Zapata, centenaire historique : Le défi de la Serie A, entre hauts et bas (2/3)

Par Rafaele Graziano publié le 29 Oct 2021
Crédits

Le 17 octobre 2021, Duván Zapata inscrit son 100ème but en Serie A, devenant le 1er colombien à franchir ce cap, un événement que la rédaction de Calciomio entend mettre à l’honneur. Après des débuts prometteurs en Amérique du Sud où le jeune attaquant se forge un caractère et une réputation de sniper au grand coeur, Zapata débarque en Italie par le port de Naples, une ville qui place en lui de grandes attentes alors que le club s’impose peu à peu dans la cour des grands.

Le Napoli, mauvais timing ?

Par l’intermédiaire de Mauricio Pellegrino, ancien second de Rafa Benitez à l’Inter et à Liverpool, le Napoli écrase la concurrence de Sassuolo et s’adjuge les services du jeune colombien alors parti pour incarner l’avenir de l’attaque partenopea. Mais l’avenir ne réserve pas que de bonnes surprises et si Duvan est reconnaissant de pouvoir évoluer avec une équipe aussi talentueuse qu’était le Napoli de 2013, il devra bien souvent céder sa place à l’ogre argentin Higuain qui raflera tout sur son passage. Le natif de Cali ne jouera que 16 matchs de championnat pour uniquement 5 titularisations. Difficile de faire oublier un avant-centre aussi complet et ravageur que Pipita avec si peu d’expérience. Loin de s’apitoyer sur son sort, Zapata sort grandi de cette première saison napolitaine et apprend énormément de son homologue argentin dont il observe attentivement les mouvements dos au but et la science du placement.

Deux saisons passent mais les bulletins de notes ne sont pas convaincants : Zapata est volontaire et possède une énorme marge de progression, il prouve qu’il est capable de marquer même en Europe (l’OM notamment) mais ses 11 petits buts en Serie A (11 titularisations et 37 apparitions) pèsent sur le bilan du joueur qui n’est certes pas détesté des tifosi, mais est aussitôt catalogué comme trop timide. Un physique pourtant si puissant permettrait de peser sur les défenses italiennes, mais plus qu’une raison physique, c’est d’une question tactique qu’il a été décidé de prêter le joueur dès la saison 2015/16 alors que Sarri, à peine débarqué, évoquait ne pas compter sur l’avant-centre colombien. Le rêve ne se brise toujours pas, loin de là, peut-être qu’une expérience plus modeste lui serait bénéfique.

Les prêts, la rédemption

Avec 36 buts cette année-là, Higuain éclipse le départ de Zapata mais ce dernier trouvera en ses 2 clubs intérimaires une confirmation que sa résurrection est possible. Ses qualités de finisseur sont indéniables et dès lors qu’une confiance ultérieure lui est donnée, les résultats se font entendre. Mais plus que les chiffres, c’est sa capacité à endosser ses responsabilités qui le rend irrésistible aux yeux des tifosi. Après le Napoli arrivera l’Udinese où le Colombien inscrira 19 buts en 2 saisons, on a connu mieux certes mais à en considérer son tempérament et l’emplacement du club, les résultats sont prometteurs.

C’est finalement avec la Sampdoria que viendra le salut. Un flirt d’une saison fondamentale pour Zapata, toujours reconnaissant aux Blucerchiati de l’avoir fait évoluer comme le joueur qu’il est à présent. La stratégie Giampaolo paye, les conditions sont enfin réunies pour que Zapata exprime au mieux son football. Rapidité, physique, placement, la panoplie du parfait petit avant-centre est respectée. Encore une fois les buts ne couleront pas à flots mais au fond qu’importe tant l’impact du joueur sur une rencontre grandit un peu plus chaque journée. C’est par un travail acharné que le vitellino finira par se muer en taureau incontrôlable, forçant le destin qui le verra accepter une offre le détachant définitivement du Napoli pour l’emmener à Bergame, dernier arrêt de son voyage dans la grande botte, et pas des moindres !

S’il a toujours affiché une innocence presque candide le rendant vulnérable, la détermination de Zapata – qui en faisait un des attaquants les plus prometteurs de Serie A il y a quelques années – prendra enfin le dessus sur ses propres démons. Son passage à Gênes sera une étape cruciale dans sa carrière car annonciatrice d’une épopée grandiose que l’on évoquera dans un prochain et dernier volet, celle de son amata Dea.

À lire et à relire dans le dossier « Zapata, centenaire historique » :

1 . La naissance d’El Ternero

2 . Le défi de la Serie A, entre hauts et bas

3 . (à venir)

Rafaele Graziano



Derniers articles

Le récap quotidien des actus par email

Calciomio est le seul média français qui traite à 100% l'actualité du foot italien. Renseignez votre email pour recevoir chaque matin un email regroupant les meilleures brèves du Calcio.