Bilan de la saison : Inter

Par Cesco publié le 19 Juin 2015

inter

Nouvelle saison de transition pour une Inter qui n’a jamais trouvé la régularité nécessaire afin de finir dans ses objectifs, à savoir, la zone Champions League. Avec une huitième place morose sur le papier, les nerazzurri auront fait parler à tort et à raison. L’arrivée de Mancini pour remplacer l’indigent Mazzarri a cependant apporté une bonne dose d’optimisme malgré des résultats encore trop timides. Tout n’est donc pas à jeter en cette année 2014-2015 pour cette Inter qui a désormais de bonnes bases pour préparer la saison suivante.

LA SAISON DE L’INTER

graph-inter

– 8ème de Serie A

– Éliminée en quarts de finale de la Coupe d’Italie par le Napoli

– Éliminée en huitièmes de finale d’Europa League par Wolfsburg

– 52 matches, 21 victoires, 17 nuls, 14 défaites, 82 buts marqués, 59 buts encaissés

L’ÉQUIPE-TYPE

Meilleur buteur : Icardi, 27
Meilleur passeur : Icardi, Palacio & Guarin, 9
Joueur le plus utilisé : Juan Jesus, 4019

LES +

MAURO ICARDI

La saison de l’explosion pour Mauro Icardi. Tout jeune papa de 22 ans, il se souviendra longtemps de ce cru 2014-2015. Après deux années à 10 et 9 buts, le jeune argentin confirme l’étendue de son talent en finissant co-capocannoniere de Serie A avec 22 buts. Il a littéralement porté l’Inter sur ses épaules que ce soit en championnat ou en Europe avec 5 buts.

GARY MEDEL

Plein de belles promesses, son arrivée suscitait également des interrogations quant à son niveau de jeu réel. Le pitbull chilien a fait bien plus que le job au sein du milieu interiste. Agressif, déterminé et jamais avare en efforts, il est typiquement le joueur qu’il faut à l’Inter à la récupération depuis le départ de Cambiasso.

RODRIGO PALACIO

Très critiqué après la Coupe du Monde et son faible rendement avec les nerazzurri, Rodrigo Palacio a finalement retrouvé ses jambes de 20 ans avec de très belles performances. Si ses 33 ans pèsent au moment de choisir les titulaires pour l’année prochaine, il aura certainement une nouvelle carte à jouer. En tout cas, il est le véritable leader de cette Inter en recherche de repères et aurait bien mérité un brassard de capitaine.

LES –

ANDREA RANOCCHIA

Qu’il est difficile de prendre le brassard de Javier Zanetti ! D’autant plus quand le niveau ne suit pas. Ranocchia, malgré toute sa bonne volonté et son talent, s’est rendu coupable de trop d’erreurs qui ont couté cher à l’Inter cette saison. Il faudra fermer les robinets l’année prochaine car Mancini n’acceptera pas une telle saison deux fois de suite.

NEMANJA VIDIC

Des erreurs de jeunesses commises après la trentaine. On le savait en perte de vitesse du côté de Manchester, il est désormais à l’arrêt au sein d’une Inter où il n’a même pas pu verrouiller un poste de titulaire. Cartons rouges, penalties concédés, passes en retrait dangereuses, Nemanja s’est perdu.

YANN M’VILA

Annoncé comme un bon coup, le Français s’est vite révélé limité dans ses possibilités physiques. En surpoids en juillet, il l’était toujours en décembre. Conséquence, contrat résilié et retour en Russie pour celui qui espérait se relancer dans l’optique de l’Euro 2016 en France. Depuis l’escapade avec les bleuets, Yann a tout faux.

LES AUTRES

Samir Handanovic : Parfois magique, parfois inquiétant avec un jeu au pied indigne d’un top gardien.

Juan Pablo Carrizo : Très bon en Europe malgré une bourde fatale contre Wolfsburg qui vient ternir le tableau.

Juan Jesus : Saison en dents de scie pour un joueur qui symbolise les lacunes défensives de son équipe.

Marco Andreolli : Jamais serein, il n’a pas eu le volume de jeu qu’il attendait. Départ attendu.

Felipe : Arrivé de Parma, il n’a joué que quelques matchs et a démontré une belle combativité malgré une nouvelle blessure qui sent bon la fin.

Isaac Donkor : Deux apparitions quelconques en Europa League.

Hugo Campagnaro : Il n’a jamais pu apporter à l’équipe en raison de pépins physiques trop présents. La fin se rapproche.

Davide Santon : Arrivé de Newcastle, il se refait une santé dans son club de coeur. Prêt pour l’année prochaine.

Daniele D’Ambrosio : Buteur en Europe, il est toutefois irrégulier et doit améliorer la qualité de ses centres pour s’imposer.

Yuto Nagatomo : Absent une bonne partie de saison, sa fougue et sa vitesse fait du bien quand il est là.

Ibrahima Mbaye : Testé sur le côté gauche, Mbaye n’est pas taillé pour l’équipe A pour le moment.

Federico Dimarco : Saison des premières apparitions pour lui. Du temps de jeu pour l’année prochaine ? Pas sur.

Dodo : Indispensable pour Mazzarri, invisible sous Mancini dans la défense à 4 il va falloir lui trouver un rôle.

Jonathan : Blessé toute la saison, deux apparitions et des adieux certains à l’Inter fin juin.

Marcelo Brozovic : La bonne pioche du mercato a débloqué son compteur contre Empoli et a montré de belles choses avant de rentrer dans le rang.

Assane Demoya Gnoukouri : L’éclaircie interiste, aligné d’entrée face au Milan AC et la Roma, il a éclaboussé les observateurs par sa maturité à toute épreuve.

René Khrin : Pratique pour les normes UEFA à respecter. Sinon inutile.

Andrea Palazzi : Première apparition chez les pros !

Gaston Camara : Quelques minutes grappillées et méritées pour un ténor de la Primavera.

Matteo Kovacic : Un jeu sans risque parfois énervant mais quelques fulgurances qui le rendent indispensable pour autant ? Pas sur, il pourrait être le sacrifié de l’été.

Joel Obi : il pouvait enfin exploser, mais définitivement, ce n’est pas une bombe. Au mieux un pétard mouillé.

Zdravko Kuzmanovic : Bonne alternative en cas de blessure au milieu, il devrait cependant partir cet été.

Hernanes : Très inconstant, le Brésilien a fini sur les chapeaux de roues en numéro 10. À confirmer.

Fredy Guarin : Capable du meilleur comme du pire, Guarin ne changera jamais. À moins que …

Enrico Baldini : Une minute disputée. On espère qu’il l’a savourée.

Xherdan Shaqiri : Le feu follet suisse n’est pas encore au top de sa forme et cela s’est senti. De titulaire à remplaçant, l’été devrait lui faire du bien.

Lukas Podolski : En manque de confiance, il tape même dans le poteau quand il tire un corner. Plus actif sur Twitter que sur le terrain, Lukas quitte l’Inter par la petite porte.

Federico Bonazzoli : Il ne lui manquait qu’un but. Convaincant lorsqu’il a joué, il part à la Samp cet été avec une option de rachat pour l’Inter.

George Puscas : À la vue de ce qu’il peut faire en Primavera, on a vraiment envie de le revoir plus longtemps sur le terrain avec les pros.

LES ENTRAÎNEURS

WALTER MAZZARRI

On s’attendait à une montée en puissance de son 3-5-2, on a eu une lourde chute du niveau de jeu et des résultats avec une défaite face à Parma en point d’orgue. Qu’à cela ne tienne, Thohir n’a pas tardé à prendre la décision qui s’imposait : le remerciement. Dommage.

ROBERTO MANCINI

Arrivé au sein d’un navire qui prenait l’eau de toute part, Mancini a eu le mérite de rafistoler la coque en donnant une mentalité d’équipe à onze joueurs perdus sur le terrain. Rome ne s’est pas construite en un jour et il lui faudra du temps. Avec quelques résultats référence (contre la Roma par exemple) et des prestations bien meilleures, il peut faire du bon boulot. L’été tombe à point nommé.

LA SAISON PROCHAINE

Retour à la case départ. L’été s’annonce mouvementé à l’Inter avec un mercato agité où Mancini attend 9 joueurs (seulement !). Thohir va devoir faire le maximum pour contenter son entraineur et des médias qui n’hésiteront pas à titrer « Inter da scudetto » dès la première recrue arrivée. Une nouvelle fois, la zone Champions est visée. Il ne reste plus qu’à joindre l’acte à la parole.

Cesco

Rédacteur en Chef



Lire aussi