des joueurs n’appartenant pas à un actuel top club du calcio (Quagliarella, Scamacca, Belotti, Balerdi, etc.). Disons-le clairement, bon nombre de critiques sont concentrées sur ses origines étrangères dans une Italie qui, même si elle possède actuellement plusieurs naturalisés (Emerson, Jorginho…), a encore du mal à assimiler ce type de profils. La formule est rendue possible par le fait que João Pedro, titulaire d’un passeport italien depuis 2017, n’a été qu’international U17 avec la Seleção. Mais jamais avec l’équipe A.

Quoi qu’il en soit, c’est le terrain qui livrera, une nouvelle fois, son verdict. De belles prestations et des buts avec Cagliari lui permettront de jouer des coudes pour intégrer la Nazionale. A contrario, une relégation en Serie B, lui fermerait la porte azzurra avant même qu’elle ne se soit véritablement ouverte. Place au championnat !

_

A lire :

Cagliari, quelques raisons d’espérer : le mercato (1/3)

Cagliari, quelques raisons d’espérer : la défense (2/3)

– Cagliari, quelques raisons d’espérer : João Pedro le sauveur ? (3/3)



Avatar

Sébastien Madau



Derniers articles

Revue de presse quotidienne du calcio (gratuit par email)

Revue de presse quotidienne du calcio (gratuit par email)

Calciomio est le seul média 100% foot italien. Renseignez votre email pour recevoir un email quotidien avec les meilleures actualités.

Inscription effectuée :)