Caceres, la roue de secours idéale ?

Par Boris Abbate publié le 29 Jan 2019

L’annonce en a surpris plus d’un. À commencer par le principal intéressé lui même, alors en route à la mi-Janvier pour rejoindre le Japon et le club du Vissel Kobe. Mais après un embarquement manqué, des séries d’appels téléphoniques et quelques heures d’incertitudes, revoilà Martin Caceres de retour chez lui, à la Juventus, là où le défenseur a connu ses plus belles heures avec le maillot zébré. Un scénario aussi incroyable qu’inattendu, provoqué par le départ tardif de Mehdi Benatia vers le Qatar, et bien aidé par les caprices d’un mercato hivernal n’offrant plus les marges de manœuvres espérées.

De retour à la maison

Car il ne faut pas se leurrer, si Caceres est de nouveau bianconero aujourd’hui, c’est avant tout parce que la Juventus n’a eu ni le temps, ni l’opportunité de trouver rapidement un défenseur de confiance pour combler le départ du Marocain. Il faut dire qu’avec seulement une semaine pour agir, et avec des noms comme Skrtel, Ivanovic ou encore Bruno Alves qui ressortaient, que Fabio Paratici ne s’est finalement pas mouillé. Alors l’ancien bras droit de Marotta a sorti son vieux répertoire, fait usage de sa ruse, et coché le nom d’un vieil ami, toujours là pour dépanner. Ce vieil ami est donc Martin Caceres, déjà Turinois de 2009 à 2010, puis de 2011 à 2016, avec les succès qu’on connait. Et c’est là que les choses deviennent intéressantes.

Avec une défense qui part en miettes suite aux blessures de Bonucci et Barzagli, la Juventus se devait effectivement de trouver un profil qui s’adapterait très vite pour épauler Rugani et Chiellini derrière. Et, Bingo ! L’Uruguayen connait le club comme sa poche, et Max Allegri s’en réjouissait déjà. « Trouver un remplacant qui devait apprendre la langue et s’adapter à la Juventus aurait été beaucoup trop long. On s’est donc réunis avec les dirigeants, et Martin était la meilleure option. C’est quelqu’un de confiance, qui connait bien le club, et selon moi, il peut apporter beaucoup à la Juventus » déclarait le Toscan juste avant le déplacement chez la Lazio. Alors tout est bien qui finit bien ? Pas forcément, puisque pas mal de questions planent autour de l’état de forme du garçon.

La vraie recrue se nomme Rugani

Car si la Lazio a accepté de lâcher un joueur de la trempe de Caceres pour seulement 500 000 euros à un rival, c’est bien que quelque chose cloche, et il suffit d’ailleurs de jeter un oeil sur les statistiques du joueur pour comprendre le problème. En 2 ans du coté du Stadio Olimpico, l’Uruguayen ne s’est jamais imposé dans le onze de Simone Inzaghi, et seul un prêt à l’Hellas la saison passée en Janvier lui avait permis de jouer avec un peu plus de continuité. Cette saison, le constat est terrible et beaucoup plus inquiétant, puisque Caceres n’a participé qu’à seulement 8 rencontres, dont 4 en Europa League (merci le turnover !). Pire encore, l’ancien de Séville n’a plus joué la moindre minute depuis le 13 Décembre dernier, soit quasiment 2 mois ! Des chiffres qui peuvent logiquement faire peur, et susciter pas mal d’interrogations sur le niveau actuel du défenseur de la Celeste. 

Dans ce sens, la bonne nouvelle est évidemment à mettre sur la tête de Daniele Rugani, car le « jeune » italien passe inévitablement comme la première alternative pour faire souffler la paire Bonucci-Chiellini. « Il a eu la force de rester ici pendant 4 ans, il aura maintenant la possibilité de jouer beaucoup de matchs » soulignait encore Allegri ce week-end. Ce qui ne manquera pas de réjouir Roberto Mancini, et tous les suiveurs de la Nazionale. Pour les Juventini, enfin, il ne reste plus qu’à espérer que Rugani soit à la hauteur des nombreux espoirs placés en lui, tout en priant pour que Caceres retrouve son niveau d’antan. Après tout, la victoire de la Juventus Dimanche dernier l’a encore prouvé, les miracles dans le football, peuvent toujours arriver !

Boris Abbate

Rédacteur



Lire aussi