Bilan de la saison 2015-2016 : Milan AC

Par Matthieu Pianezze publié le 30 Mai 2016
Crédits

Milan AC

Le Milan AC continue de naviguer dans des eaux troubles depuis 3 saisons maintenant. Après l’échec Inzaghi, les rênes de l’équipe ont été confiées à Sinisa Mihajlovic réputé pour sa poigne et son caractère. Les 6 premiers mois de son mandat sont à retenir, avec des Rossoneri restant à portée du podium. Cependant, l’incapacité de prendre des points face à des équipes réputées plus faibles ont terni son bilan. Suite à une défaite début avril face à la Juventus qui laisse s’envoler les derniers espoirs de Champions League, Berlusconi décide de renvoyer le technicien serbe. La nomination de Brocchi ne change absolument rien à l’affaire, la fin de saison en Serie A ressemblant à un long calvaire avec des prestations indigestes. Le clou du spectacle étant la perte de la sixième place qualificative en Europa League au profit de Sassuolo. Cette Europa League aurait pu, par ailleurs, être atteinte à travers le beau parcours en coupe d’Italie qui s’est achevé sur une cruelle défaite en finale. La très belle prestation face à la Juventus laissant encore plus dans l’incompréhension les supporters lombards  sur le véritable niveau de cet effectif.

LA SAISON DU MILAN AC

Milan AC 2015-2016

– 7ème de Serie A

– Défaite en finale de Coppa Italia face à la Juventus

– 45 matchs, 21 victoires, 12 nuls, 12 défaites, 64 buts marqués, 46 buts encaissés.

L’ÉQUIPE TYPE

Meilleur buteur : Carlos Bacca, 20
Meilleur passeur : Giacomo Bonaventura, 10
Joueur le plus utilisé : Carlos Bacca, 3 575

LES +

CARLOS BACCA

Le buteur colombien arrivé l’été dernier en provenance de Séville n’a pas failli à sa réputation. Il est de très loin le meilleur buteur rossonero de la saison avec 20 buts toutes compétitions confondues auxquels il faut ajouter 3 passes décisives. Tueur dans la surface de réparation, il est le joueur le plus utilisé de l’effectif. Il a été très souvent irréprochable et ses buts ont permis de décrocher de nombreux points. Associé d’abord à Luiz Adriano puis à M’Baye Niang et enfin quelques fois avec Balotelli ou Menez, il a toujours été le point de repère offensif de l’équipe. Cependant, à l’instar de la fin de saison difficile de son équipe, il a semblé s’agacer de plus en plus au fil des matchs et a perdu de son rendement. Il n’est pas acquis qu’il soit encore milanais la saison prochaine.

GIANLUIGI DONNARUMMA

Il est sans aucun doute la plus grande révélation de la saison en Serie A. Connu dans les catégories jeunes milanaises comme étant un véritable phénomène, le gardien âgé de 17 ans seulement a confirmé toutes ses promesses au plus haut niveau. Appelé au pied levé pour remplacer un Diego Lopez blessé et décevant il a impressionné par son calme et sa maturité. Performant sur sa ligne, imposant physiquement, il est devenu la coqueluche des travées de San Siro à la recherche d’une nouvelle bandiera. Sa marge de progression est telle qu’un bel avenir lui est promis. Ses très rares erreurs lui serviront de leçon pour la suite de sa carrière.

GIACOMO BONAVENTURA

Il est l’un des seuls joueurs de l’effectif à être capable de faire des différences individuelles. Il a réalisé une très grosse première moitié de saison. Avant de connaitre 3 derniers mois plus compliqués en raison d’un état de fatigue avancé puis d’une blessure musculaire. Cependant son bilan statistique est extrêmement intéressant avec 7 buts et 8 passes décisives toutes compétitions confondues. Il sera très clairement le point de référence offensif du Milan de la saison prochaine et devra confirmer ses belles prestations sur une saison complète.

LES –

ANDREA BERTOLACCI

Allons-y sans nuance, il est de loin le plus gros flop de la saison rossonera. Acheté l’été dernier au Genoa pour la « modique » somme de 20 millions d’euros il a livré des prestations insuffisantes à quasiment toutes ses apparitions. Si percutant sous le maillot du Genoa il est apparu emprunté que ce soit physiquement ou techniquement. Son temps de jeu restant relativement conséquent avec quasiment 30 apparitions il n’a pas été capable d’apporter le lien attendu entre le milieu de terrain et l’attaque. Il a inscrit 1 seul petit but et a délivré 1 seule passe décisive. Il jouera très gros l’année prochaine.

MARIO BALOTELLI

Vous nous direz que c’est un peu facile de choisir le bon Mario dans cette catégorie. Malheureusement, le bougre, pour sa énième dernière chance de montrer ses qualités a échoué au grand dam de son agent Mino Raiola. Arrivé l’été dernier en prêt de Liverpool avec toute la meilleure volonté du monde, l’attaquant n’a pas réussi à enchaîner les bonnes prestations dans la continuité. Son bilan statistique est d’ailleurs famélique avec 1 but et 1 passe décisive en 20 apparitions. Il s’est totalement éloigné de la Squadra Azzurra et les tifosi commencent à se lasser de ce potentiel jamais véritablement exploité à sa juste valeur. À bientôt 26 ans, Balotelli semble dans une profonde impasse et son avenir à ce jour est totalement inconnu à Milan ou ailleurs.

MATTIA DE SCIGLIO

Le « nouveau Maldini », sobriquet malvenu de la part des médias italiens il y 3 ans maintenant, a vécu une saison particulièrement difficile. Il n’a jamais semblé vraiment titulaire que ce soit sous l’ère Mihajlovic ou sous l’ère Brocchi. Toujours placé dans la hiérarchie derrière Abate et Antonelli il doit sa vingtaine d’apparitions aux nombreuses blessures de ses concurrents. Beaucoup trop tendre dans les duels, incapable d’apporter offensivement, De Sciglio a attisé les critiques négatives de la part des observateurs rossoneri tout au long de la saison. Il attendu le dernier match de la saison face à la Juventus pour livrer une prestation enfin digne de son statut. Néanmoins cela n’a pas effrité la confiance qu’Antonio Conte lui porte en vue de l’Euro.

LES AUTRES

Diego Lopez : Il est également à ranger au rang des déceptions. Avec son gros salaire il a livré un début de saison très moyen (jouant blessé) qui a mené Mihajlovic à lancer Donnarumma dans le grand bain.

Christian Abbiati : Le dernier sénateur du vestiaire milanais a fait le boulot quand on a fait appel à lui que ce soit en championnat ou en coupe d’Italie. Fatigué par la situation sportive du club il a décidé de tirer sa révérence en emmenant avec le lui ce qui restait du grand Milan. Ciao champion.

Philippe Mexès : Personne n’a compris sa prolongation d’un an l’été dernier surtout vu son utilisation à la marge tout au long de la saison. Brocchi l’a remis sur le devant de la scène en fin de saison.

Cristian Zapata : Un jour oui, un jour non. Le Colombien sera toujours branché sur courant alternatif. Capable de faire un gros match pour ensuite se manquer sur une relance des plus basiques. Une éternelle énigme.

Rodrigo Ely : Une des bonnes surprises de la préparation estivale, un mauvais match, une blessure puis plus rien.

Alessio Romagnoli : Un des gros investissements de l’été dernier. Il a réalisé une saison intéressante dans un contexte compliqué. Il sera à ne pas en douter un des piliers du futur Milan.

Ignazio Abate : L’un des seuls milanais à s’être montré à la hauteur cette saison. Il s’est comporté comme un leader et n’a jamais relâché ses efforts. Le seul bémol comme souvent est sa fragilité avec plusieurs blessures musculaires à son actif.

Luca Antonelli : Le pendant d’Abate côté gauche a également réussi une belle saison. Dynamique et offensif dans son couloir il a inscrit 3 buts durant la saison. Reléguant De Sciglio sur le banc il a fini la saison sur les rotules avec une blessure qui l’a privé des derniers matchs.

Alex : Il a vécu une période faste pendant 4 mois aux côtés de Romagnoli. Dès que Mihajlovic a été écarté il a subit de gros trous d’airs avec des erreurs assez grossières. Il termine la saison sur le banc de touche.

Davide Calabria : L’un des plus grands espoirs du centre de formation rossonero. Il a montré de la qualité dès qu’il a été aligné avec en point d’orgue sa belle finale de coupe d’Italie face à la Juventus. L’avenir est à lui.

José Mauri : Longtemps ignoré par Mihajlovic il a montré le bout de son nez en fin de saison. Une palette technique intéressante pour un joueur qui devrait avoir sa chance la saison prochaine.

Andrea Poli : Il court, il court, il court à la recherche du cuir. Plus sérieusement, personne ne lui reprochera son manque de volonté et d’abnégation. Cependant, dans un Milan déjà en manque de qualité ses lacunes techniques sont trop importantes pour apporter un plus à l’équipe.

Riccardo Montolivo : Le capitaine du Diavolo a longtemps été un capitaine en détresse. Pris en grippe par San Siro il a reçu un grand nombre de sifflets tout au long de la saison. On ne peut pas lui reprocher sa volonté de bien faire et d’organiser le jeu d’une équipe en difficulté.

Juraj Kucka : Son arrivée fut moquée par de nombreux tifosi en raison de l’attente d’un nom plus ronflant au milieu de terrain. Au final le Slovaque réalise une jolie saison marquée par un impact physique impressionnant. En gérant un peu mieux ses efforts il gagnerait en lucidité.

Jérémy Menez : Très longtemps blessé en raison d’une grave blessure au dos. Quand il est revenu sur les pelouses il était très loin d’avoir retrouvé la forme. Sa nonchalance est même réapparu au grand jour. La préparation estivale devrait lui faire le plus grand bien s’il reste au club la saison prochaine.

Keisuke Honda : Beaucoup de temps de jeu pour le Japonais. La plupart du temps sur le flanc droit pour au final un bilan une nouvelle fois relativement moyen. Peu de différences individuelles, quelques jolis buts et quelques passes décisives.

Luiz Adriano : Il est parti dans la peau d’un titulaire formant un duo d’attaque intéressant avec Bacca. Puis, il a progressivement perdu sa place avant d’être tout proche d’un départ cet hiver en Chine. Son bilan reste léger avec 6 buts et 3 passes décisives.

M’Baye Niang : Avouons le clairement il est l’une des belles surprises de la saison. Il a progressivement gagné sa place aux côtés de Bacca livrant plusieurs bons matchs. Son défaut reste la finition où il fait parfois preuve d’une grande maladresse. Malheureusement un accident de la route et une blessure à la cheville ont gâché sa fin de saison.

Kevin Prince Boateng : On se demande encore pourquoi le Milan est allé le rechercher suite à sa mise à l’écart de Schalke. Il est loin le temps du Boa boa teng teng teng.

LES ENTRAÎNEURS

En misant sur Mihajlovic les dirigeants attendaient la mise en place d’une discipline plus stricte dans un vestiaire marqué par le manque de leaders charismatiques. Sur ce point là le technicien serbe n’a pas failli à sa réputation, cependant après avoir été longtemps dans la course au podium, son équipe a lâchée du lest à partir du mois de mars. Les faibles résultats face aux petites équipes, l’absence d’une identité de jeu si chère au président Berlusconi ainsi que de multiples tensions avec ce dernier ont poussé le serbe vers la sortie à la mi-avril. Le remplacer par Brocchi à quelques journées seulement de la fin de saison a été l’énième preuve d’une gestion cataclysmique à tous les échelons. Celui-ci a tenté de mettre en place un système de jeu ambitieux autour d’un 4-3-1-2 qui s’est soldé par des prestations d’une faiblesse inouïe (en dehors de la finale de coupe face à la Juve).

LA SAISON PROCHAINE

Le tandem Berlusconi-Galliani a encore montré son incapacité à enrayer la chute du club. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’avenir du club est complètement flou. Des investisseurs chinois ont proposé un rachat du club mais le Cavaliere est toujours dans une grande phase de réflexion et a du mal à lâcher définitivement sa « créature ». Au niveau sportif, il sera vital si le club n’est pas vendu de retrouver la Champions League pour renflouer les caisses. Sur les joueurs et l’entraîneur il est très compliqué de se prononcer. On ne sait pas si Brocchi sera à la tête de l’équipe. Il est simplement temps de stopper l’hémorragie et de redorer le blason d’un club qui a dominé l’Europe durant de longues années.




🔥 Les sujets chauds du jour :

Pioli s’explique sur le tournant du match entre la Lazio et le Milan

« La Juventus ne devrait pas participer à la Coupe du Monde des Clubs », Aurelio De Laurentiis

« Nous sommes prêts pour tout », Daniele De Rossi

Stefano Pioli donne des nouvelles de Fikayo Tomori

Courtisé en Angleterre, Simone Inzaghi répond

Avatar

Matthieu Pianezze

Rédacteur



Derniers articles