Le Duel : Donnarumma VS Handanovic

Par Matteo Pogliani publié le 29 Jan 2016

Le Duel

Sur sa ligne de but

Niveau réflexes, réactivité sur sa ligne de but, le duel prend tout de suite une tournure intéressante. En effet, Donnarumma a montré lors des rencontres disputées jusqu’ici en Serie A qu’il avait la capacité, et surtout la facilité, à vite se coucher au sol ou à s’envoler pour empêcher l’adversaire de marquer. Et pourtant, du haut de ses 196 centimètres, la tâche n’est pas des plus simples, surtout lorsque l’attaquant adverse se trouve à bout portant. Pour le moment, sur sa ligne de but, Gigio répond présent. Grâce à sa réactivité et à sa vitesse d’exécution, il fait de son envergure un réel atout.

Que dire alors de Samir Handanovic ? Il ne se passe pas une journée en Serie A qui ne soit pas ponctuée par un magnifique arrêt réflexe (voire même plusieurs) du dernier rempart neroazzurro. Son sens de l’anticipation est sans aucun doute l’une de ses qualités majeures qu’il sublime par une capacité à réagir sur sa ligne de but déconcertante pour ses adversaires. Des gants, des pieds, des jambes, un mur réel semble se dessiner dans les buts de l’Inter. Jusque-là, Samir fait donc l’unanimité. Et quand on sait que même sur les pénalties, Handanovic a un flair incroyable pour deviner le côté choisi par l’adversaire, on ne peut qu’admettre qu’il est le chef dans ce domaine.

Vainqueur : Handanovic.

Dans les airs et les sorties

La comparaison entre deux gardiens pour un duel est difficile, tant ces derniers peuvent se retrouver dans des situations déjà fortement compromises par les ratés de leurs coéquipiers. Mais, dans les airs et sur leurs sorties, ils prennent leurs responsabilités et deviennent maîtres de leurs agissements. Ainsi, Donnarumma fait de sa hauteur son atout principal pour être à la réception des centres adverses. Fort physiquement, dès qu’il se lance dans une interception, elle est le plus souvent réussie, ce qui a de quoi rassurer ses défenseurs. Les sorties dans les pieds de l’attaquant adverse sont plutôt convaincantes aussi étant donné qu’il devient difficile de le contourner ou de le prendre à défaut. Côté balle au pied, les relances sont certes à retravailler, mais ses dégagements restent tout de même corrects.

Du côté nerazzurro, alors que l’on fait l’éloge des arrêts réflexes de Samir match après match, on se questionne toujours autant sur ses interventions hors de sa ligne de but. D’énormes progrès ont été faits par le gardien interiste dans ses interceptions aériennes sur les centres adverses, même si, parfois, quelques frayeurs traversent tifosi et entraîneur. Ses sorties dans les pieds de l’attaquant, son intelligence de placement et sa lecture du jeu lui permettent de réussir avec brio ce type d’interventions. Le plus gros bémol reste son jeu balle au pied. Ses relances arrivent rarement à destination et ne vont que trop rarement assez loin pour se montrer intéressantes, notamment lorsqu’elles sont faites sous la pression d’un attaquant adverse. Et le fantôme de l’Handanovic version Fiorentina plane sur chacun de ses contrôles et chacune de ses relances.

Vainqueur : Donnarumma.

Jeunesse versus expérience

Ce Derby della Madonnina tant attendu à Milan et dans l’Italie entière sera aussi le premier derby disputé par le très jeune Gianluigi Donnarumma (âgé de 16 ans, on le rappelle). S’il n’a pas eu froid aux yeux lors des rencontres face à la Roma ou encore à la Juventus, il n’en reste pas moins que le derby de Milan est un match à part entière, un match qu’il va forcément sentir beaucoup plus que les autres étant donné qu’il a été formé à l’AC Milan. La question qui se pose est donc celle de savoir s’il réussira à contrôler ses émotions dans un match à si fort enjeu pour les deux équipes. Sa fougue, sa fraîcheur, sa jeunesse ont été jusque-là plutôt un atout, mais ces mêmes qualités peuvent vite le rattraper dans une rencontre aussi importante que celle-ci.

De son côté, Mancini peut toutefois être rassuré, Handanovic a l’habitude de disputer ce genre de rencontre, et notamment des derby face au Milan. Ainsi, fort de son expérience et de sa concentration infaillible, il saura davantage canaliser ses émotions pour faire abstraction de la pression et de l’enjeu de ce match. Certes, dernièrement Samir prend de plus en plus de buts, dont notamment trois en Coupe d’Italie mercredi dernier, mais nul doute qu’il réussira à faire le vide avant la rencontre de dimanche soir. Car, en championnat, il reste sûrement le meilleur gardien de cette première partie de saison. Et ce n’est pas pour rien.

Vainqueur : Handanovic. 

La redac’ tranche

Côté Milan, Mihajlovic pourra, sans aucun doute, compter sur son poulain pour préserver au mieux la cage rossonera inviolée. Mais force est de constater qu’Handanovic vit surement sa saison la plus aboutie, et la confiance qu’il a engrangée match après match risque bien de faire de lui, pour la quatrième fois de la saison, l’homme d’un match terriblement important.

Matteo Pogliani

Rédacteur



Lire aussi