Cagliari ou le nouveau défi de Rolando Maran

Par Sébastien Madau publié le 11 Juin 2018

La première recrue de Cagliari ira directement… sur le banc. Et pour cause! Il s’agit de son entraîneur Rolando Maran, sous contrat jusqu’en 2020. L’entraîneur aux 201 bancs en Serie A, succède ainsi à Diego Lopez dont la saison 2017-2018 a été des plus éprouvantes après un maintien obtenu à l’ultime journée. L’Uruguayen a très vite trouvé où rebondir puisqu’il dirigera son autre club de cœur, Peñarol. « Je ne vous cache pas mon émotion d’entraîner une équipe comme Cagliari, un club qui représente un peuple tout entier. C’est un motif de grande fierté » a indiqué Maran lors de sa première conférence de presse.

Objectif : le maintien et pourquoi pas rêver

Rolando Maran est le sixième entraîneur de l’ère Giulini, depuis juin 2014. Pour l’heure, il bénéficie comme base de départ de l’effectif en place la saison dernière. Aucun départ ni arrivée n’ayant été enregistrés officiellement. A ce propos, le directeur sportif Marcello Carli a affirmé que « l’objectif est garder la base » de l’effectif, « dont nous pensons qu’il est composé de joueurs d’avenir. Nous devons encore les faire progresser, nous voudrions qu’ils deviennent la force de cette équipe. Nous repartons d’une année difficile, l’objectif principal sera donc celui de se maintenir. Mais cela ne nous empêche pas de rêver… ». Rolando Maran est connu pour arriver à tirer au maximum des équipes de province. Il avait hissé Catania 8e et le Chievo 9e de Serie A. Difficile, à ce stade, de connaître ses marges de manœuvre. Ce dont a peut-être souffert Cagliari depuis plusieurs saisons c’est justement d’avoir des coachs n’ayant pas totalement cartes blanches sur la conception du groupe et se retrouvant ainsi à la merci de présidences n’hésitant pas à déconnecter le fusible en cas de résultats insuffisants.

Suspens autour de Barella

Bien évidemment, le cas du futur de Nicolò Barella cristallise beaucoup des discussions de cette inter-saison. Un effectif avec le jeune milieu de terrain n’aurait pas la même qualité qu’un groupe qui s’en trouverait privé. A ce jour, si les intérêts de plusieurs clubs sont connus (notamment l’Inter), rien n’a été officialisé. Rolando Maran a affirmé de son côté « rêver d’une équipe autour de Barella » en promettant en tous les cas « un groupe qui s’identifie dans mes idées, voilà ce que j’aimerais apporter. Je suis convaincu que tout passe par le travail, en inculquant une mentalité d’équipe qui doit être, toujours et quoi qu’il arrive, positive ».

En voulant régler la question de la direction technique de l’équipe en priorité, le président Tommaso Giulini a sans doute voulu faire passer le message que son projet sportif était toujours en cours. En effet, parallèlement à la nomination du staff de l’équipe première, le club a annoncé l’arrivée de Martino Melis et Oscar Erriu à la tête du centre de formation tandis que Daniele Conti, joueur le plus capé de Cagliari (464 matchs entre 1999 et 2015) devient directeur du secteur technique. Une manière de couper court à tout risque de polémiques comme ce fut le cas à l’intersaison passée avec la démission surprise de l’expérimenté directeur sportif Stefano Capozucca puis du limogeage express de son successeur Giovanni Rossi en avril dernier. Au moins par l’image donnée et les premières déclarations officielles, Rolando Maran semble arriver en Sardaigne dans un climat apaisé. Mais quoi qu’il en soit, ne demeurera encore et toujours qu’une seule vérité, celle du terrain.

Sébastien Madau



Lire aussi