Buffon est-il le meilleur gardien de l’histoire ?

Par Sebastien Sorrentino publié le 28 Nov 2016

Buffon

Dans le Top 5 évidemment, mais comment établir une hiérarchie entre gardiens ?

Depuis plusieurs saisons, le nom de Manuel Neuer est évoqué pour contester la suprématie du gardien de la Juventus. Mais la longévité à ce niveau étant un élément de comparaison essentiel, on peut donc (pour un temps) mettre de côté le gardien allemand, qui avec seulement 500 matchs au plus haut niveau (contre 800 pour Buffon) ne peut être comparé en termes de durée. Il n’existe pas de classement incluant les gardiens des XXe et XXIe siècle, mais nous pouvons tenter de comparer les deux leaders de ces classements intergénérationnels : Lev Yachine et Gianluigi Buffon.

Meilleur que les meilleurs gardiens de but du XXe siècle ?

La reconnaissance des organismes internationaux neutres et impartiaux est évidemment un argument essentiel sur lequel l’on peut s’appuyer. Élu meilleur gardien au monde du XXIe siècle par l’IFFHS (L’International Federation of Football History & Statistics), Buffon grappille même quelques années sur le XXe siècle (meilleur gardien au monde pour la période 1997 – 2011). Il n’existe pas de classement IFFHS pour classer les gardiens des deux derniers siècles, soit depuis la naissance du football. La grande question est de savoir si Buffon est supérieur à ces gardiens de but légendaires du siècle dernier. Casillas qui est second du classement du XXIe siècle, n’aura pas eu la même longévité que Buffon, en atteste sa disparition de la sélection espagnole ou son départ du Real Madrid vers Porto, un grand club certes, mais bien moins huppé que la maison blanche.

En ce qui concerne le classement des meilleurs gardiens du XXe siècle, on retrouve de la première à la 4e place, Lev Yachine (URSS), Gordon Banks (Angleterre), Dino Zoff (Italie) et Sepp Maier (Allemagne de l’Ouest). Le premier au classement, Lev Yachine, totalise 812 matchs officiels disputés durant sa carrière, dont 270 sans encaisser de buts. Buffon est devant sur ce point (799 matchs pour 665 buts encaissés et 357 matchs sans avoir encaissé de buts). En termes de match internationaux, Buffon totalise 166 matchs pour 106 buts concédés et 59 rencontres sans avoir encaissé de buts (78 sélections et 70 buts encaissés pour Yachine). Le Soviétique fut logiquement élu « meilleur gardien de but du siècle » au niveau mondial, européen et russe par l’IFFHS en 1999.

Yachine reçoit son ballon d'or

Yachine reçoit son ballon d’or en 1963

Les penaltys, outils majeurs de comparaison.

Le gardien soviétique aurait, selon certaines sources, 150 penaltys stoppés au compteur dans sa carrière. Buffon totalise 29 penaltys arrêtés pour 62 confrontations avec un tireur. Pour Yachine, il s’agit d’une statistique annoncée par certains journalistes de l’époque. S’il y a sans doute de l’exagération dans ces chiffres, il n’en reste pas moins que le gardien russe excellait dans ce domaine. En 1963, Yachine reçoit le Ballon d’Or, qui à l’époque est décerné au meilleur joueur européen de l’année. Avec les règles actuelles (pas de limitation en termes de frontières) le roi Pelé aurait probablement raflé la mise. Il n’en demeure pas moins qu’il est à ce jour le seul gardien de but à avoir reçu ce prix. Buffon, lui se contentera d’une seconde place en 2006 derrière son compatriote Cannavaro.

Tout n’a pas été rose dans la carrière de Yachine

Yachine garde les buts soviétiques à treize reprises en l’espace de trois Coupes du monde (14 à ce jour pour Buffon lors de 5 coupes du monde). Lors de la Coupe du Monde au Chili en 1962, il fait l’objet de vives critiques après des erreurs contre la Colombie, puis le Chili. Le journal sportif L’Équipe considère qu’il n’est plus au niveau. Yachine retrouvera pourtant son meilleur niveau lors de la coupe du monde 1966. L’URSS atteint les demi-finales et Yachine, qui a alors 36 ans, est élu meilleur gardien de la compétition. Lors de la Coupe du monde 1970 Yachine a 40 ans et il choisi de laisser sa place de titulaire à un jeune gardien. Là aussi, le fair-play et l’humanité des deux meilleurs joueurs de leur siècle se télescopent à travers le temps. Buffon, qui est resté incontesté tout au long de sa carrière, que ce soit avec la Juventus ou avec la Nazionale, remporte le duel de la longévité. L’Italien ne se contente pas de durer, puisque les agences spécialisées en statistiques, comme Opta, mentionne encore régulièrement les hauts-faits statistiques de Buffon avec notamment ce record d’invincibilité en Serie A porté à 973 minutes en 2016.

Légendes pour les supporters du football mais aussi pour les adversaires

A l’époque de Yachine, les joueurs ressentaient une fierté immense lorsqu’ils parvenaient à inscrire un but à la légende soviétique. L’attaquant anglais Tom Finney qui a eu cet honneur de marquer contre Yashine lors de la coupe du monde 1958, décrivait son ressenti en ses termes :

« J’ai pris le ballon et il y avait Yashin dans les buts. C’était un gardien incroyable, connu pour avoir arrêté de nombreux tirs au but. Sa combinaison entièrement noire le rendait intimidant. J’ai décidé de tirer avec mon pied droit, pourtant le plus faible, parce que je savais qu’il m’avait vu tirer avec mon pied gauche. Et j’ai marqué ! J’ai trompé Yachine! » s’exalta le Britannique en se remémorant ce souvenir.

Lev Yachine a arrêté sa carrière en 1970 à l’âge de 40, l’âge qu’aura Buffon lors de sa dernière saison dont le point culminant sera la coupe du monde 2018. Neuer est aujourd’hui le principal challenger pour prendre les commandes de ce classement. Nous ferons les comptes dans une décennie lorsque l’Allemand aura pu démontré qu’il pouvait perdurer toute au long de sa carrière au plus haut niveau, celui des légendes, celles de Gianluigi Buffon et de Lev Yachine.

Sebastien Sorrentino



Lire aussi