Le bilan à la mi-saison : Torino

Par Giuliano Depasquale publié le 28 Déc 2015

TORINO

Ce qui a fonctionné

La tactique. Le 3-5-2 de Ventura fonctionne encore et toujours, alors pourquoi le modifier ? Certes, l’entraîneur adapte quelques fois sa tactique à l’adversaire, mais la défense à trois complétée par les latéraux en phase défensive est toujours la marque de fabrique du Génois. Le système de jeu permet une remontée rapide finalisée par un Quagliarella, accompagné de Belotti ou de Maxi Lopez quand la situation le requiert.

Les coups de pieds arrêtés. Le Toro fait preuve d’une grande efficacité sur ces opportunités. Jusqu’à maintenant, elles ont amené cinq buts. Ce qui n’est absolument pas négligeable pour un club de ce niveau, qui peut donc faire souffrir un adversaire plus fort à tout moment. Pourtant, Glik n’a encore marqué aucun goal pour le moment, lui qui avait conclu l’exercice précédent avec sept réalisations (notamment sur des corners).

Le fair play. Juste derrière le Napoli, les granata sont les joueurs ayant reçu le moins de cartons, avec 35 jaunes et deux rouges. Il faut néanmoins spécifier que les deux expulsions étaient survenues lors du même match, contre Palermo. Cette statistique n’accorde aucun prestige, au contraire puisque les équipes du top sont les plus « méchantes ». Cependant, cela a toute son importance concernant le maintien d’un onze type, car Ventura ne possède pas le banc des cousins Juventini…

Ce qui n’a pas fonctionné

La régularité. C’est le plus gros souci du Torino : Les mauvais résultats s’enchaînent quelques semaines pour finalement laisser place à une série de victoires qui seront suivies de défaites, et ainsi de suite. D’ailleurs, des points ont été perdus bêtement lors de ces périodes, notamment contre le Genoa (3-3, égalisation adverse à la 94e) et sur le terrain de Carpi (défaite 2-1).

La grinta. Le manque d’envie et le défaitisme de certains joueurs ont souvent été cruciaux dans le résultat final. Les exemples ne manquent pas et, encore lors de la dernière journée en date contre l’Udinese (défaite 1-0), le groupe s’est incliné alors que l’adversaire était réduit à dix depuis l’heure de jeu. Quelques joueurs se bougent réellement afin d’aller arracher la moindre unité, mais ça ne suffit pas à fédérer l’équipe entière. C’est certainement un point à revoir pour la deuxième partie de saison.

– La conclusion. Que ce soit contre Carpi (défaite 2-1), le Chievo (défaite 1-0) ou même l’AS Roma (1-1), les granata pouvaient espérer bien mieux. Ils n’ont cependant pas su tirer profit de leurs moments de domination afin de tuer le match et se sont à chaque fois fait surprendre. La possession de balle est bien là, mais le groupe peine à trouver la solution dans le rectangle adverse.

Le joueur à retenir

Daniele Baselli. La recrue estivale en provenance de l’Atalanta a connu un début d’exercice en fanfare avec le Toro en marquant trois buts en trois matches, soit autant que ce qu’il avait pu inscrire jusque-là dans l’ensemble de sa jeune carrière professionnelle. À 23 ans, il est déjà la pièce maîtresse de l’entrejeu de Ventura, et s’illustre par ses qualités offensives. À ce rythme, nul doute qu’un club plus important fera rapidement une offre que les dirigeants turinois ne pourront pas refuser.

Le joueur à oublier

Christian Molinaro. Aussi bien dans le couloir droit que gauche, il met également régulièrement la défense en danger à cause de passes imprécises. De plus, la qualité de ses centres laisse souvent à désirer, ce qui contraint parfois l’entraîneur à le remplacer. Molinaro parvient de temps à autre à apporter une certaine percussion dans le secteur offensif, mais il n’arrive pas pour autant à être décisif.

Giuliano Depasquale

Rédacteur



Lire aussi

Auguri Diego !

Cher Diego, Joyeux 60e anniversaire ! 1984. Qu’il semble loin le temps où, banni d’Espagne, […]