Bilan de la saison 2015-2016 : Inter

Par Nadhem Korbi publié le 01 Juin 2016
Crédits

Inter

Malgré un mercato d’été ambitieux et un début de saison en feu, l’Inter n’arrive pas à réaliser son objectif du début de saison: la 3ème place synonyme d’un billet pour les barrages de la prochaine Champions League. Toutefois, il ne faut pas oublier que les Nerazzurri viennent de finir leur meilleur exercice depuis 2011. Retour sur une saison qui est considérée comme la base dans le chemin de retour au sommet.

LA SAISON DE L’INTER

Inter 2015-2016

– 4ème de Serie A.

– Éliminée en Demi-finale de Coppa Italia par la Juventus.

–  42 matches, 23 victoires, 7 nuls, 12 défaites, 58 buts marqués, 41 buts encaissés

L’ÉQUIPE-TYPE


Meilleur buteur : Mauro Icardi, 16

Meilleur passeur : Ivan Perisic, 6

Joueur le plus utilisé : Samir Handanovic, 3 420

LES +

MAURO ICARDI

C’était la saison de la confirmation pour le bomber argentin. Et il a répondu présent. Avec 16 buts et 4 passes décisives en 33 matches de championnat (et 13 petites minutes en coupe), Icardi a montré qu’il est l’arme numéro 1 de l’Inter. Le capitaine des nerazzurri a porté son équipe, surtout pendant les moments difficiles, grâce à sa régularité et son efficacité devant la cage (16 buts sur 26 tirs cadrés).

MIRANDA

Une des pièces maîtresses du dispositif de Mancini. Le Brésilien a justifié l’investissement réalisé par le club l’été dernier. Du calme, de la technique et de l’expérience. Voilà tout ce qui a manqué à la défense de l’Inter ces dernières années. Heureusement, Miranda est là. C’est le vrai patron de l’arrière garde interiste.

IVAN PERISIC

Il a mis du temps pour trouver ses repères. Mais quand il a commencé à carburer, il est devenu trop précieux pour l’équipe. Le Croate est le deuxième joueur le plus performant de l’Inter (9 buts et 6 six passes décisives en 37 matches toutes compétitions confondues). Très généreux dans son jeu, Perisic est parti pour être un des piliers de l’équipe lors du prochain exercice.

LES –

GEOFFREY KONDOGBIA

Des débuts très difficiles, laborieux même. Sans doute, le montant de son transfert a pesé lourd sur ses épaules. Les comparaisons avec son compatriote Pogba ont mis encore plus de pression sur Kondogbia. Une saison globalement ratée, qui lui coûte l’Euro aussi, bien qu’il ait donné de bons signes dans les derniers matches. L’année prochaine serait la bonne ? Peut être.

STEVAN JOVETIC

Quel gâchis ce joueur ! Alors que son retour en Italie était l’un des dossiers les plus chauds du dernier mercato estival, sa saison a tourné au fiasco. Peu efficace (7 buts au total) compte tenu de sa réputation, le Monténégrin a passé de longues semaines à l’infirmerie, au moins selon le club. Mais, en réalité, beaucoup de monde parlait d’une mise à l’écart de la part de Mancini à cause d’une hygiène de vie indigne d’un sportif professionnel. En tout cas, Jovetic est annoncé de plus en plus sur le départ.

FELIPE MELO

Son recrutement était contesté par la majorité absolue des tifosi. Et ils ont eu raison. Le Brésilien est connu pour son jeu très musclé. Cette saison il n’a pas échappé à la règle. Avec 5 cartons jaunes lors de ses 7 premiers matches, Melo a confirmé son statut d’un boucher plutôt qu’un joueur de foot. Sans oublier son tacle karaté sur Biglia lors du match aller face à la Lazio.

LES AUTRES

Samir Handanovic: Il a réalisé une première partie époustouflante avant de baisser de régime autant que toute l’équipe.

Juan Pablo Carrizo: 4 matches en tout dont la demi-finale retour héroïque de la coupe face à la Juventus.

Tommaso Berni: Il était présent pour faire le nombre. Pas plus.

Ionut Radu: Le jeune gardien roumain a joué ses premières minutes avec les pros. C’était lors du dernier match face à Sassuolo.

Jeison Murillo: Auteur d’un début de saison canon, le Colombien s’est peu à peu éclipsé faute de manque d’experience.

Juan Jesus: Grand perdant de l’arrivée du duo Miranda-Murillo, il a tout de même montré ses capacités à chaque fois son entraîneur l’appelle.

Alex Telles: Il a montré de belles choses offensivement mais pour Mancini ce n’était pas assez. Il retourne à Galatasaray.

Andrea Ranocchia: L’ancien capitaine de l’Inter a perdu gros. Quelques apparitions pendant la première partie de la saison puis il quitte le club en prêt pour la Sampdoria.

Davide Santon: Une des décéptions du dernier exercice. Il avait une longueur d’avance par rapport à ses concurrents au poste. Mais, petit à petit, il est sorti des plans de Mancini. 13 appritions au total. Très peu !

Danilo D’Ambrosio: Le bourreau de Santon. Sa côte a monté au fur et à mesure. Il était même annoncé pour l’Euro en fin de saison.

Yuto Nagatomo: Des débuts difficiles mais globalement le Japonais a réalisé un saison correcte. Il a été récompensé par une prolongation de contrat.

Dodo: 5 petites minutes en coupe pour ponctuer un retour de blessure qui s’est fait attendre. Il est allé terminer la saison en prêt à la Sampdoria.

Martin Montoya: Il était venu avec l’étiquette d’un champion (vu son palmarès avec Barcelone), mais il n’a pas montré grand chose. Ne soyons pas très durs. Il n’a pas eu sa chance. Seulement 3 apparitions entre Décembre et Janvier. Très peu ! Direction le Betis pour lui.

Fabio Della Giovanna: 9 minutes au dernier match de la saison pour le capitaine de la Primavera de l’Inter.

Marcelo Brozovic: Le Croate est considéré comme un des hommes fort de l’équipe. Il est d’ailleurs le seul joueur créatif au milieu de terrain. Toutefois, son manque de régularité l’empêche de franchir un palier.

Gary Medel: Grinta, rage de vaincre, il dépanne dans l’axe quand on a besoin de lui. Le Chilien a fait une saison pleine. Malheureusement, il n’est pas estimé à sa vraie valeur !

Hernanes: 50 minutes lors des 2 journées inaugurales puis un transfert vers la Juventus.

Fredy Guarin: Elément essentiel du dispositif de Mancini pendant la 1ère partie de la saison. Il a enchainé le bon et le moins bon. Le Colombien a été vendu aux Chinois de Shanghai Shenhua lors du mercato d’hiver.

Assane Gnoukouri: 2 présences en championnat et 1 seule en coupe. La saison était compliquée pour le talentueux Ivoirien. Dommage !

Adem Ljajic: Son gros point faible est le manque d’efficacité. 4 buts et 3 passes décisives en 29 apparitions. Malgré son talent incontestable, le Serbe n’a pas su convaincre les dirigeants Interistes pour lever son option d’achat. Il retourne à la Roma.

Eder: Arrivé lors du mercato d’hiver après un début de saison convaincant avec la Sampdoria, l’Italo-Brésilien n’est plus que l’ombre de lui même. 1 seul but en 15 apparitions.

Jonathan Biabiany: Le Français a signé son retour après avoir été soigné de ses problèmes cardiaques. Il a répondu présent à chaque fois que son entraineur avait besoin de lui.

Rodrigo Palacio: Très généreux mais l’âge a ses raison. A 34 ans, l’Argentin n’est plus l’attaquant qu’il était à son arrivée à l’Inter.

Rey Manaj: 6 apparitions au total pour le jeune Albanais. Malheureusement, il n’a pas marqué. Mais, il a donné des signes prometteurs d’un futur grand.

L’ENTRAÎNEUR

Roberto Mancini a redonné la vie à cette équipe. Malgré tous ses choix contestables sur le plan tactique, personne ne peut nier le grand travail que le natif de Jesi a réalisé sur le plan mental. C’est très dur de redonner de l’espoir à des joueurs sans âmes. Mais Mancini l’a fait ! De plus, son impact est clair dans le recrutement des joueurs. L’été dernier, il a pratiquement demandé une équipe à ses dirigeants. Et avant la fin du mercato, il a eu ce qu’il voulait. Le seul point noir de la saison était le manque de stabilité de l’équipe. En effet, avec Mancini, on a vu des changements chaque semaine. Il semblait avoir trouvé son équipe-type en fin de saison. Mais c’était trop tard pour espérer une qualification en Champions League. Pour le moment, l’Europa League peut suffire.

LA SAISON PROCHAINE

Voilà le vrai défi qui attend l’Inter. Après avoir été en tête du championnat pendant plusieurs journées, l’équipe a montré qu’elle était capable d’arracher un billet pour la prochaine Champions League. Avec la situation financière du club dans l’œil de l’UEFA ainsi que la pression que mettent certaines « stars » de l’équipe, une qualification pour la compétition reine semble indispensable lors du prochain exercice. Et le titre ? Ça sera difficile, mais pas impossible. Les adversaires principaux partent avec une grosse longueur d’avance (surtout la Juventus). Toutefois, avec une régularité irréprochable, l’Inter pourrait lutter pour le titre de champion d’Italie qui lui file depuis 6 ans. Mais bon l’objectif reste la 3ème place dans un premier temps.




🔥 Les sujets chauds du jour :

Theo Hernandez courtisé, le Milan AC fixe son prix de vente

Mauvaise nouvelle, l’Inter perd un cadre sur blessure

Deux cadres de la Juventus incertain face à Naples

Beppe Bergomi révèle la clé du succès de l’Inter Milan cette saison

« Je suis émotionnellement attaché à la Juventus », Massimiliano Allegri

Avatar

Nadhem Korbi

Rédacteur



Derniers articles