Le bilan à la mi-saison : Genoa

Par Matteo Pogliani publié le 27 Déc 2015

genoa

Ce qui a fonctionné

– L’affluence au stade. Pour trouver des points positifs dans ce début de saison, il faut se creuser les méninges. Mais pas seulement, il faut aussi ouvrir les yeux et se rendre compte que le Luigi Ferraris attire toujours autant de supporters, alors même que l’équipe éprouve de très grandes difficultés sur cette première partie de saison. Plus de 21 000 supporters de moyenne à domicile, ce n’est pas rien pour un stade comprenant 36 703 places.

– Les seules victoires à domicile. En même temps, les tifosi ont plutôt raison de venir supporter leur équipe à domicile étant donné que les seules victoires des rossoblù ont eu lieu au Luigi Ferraris. Maigre consolation certes, mais on dit souvent que le maintien passe par des points récoltés dans son antre. Et le Genoa peut compter sur son stade et son ambiance pour se sortir de cette mauvaise passe.

– L’éclosion de certains jeunes. Et tout particulièrement Laxalt et Ntcham. Alors certes, le jeu proposé par l’équipe de Gasperini est loin d’être plaisant et efficace. Mais, dans ce méli-mélo, ces deux jeunes joueurs semblent avoir pris leurs responsabilités et sont les moteurs de cette équipe. Tous deux arrivés en prêt, ils allient substance et technique pour tenter de mener l’équipe. Joueurs à suivre !

Ce qui n’a pas fonctionné

– La gestion de l’été. Beaucoup de choses n’ont pas fonctionné sur ce début de saison. Mais tout a commencé avant le 23 août et la première défaite face à Palerme. La 6ème place de l’an passé ainsi que la suprématie de la ville paraissent si loin. Les problèmes financiers du club, l’empêchant de tenter l’expérience européenne, ont eu un impact négatif tant sur un mercato impossible à réaliser que sur un moral au plus bas. L’équation n’a donc pas été bonne.

– Un Gasperini à bout de souffle. Meneur d’hommes l’an passé, Gasperini semble ne plus avoir la recette pour que la sauce prenne cette saison. On dirait presque même qu’il n’a plus le mordant pour tenter d’inverser la tendance, comme si cette régression parait inéluctable. Pas de changement de schéma tactique : toujours avec une défense à trois, et un trio d’attaque tantôt composé d’un trequartista, tantôt non. Il faut désormais trouver des solutions, et vite Mister.

– Une défense perméable et une attaque presque stérile. Presque comme une conséquence des deux points précédents, il résulte de ce début de saison que le Genoa peine énormément à trouver le chemin des filets (seul l’Hellas a inscrit moins de buts), et à préserver sa cage inviolée (23 buts encaissés en 17 rencontres). À ce rythme-là, le maintien risque d’être acquis beaucoup plus tard que prévu, si maintien il y aura.

Le joueur à retenir

Leonardo Pavoletti. Ce n’était pas facile de trouver un joueur qui sorte du lot dans cet effectif. Et pourtant : Pavoletti est l’homme fort des rossoblù grâce à ses cinq réalisations et à sa passe décisive en dix rencontres disputées. Oui, car entre blessures et suspensions, Leonardo a énormément manqué à l’équipe entraînée par Gasperini. Point de repère devant, présent à la finition, il devient indispensable, lui qui a inscrit un tiers des buts de l’équipe.

Le joueur à oublier

Diego Perotti. L’une des révélations de la saison dernière est rapidement devenue une désillusion. Alors que les grandes écuries attendaient son éclosion, Perotti a surement subi de plein fouet le renouveau raté de l’équipe ainsi que sa blessure de début d’exercice. Avec un seul but pour autant de passes décisives, on retiendra davantage sa récente expulsion directe face à Bologna. Dommage.

Matteo Pogliani

Rédacteur



Lire aussi

Auguri Diego !

Cher Diego, Joyeux 60e anniversaire ! 1984. Qu’il semble loin le temps où, banni d’Espagne, […]