Le bilan à la mi-saison : Milan AC

Par Matthieu Pianezze publié le 31 Déc 2016
Crédits

Milan AC

En bref

Le Milan AC, après trois longues saisons d’un marasme profond, semble se réveiller doucement et retrouver un peu de sa dignité. Cet été, les clefs du navire ont été confiée à Vincenzo Montella. Il a su redonner de la cohérence à cette équipe en manque total de repères la saison passée. Avec un mercato somme toute modeste, il a su bâtir une équipe solide qui navigue à seulement deux petits points de la zone Champions League, avec un match en retard à disputer en février face à Bologna. Le fait d’avoir fait tomber la Juventus en Serie A, pour la première fois depuis 2011 dans un San Siro brulant, puis en finale de la Supercoppa à Doha a redonné une grande fierté au peuple rossonero. En coulisse, les tractations pour la vente du club continuent, mais les 200 millions déjà versés par les chinois ainsi que les déclarations rassurantes de ces derniers, semblent aboutir à une conclusion prévue en mars 2017.

Ce qui a fonctionné

La méthode Montella : Après les échecs Inzaghi, Mihajlovic et Brocchi il était temps de stabiliser le poste d’entraineur et de dresser un carnet de route solide et lisible. L’ancien coach de la Viola et de la Samp rêvait depuis longtemps de prendre en main un top club. Il n’a pas laissé passer sa chance, s’adaptant à des contraintes financières fortes en l’attente de la vente du club. Il a su bâtir une équipe qui a défaut d’être flamboyante dans le jeu est cohérente et disciplinée. Il n’hésite pas à lancer des jeunes et à les faire progresser constamment.

La jeunesse dorée : Depuis plusieurs saisons pour tenter de sauver ce qui pouvait encore l’être, Galliani n’avait de cesse de répéter que le Milan AC s’était lancé dans un projet jeune en misant sur la qualité de son centre de formation. On finit par croire que ce n’était pas des paroles en l’air avec Donnarumma, Locatelli, Calabria qui sont voués à un immense avenir. Sans oublier des joueurs fondamentaux dans l’effectif dont la moyenne d’âge oscille entre 21 et 25 ans tels Suso, Romagnoli, De Sciglio, Niang, Pasalic, Bertolacci. Le tout rend un ensemble cohérent et prometteur, qui laisse augurer un avenir intéressant.

Une solidité défensive retrouvée : Source de raillerie des tifosi depuis de longues saisons maintenant, la défense rossonera retrouve enfin un peu de solidité et d’efficacité. Avec un Donnarumma de plus en plus monstrueux et une charnière centrale Paletta-Romagnoli qui passe rarement à travers, les hommes de Montella ont seulement encaissé 20 buts. Ce qui les placent en 3ème meilleure défense du championnat derrière la Juventus et l’AS Roma. Abate retrouve également un niveau intéressant tandis qu’à gauche De Sciglio retrouve un peu de confiance et devra résister au retour de blessure d’Antonelli.

Ce qui n’a pas fonctionné

Les matchs face aux gros : Vous nous direz certes que le Milan AC a battu la Juventus pour la première fois depuis 2011. Néanmoins, pour retrouver la Champions League la saison prochaine, il faudra inverser la tendance lors des matchs retours. En effet, avec des défaites face au Napoli, à l’AS Roma et des matchs nuls face à l’Inter, la Fiorentina et la surprenante Atalanta trop de points primordiaux sont laissés en route et pourraient se payer cher en fin de saison.

Le banc de touche : Soyons clairs, son apport est quasi nul depuis le début de la saison et Montella ne peut compter que sur un noyau de 12-13 joueurs au niveau. Des joueurs comme Gomez, Honda, Luiz Adriano, Poli, Sosa ou Mati Fernandez n’ont pas été capables de se montrer à leur avantage lors de leurs différentes apparitions. Avec un mercato hivernal prévu à cout zéro, la situation risque de perdurer et Montella devra prier très fort pour éviter les blessures et les suspensions.

Le joueur à retenir

Suso : Le petit ailier espagnol réalise une première partie de saison de très haut niveau. Titulaire inamovible du 4-3-3 rossonero il a fait du flanc droit sa possession. Vif, technique et percutant il semble enfin percer au plus au niveau et décoller cette étiquette d’éternelle promesse. Avec déjà 5 buts et 7 passes décisives il a tout pour réaliser une deuxième partie de saison du même acabit.

Le joueur à oublier

José Sosa : Arrivé pour 7,5 millions en provenance de Besiktas et auréolé d’une grosse saison en Turquie il devait apporter une plus value technique au milieu de terrain lombard. Résultat des courses, 6 petits matchs disputés pour un bilan frôlant le néant. Incapable d’apporter quoique ce soit au jeu milanais, il risque avec le retour en forme de Bertolacci de vivre une longue période sur le banc de touche.




🔥 Les sujets chauds du jour :

« Je veux gagner des trophées avec la Juve », Dusan Vlahovic

Fabio Cannavaro justifie son choix pour l’Udinese

« L’objectif est d’obtenir le meilleur résultat », Massimiliano Allegri

Ibrahimovic propose Xavi Hernandez au poste d’entraîneur du Milan AC

La Juventus s’intéresse à Patrick Dorgu

Avatar

Matthieu Pianezze

Rédacteur



Derniers articles