Vincenzo Grifo, la nouvelle trouvaille de Mancini

Par Kévin Gasser publié le 15 Nov 2018

Roberto Mancini, aux commandes de la Nazionale depuis le mois de mai dernier, est encore en pleine phase expérimentale. La liste annoncée le 9 novembre le confirme : quatre joueurs intègrent la Squadra Azzurra pour la toute première fois : Pavoletti, Sensi, Tonali et Grifo. Si les trois premiers cités évoluent en Italie, Vincenzo Grifo, 25 ans, figure quant à lui comme la réelle surprise de cette liste. Et pour cause, le milieu de terrain d’Hoffenheim est né en Allemagne et y a passé toute sa carrière.

Convocation surprise

Le nombre de vues des compilations de Grifo ont dû exploser sur la plateforme Youtube. Inconnu des tifosi de Serie A, son cas ne fait pas figure d’exception. En effet, en 2015, Antonio Conte avait convoqué en mai 2015 l’Italo-allemand Daniel Caligiuri qui n’avait jamais évolué au sein d’un club de la botte. Il sortait d’une saison pleine – 10 buts et 9 passes décisives – avec son club de Wolfsburg ayant réussi à terminer 2e de Bundesliga derrière le Bayern Munich. La comparaison avec la convocation de Vincenzo Grifo ne va pas plus loin. Effectivement, le vivier italien est, objectivement, de moins bonne qualité que celui dont disposait Antonio Conte en vue de la préparation de l’Euro 2016.
Vincenzo Grifo n’a disputé cette saison que 355 minutes toutes compétitions confondues malgré sa polyvalence. Il peut en effet évoluer aussi bien sur le flanc gauche que positionné en tant que milieu central ou dans un registre plus offensif. C’est d’ailleurs positionné dans ce dernier rôle qu’il a réalisé son match le plus abouti de la saison : 78 minutes de jeu pour un but et deux passes décisives. L’Italo-Allemand a dévoilé toute l’étendue de son potentiel lors de la saison 2015/2016 en contribuant largement à la promotion de Fribourg avec un total de 14 buts et 15 passes décisives. La saison suivante, Grifo réalise des débuts remarqués en Bundesliga avec 6 buts et 11 passes décisives. Mesurant 1,81m, techniquement à l’aise, pied droit de velours, redoutable sur les coups de pieds arrêtés et les centres, Grifo a tapé dans l’œil des recruteurs du Borussia Mönchengladbach en juillet 2017. Après une saison minée par les blessures, Grifo revient finalement dans le club de ses premières amours, à Hoffenheim, ville située à 60 kilomètres de Pforzheim, son lieu de naissance.

« Italien à 100 % »

Pour ceux qui auraient pu douter son patriotisme, Grifo les a rassurés très rapidement lors de sa première conférence de presse avec la Nazionale : « Je suis né en Allemagne, mais à la maison nous avons toujours parlé italien, je me sens 100 % italien. » Le milieu de terrain offensif avait déjà évolué avec l’Italie U20 de septembre 2013 à mars 2014 : 4 matches pour 1 but et 2 passes décisives. Grifo n’était donc pas un inconnu au fichier des sélectionnables et ce sont certainement des garanties qui ont convaincu le sélectionneur à faire confiance à un joueur à court de compétition. Roberto Mancini n’y regarde pas à deux fois avant de convoquer une nouvelle tête pour constituer son groupe. Depuis sa prise de fonction en mai dernier, le sélectionneur a déjà appelé 50 joueurs. Ce groupe élargi, contraire aux mœurs de son homologue Didier qui privilégie les champions du monde en dépit de contre-performances en club de certains mondialistes (Pavard et Sidibé), donne la chance à des joueurs moins exposés de tirer leur épingle du jeu. C’est notamment le cas de Cristiano Biraghi, qui semble avoir gagné, à 26 ans, sa place de titulaire au poste d’arrière gauche après avoir inscrit le but de la délivrance face à la Pologne (1-0) le 14 octobre. De la même manière, Vincenzo Grifo pourrait bénéficier lors des rencontres à venir d’une fenêtre de tir réduite qui lui permettrait, peut-être, de mettre sa griffe à la reconstruction de la Squadra Azzurra.

Kévin Gasser

Rédacteur



Lire aussi