Le bilan à la mi-saison : Chievo

Par Guedid Mohamed publié le 28 Déc 2015

chievo

Ce qui a fonctionné

-Albano Bizzarri : Il envoie un message fort à tous ceux qui se demandaient encore comment il avait fait pour déloger Bardi la saison dernière, et qui doutaient de ses capacités à un âge aussi avancé que le sien (38 ans). L’Argentin est tout simplement l’un des meilleurs portiers cette saison, et est le dernier rempart de la 6ème meilleure défense.

-Les attaquants : Un peu comme en défense centrale où règne une saine concurrence, le secteur offensif compte plusieurs joueurs qui se sont plus ou moins démarqués. Paloschi avec ses 6 buts est l’arme fatale de cette équipe du Chievo, mais Meggiorini avec ses 4 réalisations et le débutant Inglese avec ses 3 buts sont des alternatives plus qu’intéressantes, sans oublier le vieux renard d’Aoste, Sergio Pellissier, qui a lui aussi trouvé le chemin des filets.

-Rolando Maran et sa mentalité : Depuis son arrivée en octobre 2014, le moins que l’on puisse dire c’est que Rolando Maran fait un travail de très bonne qualité. Sous son impulsion, le Chievo est en train de muter en une équipe qui recherche plus qu’un simple maintien. Après avoir tranquillement sauvé son club, il fait encore mieux cette année en allant titiller la première moitié du tableau. Son équipe est articulée en 4-3-1-2, le juste milieu entre attaque et défense, et dépend des inspirations de Birsa et de Hetemaj dans l’entre-jeu. Cerise sur le gâteau, pour lui pas de choix tout faits, seuls les plus en forme jouent, une concurrence qui fait du bien aux gialloblu.

Ce qui n’a pas fonctionné

-L’élimination en Coppa : Contrairement aux bons points où nous nous sommes efforcés de rester concis, trouver ce qui n’a pas fonctionné aura été un exercice d’un tout autre calibre compte tenu des ambitions du Chievo. Le seul petit bémol étant l’élimination précoce dès son entrée en lice au 3ème tour de la Coppa Italia. Malgré un effectif au grand complet, le Chievo s’est fait sortir après prolongation et à domicile, par une Salernitana pensionnaire de Serie B. Il y avait mieux à faire.

Le joueur à retenir

-Riccardo Meggiorini : Loin du buteur hors-pair tel qu’on l’imagine, Riccardo Meggiorini a su faire évoluer son jeu, tournant désormais autour de son avant-centre. Un 9 et demi comme on dit dans le jargon, qui bouge un peu comme il veut. Très inspiré cette saison, il a réussi à marquer par 4 fois, mais aussi et surtout à délivrer pas moins de 7 passes décisives. Tout simplement le deuxième meilleur passeur de Serie A, à une longueur de Bonaventura.

Le joueur à oublier

-Paul-José M’Poku : Après une moitié de saison à Cagliari où on avait entrevu quelques promesses, le jeune attaquant congolais a encore une fois été prêté par son club du Standard de Liège. À Vérone pourtant, il ne trouve pas ses marques et fait petite mine sur le banc. Il n’a foulé les pelouses de Serie A qu’à 5 reprises cette saison.

Guedid Mohamed

Rédacteur Milan



Lire aussi