Vito Mannone : une carrière loin de la mère-patrie

Par Ben Soffietti publié le 29 Déc 2020
Crédits

Dans un pays où les grands gardiens sont légions, Zoff, Pagliuca, Toldo, Buffon, l’actuel portier de Monaco, Vito Mannone, a connu une carrière particulièrement étonnante, en évoluant dans quatre différents pays, mais jamais dans le sien. Calciomio vous amène sur les traces de ce gardien qui a quitté sa terre natale à 17 ans et qui n’a jamais défendu les couleurs d’un club de la Botte.

Londres, le brouillard, les prêts et la Champions League

Si Mannone a exclusivement évolué hors d’Italie, il y est cependant né en 1988, en Lombardie. Après les équipes de jeunes de Juve Cusano, il intègre le centre de formation de l’Atalanta. Ses prestations y sont convaincantes et Wenger, le manager d’Arsenal, dans sa politique de recherche de jeunes joueurs à fort potentiel, s’intéresse à lui. Les Gunners déboursent alors 350 000 livres pour l’attirer en Angleterre en 2005. À Londres, Mannone poursuit sa formation pendant un an puis il est prêté à Barnsley, pour engranger de l’expérience. Chez les Tykes, l’expérimenté Colgan est titulaire et l’Italien se contente de quatre apparitions.

De retour dans la capitale britannique, le temps de jeu de Mannone est famélique, avec une unique apparition en deux saisons. Mais le portier de 21 ans s’accroche et lorsqu’Almunia et Fabianski se blessent tour à tour, l’Italien saisit sa chance. Il enfile ses gants pour un match de Champions League contre le Standard et en dispute cinq de championnat. Cependant, l’éclosion de Szczezny relègue Mannone à la quatrième place dans la hiérarchie et il choisit d’être prêté presque deux saisons à Hull City. Appelé à défendre les couleurs de l’Italie U21, Mannone prend part aux éliminatoires pour l’Euro espoirs 2011, mais le revers en barrages contre la Biélorussie mettra un brutal arrêt à son parcours en Nazionale.

Le nord de l’Angleterre, la lutte pour le maintien et la concurrence

De retour à Arsenal, Mannone, profitant des blessures, enchaîne quatre matchs de Champions League et neuf de championnat. Le portier souhaite désormais trouver un club dans lequel il pourra être numéro un. C’est le moment choisi par Sunderland pour venir frapper à la porte. Mannone accepte de rejoindre le nord de l’Angleterre. Il y retrouve plusieurs Italiens : Borini, Dossena, Giaccherini et l’entraîneur Paolo Di Canio. Sauf que ce dernier préfère Westwood à son compatriote. Heureusement, les mauvais résultats conduisent Sunderland à changer d’entraîneur. Poyet reprend l’équipe et désigne l’Italien comme numéro un. En plus du maintien obtenu, le gardien brille en League Cup. À Old Trafford, en demi-finale retour, Mannone repousse les tirs aux buts de Januzaj et Rafael, envoyant les Black Cats en finale. Une finale malheureusement perdue contre l’autre Manchester, City.

Mais la suite se complique : Mannone perd sa place à cause d’une série de mauvais résultat et huit buts encaissés contre Southampton qui poussent Dick Advocaat à donner sa confiance à Pantilimon. L’Italien retrouve temporairement le costume de titulaire la saison suivante, mais l’année d’après, il regarde du banc l’éclosion du jeune Pickford et la descente de Sunderland.

Après 80 matchs, il rebondit à Reading où il dispute une saison pleine bien que difficile, avant d’être à nouveau relégué sur le banc.

Le rêve américain, le froid danois et le rebond en Principauté

En février 2019, Mannone rebondit en MLS, au Minnesota United, franchise toute récente du championnat. À Minneapolis, il vit un véritable rêve américain. Malgré le niveau relatif du championnat, l’Italien est performant, signant douze clean-sheet en 34 matchs. Même si les Loons sont éliminés au premier tour des play-offs contre le Galaxy, Mannone est élu meilleur gardien de la saison. Mais n’appartenant pas au club américain, il est de nouveau prêté, cette fois, au Danemark, à Esbjerg. Treize matchs et une relégation plus tard, Mannone rentre à Reading où son contrat est terminé.

Le gardien cherche alors un nouveau point de chute et celui-ci se fait près de la frontière italienne, dans la principauté de Monaco. À l’ASM, Mannone arrive comme numéro 3, derrière Lecomte et Majecki. Sauf que la blessure du premier et le manque d’expérience du second propulse l’Italien au poste de titulaire. Aujourd’hui, il vient de disputer huit matchs consécutifs en affichant des performances sérieuses.

La carrière de Vito Mannone ressemble à des montagnes russes, parsemées d’échecs, de voyages, de succès, d’expériences surprenantes. Et à 32 ans, il lui resterait même suffisamment de temps pour revenir en Italie, découvrir la Serie A.

Ben Soffietti

Rédacteur



Derniers articles

Le récap quotidien des actus par email

Calciomio est le seul média français qui traite à 100% l'actualité du foot italien. Renseignez votre email pour recevoir chaque matin un email regroupant les meilleures brèves du Calcio.