Bilan de la saison 2017/2018 : Fiorentina (troisième partie)

Par Kévin Gasser publié le 06 Juin 2018
Crédits

Les trois meilleurs et moins bons joueurs de la saison sont décrits dans la deuxième partie du bilan !

Sportiello : Ses 15 clean sheets en Serie A sont malheureusement le cache-misère de la saison, en demi-teinte, du gardien titulaire de la Fiorentina. Il a souvent été fébrile dans son jeu au pied et n’a pas su s’imposer en tant que patron de sa surface. Il avait pourtant réalisé un très bon début de saison mais s’est révélé fragile mentalement, enchaînant les performances moyennes alors qu’il a été recruté pour endosser ce rôle de titulaire sur plusieurs saisons. Au lieu de ça, le directeur sportif Pantaleo Corvino, s’active sur le marché des transferts et s’est déjà renseigné auprès de l’Udinese pour le jeune espoir Alex Meret (21 ans).

Laurini : Limité techinquement, le latéral droit franco-italien a été recruté pour apporter les assurances défensives qui manquaient à Tomović. Et de ce côté, sa saison est réussie ! Propre dans ses relances, s’aventurant même parfois dans la moitié de terrain adverse, Pioli préférait toutefois l’utiliser lors des matches où la principale préoccupation était de défendre.

Astori : Comment ne pas se remémorer ses montées ravageuses, des dribbles chaloupés qui transpiraient ses intentions de porter la Fiorentina vers les sommets. Capitaine pour toujours de la Viola. Émettre une quelconque critique serait déplacé. RIP Davide.

Milenković : A évidemment vu son temps de jeu augmenter avec les circonstances dramatiques de la saison. Pour autant, le Bulgare de 20 ans a dévoilé au grand jour tout son potentiel. Un physique athlétique et une relance propre, une grande impression de sérénité qui rassure les dirigeants toscans et affolent les recruteurs européens.

Biraghi : L’ex-joueur de Pescara s’est imposé très rapidement en tant que titulaire du 4-3-3 de Stefano Pioli. Sa capacité à se projeter vers l’avant et son activité sur le terrain lui permettent également d’avoir la primeur dans le 3-5-2 en position de piston gauche. Un bilan plus que satisfaisant avec 1 but et 5 passes décisives qui augure une place de titulaire pour la saison prochaine. En gommant ses imperfections techniques, Cristiano Biraghi pourrait même venir toquer à la porte de la Nazionale, en pleine reconstruction.

Maximiliano Olivera : Biraghi ne lui a laissé que 409 minutes de jeu. Très peu pour se montrer et gagner sa place de titulaire surtout que l’Uruguayen n’en a pas profité pour réaliser des bonnes prestations. C’était sans aucun doute sa dernière saison sous les couleurs de la Viola.

Vitor Hugo : Utilisé dans la rotation de l’effectif après une prestation calamiteuse lors de la 1re journée face à l’Inter (défaite 3-0), le Brésilien est néanmoins resté dans la mémoire des tifosi en inscrivant d’un superbe coup de casque le but de la victoire face à Benevento (1-0) le 11 mars, premier match après la disparition du capitaine Davide Astori. Il était le remplaçant du défenseur et portait le numéro 31 (Davide Astori portait le 13).

Badelj : Le Croate figure parmi les tout meilleurs gratteurs de ballons de Serie A et est aussi le 5e joueur à avoir couvert le plus de terrain (11,56 kilomètres/match). C’est avec brio qu’il a continué l’oeuvre de Davide Astori en étant un capitaine charismatique de la Fiorentina. Devenu indispensable au milieu de terrain et au sein du groupe, la direction de la Fiorentina va tout faire pour le conserver. Les négociations sont toujours en cours.

Benassi : Ce n’est pas déprécier sa saison que de le définir comme le troisième milieu de terrain de la Fiorentina tant Badelj et Veretout semblent indéboulonnables du onze titulaire. Marco Benassi, pour sa première saison en tant que gigliato, a participé à 37 rencontres pour 5 buts et 2 passes décisives. C’est assurément le box-to-box de ce milieu à trois, celui qui est capable de gratter un ballon et de mener l’offensive. A 23 ans, l’ex-Torino a encore une belle marge de progression devant lui et s’est imposé comme un titulaire indiscutable.

Cristoforo : L’Uruguayen fait partie des « naufragés de l’Inter », sûrement un des plus mauvais matches de la Fiorentina (défaite 3-0 lors de la 1re journée) où plusieurs joueurs en ont payé les conséquences (Tomović, Vitor Hugo). 266 minutes de jeu sur toute une saison pour le milieu de terrain, ou 266 raisons de quitter la Toscane lors du mercato estival.

Bryan Dabo : Recruté pour sa polyvalence, l’ancien stéphanois a grappillé ici et là plus de 1200 minutes de temps de jeu pour une contribution plus que satisfaisante : 2 buts et 1 passe décisive.

Carlos Sanchez : Généreux dans les efforts, le Colombien n’a pourtant pas su s’imposer dans le milieu à trois de Stefano Pioli. Est donc logiquement allé voir en Espagne si l’herbe n’était pas plus verte. Et il a pris la bonne décision puisque son temps de jeu à l’Espanyol lui a permis de rester affûté et de faire partie des 23 Colombiens sélectionnés pour le Mondial en Russie.

Saponara : quel bonheur de retrouver le milieu offensif à 100 % de ses capacités ! Longtemps blessé, l’esthète manquait cruellement à la Fiorentina tant il semble le seul à avoir pu faire ce lien entre le milieu et l’attaque. Quelque 900 minutes de jeu lui ont suffi pour régaler ses coéquipiers de 4 passes décisives. Nul doute que Stefano Pioli l’intégrera dans son prochain système de jeu la saison prochaine.

Chiesa : Il aurait pu figurer dans les tops de la saison de la Fiorentina, mais nous avons préféré mettre en lumière l’explosion des recrues, qui ont été capables de s’adapter rapidement à la Serie A (Pezzella, Veretout) et également récompensé l’abnégation de Giovanni Simeone. Le fiston Chiesa a tout simplement tiré son équipe vers le haut de par sa soif de vaincre et sa générosité sans borne. Au-delà de ses capacités techniques, de sa vitesse, et de ses frappes parfois redoutables, Federico Chiesa fait montre d’une maturité exceptionnelle pour un gamin de 20 ans. Auteur de 6 buts et 9 passes décisives, la Fiorentina fera tout pour le garder et a d’ailleurs déjà refusé une offre de 60M€ en provenance de la Juventus.

Gil Dias : Le Portugais a tout pour réussir : qualités techniques, vista, vitesse, il ne lui manque qu’une chose : une influence plus forte sur le jeu offensif de son équipe. L’ex-Monégasque manque d’ampleur sur le terrain, et semble choisir ses actions, ce qui tranche avec son pendant Federico Chiesa. Muscle ton jeu Gil !

Babacar : A longtemps fait de l’ombre au Cholito en faisant des entrées réussies jusqu’à inscrire 4 buts en seulement 400 minutes de jeu. Mais El Khouma voulait un poste de titulaire et c’est ce qu’il est allé chercher à Sassuolo en rejoignant les Neroverdi à la trêve hivernale. Manque de bol, c’est exactement le moment qu’a choisi Matteo Politano pour exploser et devenir l’artisan du maintien avec 7 buts et 1 passe décisive sur la phase retour.

Falcinelli : La Fiorentina a clairement perdu au change avec le transfuge de Sassuolo. Inefficace vêtu de noir et vert, l’Italien de 26 ans a été inefficace en violet. 431 minutes jouées pour aucun but marqué. C’est léger.





Avatar

Kévin Gasser

Rédacteur



Derniers articles

Revue de presse quotidienne du calcio

Recevez chaque jour à midi un email avec nos meilleures actualités. (Service gratuit)

Inscription effectuée ! Vous aller recevoir un email et vous devez impérativement confirmer votre inscription.