Zamparini : mes amis, mes amours, mes emmerdes…

Par Hugo Ledroit publié le 10 Déc 2018

Et oui…Zamparini quitte l’US Citta di Palermo après avoir exercé le rôle de dirigeant et de propriétaire du club pendant 16 ans. L’occasion de revenir sur les meilleurs moments siciliens de celui qui amena Venezia en Serie A avant de connaître le grand amour rosanero.

Le président le plus volcanique d’Italie

Il paraît qu’en Sicile l’Etna est le volcan sicilien le plus actif en Europe, les suiveurs du Calcio vous diront que le Zamparini n’est pas mal non plus. En effet, le président de Palerme a connu pas moins de 28 entraîneurs durant l’exercice de sa présidence. Parmi ces braves hommes des noms assez connus comme Gian Piero Gasperini, Walter Zenga ou encore Stefano Pioli. Certains ont du faire face à l’explosivité du volcan Zamparini c’est la cas de Colantuono qui sera renvoyé juste après la première journée de la saison 2008/09 et remplacé par Davide Ballardini. Ce dernier ne sera pas épargné non plus par son président qui le licenciera dès la fin de la saison en déclarant notamment à son sujet : « Il veut des recrues ? Il n’a qu’à apprendre à fermer sa bouche et à laisser le terrain parler pour lui ! ». L’explosion volcanique se fait aussi ressentir mondialement car en effet Zamparini n’épargne pas non plus le monde du football lorsqu’il déclare haut et fort : « Infantino a été élu président de la FIFA car il a acheté plus de voix que le cheik Ben Salman… ». Parler de volcan Zamparini parait-il exagéré ? Cela se rapproche plus d’un doux euphémisme.

Un homme d’affaires avec une dimension paternelle

Résumer Zamparini à un personnage au fort tempérament serait injuste puisque c’est aussi un président qui a su sentir les bons coups du mercato. En effet, des futures vedettes comme Cavani, Dybala, Sirigu, ou encore Pastore ont été recrutées par le président sicilien et se sont révélées aux yeux du Calcio et du football européen. Un véritable hommes d’affaires puisque ces joueurs évoluent ou ont évolué dans les plus grands clubs européens. Fin négociateur, il n’hésite pas à rembarrer plusieurs fois Berlusconi et Nasser Al-Khelaifi, qu’il appelle « Tonton Nasser », sur le dossier Paulo Dybala. C’est aussi sous sa présidence palermitaine que cinq champions du monde 2006 vont se révéler : Toni, Grosso, Zaccardo, Barzagli et Barone. Une liste de future star qui comprend aussi des noms comme Andrea Belotti ou encore celui de Fabrizio Miccoli arrivé seulement pour 4,7 millions d’euros alors que l’Europe se l’arrachait suite à ses prestations de hautes voltiges en Champions avec le Benfica ! Néanmoins Zamparini n’est pas un homme d’affaires comme un autre, en effet des liens forts se tissent avec ses vedettes. Il intervient souvent pour défendre ses poulains jusqu’à mettre en danger ses relations avec son entraîneur. L’exemple marquant est l’épisode conflictuel entre Cavani et Giuntoli lorsque ce dernier ne titularisait pas l’attaquant uruguayen, Zamparini furieux n’hésite alors pas à menacer Giuntoli de licenciement ! Même quand ses anciens joueurs partent Zamparini est leur premier défenseur ! N’a-t-il pas déclarer un jour concernant Ancelotti : « Pastore n’est pas un flop, Pastore est un phénomène. C’est Ancelotti qui ne connaît rien au football… » ? Bussinessman reconnu dans le milieu, le président rosanero était aussi une sorte de père protecteur et attachant pour ses joueurs.

La Sicile au sommet du Calcio

Sous Zamparini, l’US Citta di Palermo va côtoyer les hautes sphères du football italien avec notamment une finale de Coupe d’Italie en 2011 mais surtout la participation à cinq reprises en C3 avec à la clé un huitième de finale contre Schalke 04 lors de l’édition 2005/06. Une vraie réussite sportive pour le président palermitain qui avait déjà réussi auparavant à emmener Venezia en Serie A. Sous sa présidence Palerme va connaître ses meilleures performances en championnat en arrivant deux fois sixième (en 2004-05 et 2006-07) et une fois cinquième (en 2009-10). Les tifosi rosaneri éprouvent une grande admiration pour celui qui a placé Palermo sur la carte du football italien et qui a surtout démontrer que le football sicilien pouvait exister parmi les grands noms de la Serie A. Ce qui est certain c’est que Maurizio Zamparini laissera une grande emprise du côté des habitués du Stadio Renzo Barbera mais également du côté de tous les passionnés de Calcio car en effet c’est un grand personnage qui quitte la scène du football transalpin.

 

 

Hugo Ledroit



Lire aussi