Sans Biglia, la Lazio n’est plus la même

Par Gilbert Simonutti publié le 22 Oct 2015
Crédits

lazio

Un seul être vous manque. Ce n’est plus un secret, une Lazio avec ou sans Lucas Biglia ce n’est pas la même équipe. Le milieu de terrain argentin est le chainon fondamental dans l’économie du jeu voulu par Stefano Pioli et certainement le seul joueur irremplaçable pour les biancocelesti. Les statistiques, aussi froides peuvent-elles paraitre, sont implacables. En championnat, les trois défaites subies par la Lazio (Chievo, Napoli et Sassuolo) sont arrivées en l’absence du capitaine alors qu’en sa présence, l’équipe a remporté ses trois matchs disputés. Élargie aux rencontres européennes, la stat se confirme et l’affrontement aller-retour contre le Bayer Leverkusen lors des barrages de Champions League en est l’exemple le plus flagrant. Victoire 1-0 à l’aller avec Biglia sur le terrain mais défaite 3-1 au retour sans l’Argentin. Les chiffres ne mentent pas et l’espoir du peuple laziale est que l’ancien joueur d’Anderlecht revienne au plus vite.

Encore absent ce soir contre Rosenborg, Stefano Pioli assure pouvoir compter sur son maestro dimanche contre le Torino. Un retour important car au delà des statistiques, Lucas Biglia est le véritable dépositaire du jeu de la Lazio. La rencontre contre Sassuolo a encore une fois mis en avant les difficultés des biancocelesti à créer du jeu en l’absence de son chef d’orchestre et ses deux remplaçants, Onazi et Cataldi, ont pris le bouillon contre l’énergique et efficace milieu de terrain neroverde. Les deux jeunes milieux sont d’ailleurs moins en vue depuis le début de la saison et aucun des deux n’est en capacité de reprendre le flambeau lorsque l’Argentin n’est pas là. Ce n’est plus une surprise mais Biglia est l’âme et le cœur du onze entrainé par Pioli. Après l’avoir récupéré, le prochain objectif du coach sera de le préserver d’une nouvelle blessure car jamais une saison de la Lazio ne semble autant dépendre que d’un seul homme.




🔥 Les sujets chauds du jour :

Luciano Spalletti révèle la hiérarchie pour les tireurs de pénalty avec l’Italie

« J’ai hâte d’affronter l’Italie », Alvaro Morata

« Nous devons être au même niveau que l’Espagne », Giacomo Raspadori

« Scamacca peut être l’avant-centre dont l’Italie a besoin », Cesare Prandelli

Frattesi nomme deux légendes italiennes comme étant des modèles

Avatar

Gilbert Simonutti

Rédacteur



Derniers articles