Verratti sait marquer, Quagliarella n’a jamais oublié. Les enseignements d’Italie–Liechtenstein

Par Loïc Costet publié le 27 Mar 2019

Face à une faible équipe du Liechtenstein, réduite à dix durant tout le deuxième acte, la Squadra Azzurra a fait le job en s’imposant sur un score fleuve (6-0). Huit buts, zéro encaissés… Et donc deux succès en autant de matchs pour l’équipe de Mancini qui lance idéalement sa campagne de qualification pour l’Euro 2020. A Parme, plusieurs noms ont marqué la soirée. Verratti a prouvé qu’il savait marquer tandis que Quagliarella a une fois de plus montré qu’il avait ça dans le sang.

Verratti s’est régalé et il a même marqué

Comme d’habitude, le ballon a collé au pied du petit numéro 6 italien. Mais exceptionnellement, Marco Verratti l’a parfois lâché face au Liechtenstein, juste le temps de marquer un but, ce qui est assez rare pour le souligner. C’est d’autant plus marquant que son petit bijou était une frappe délicatement brossée qui a terminé son chemin dans le petit filet. Juste avant, le petit milieu avait réalisé un joli crochet dans la surface dont lui-seul a le secret. Face au Liechtenstein, Verratti a régalé, félicité par Mancini qu’il l’a décrit comme un « joueur fantastique » après le match. Ce n’est pas une surprise face à un adversaire si faible mais le milieu de terrain a eu le mérite de ne pas se montrer suffisant. Au contraire, il a été offensif et percutant, et celui qui ne tire jamais a même pris sa chance à plusieurs reprises. Après la rencontre, le joueur parisien ne voulait pourtant pas trop en faire : « Je suis très content de ce joli but mais on est surtout très heureux de gagner, il fallait le faire. » On demande à revoir.

Quagliarella s’offre une cure de jouvence…

Tout le monde en rêvait, Fabio l’a fait. A 36 ans et 54 jours, Quagliarella est devenu le plus vieux buteur de l’histoire de la Squadra Azzurra. Il dépasse ainsi Christian Panucci, qui avait marqué à un peu plus de 35 ans. « Vieux », vraiment ? En totale renaissance depuis le début de saison, le buteur italien semble plutôt commencer une seconde vie. Et c’est avec la joie et l’émotion d’un petit jeune que « Quagli » est entré dans l’histoire de son pays mardi soir. L’attaquant de la Samp’ s’est même offert un petit rab de bonheur, en signant finalement un doublé. Deux buts inscrits sur des penalties, et alors ? « Une belle soirée » a résumé le joueur, passeur sur le but de Moise Kean. Pour les Tifosi aussi, grazie Fabio !

… Et des « nouveaux » prennent la relève

Cette Italie en veut et elle a de l’énergie à revendre ! Autour de son buteur expérimenté, Mancini avait fait confiance à d’autres plus « novices ». Buteur face à la Finlande il y a quelques jours, Moise Kean a de nouveau été virevoltant, percutant… Et il a encore marqué ! Un autre Turinois a également marqué des points, il s’agit évidemment de Spinazzola. Titularisé sur le couloir gauche, le latéral été excellent offensivement. Deux passes décisives suites à de jolies percées sont venues récompenser son immense dépense d’énergie. A l’image de son incroyable baptême du feu en Champions League mi-mars, l’Italien semble enfin en train de lancer sa carrière. Sans oublier Sensi qui a confié se sentir « très à l’aise » aux côtés de Verratti et Jorginho. Tellement à l’aise que le joueur de Sassuolo a ouvert le score ! Et bien sûr Pavoletti, qui a vécu une première de rêve en marquant pour ses toutes premières minutes avec le maillot azzurro. Cette Italie a de l’avenir.

Loïc Costet



Lire aussi