Ventura en fin de cycle ?

Par Nicolas Portais publié le 31 Mar 2016
Crédits

ventura

Une saison en-deça

Un lourd bilan chiffré pour une ambiance qui ne l’est pas moins (lourde) : ainsi va (ou ne va pas plutôt) le Torino depuis la fin de l’année 2015. Seulement 2 matchs remportés depuis cette période, face à Frosinone et à Palermo : à la portée de tout le monde est-on tenté de dire. Oui mais voilà, depuis quelques saisons, le Torino ce n’était plus n’importe qui. Des places plus qu’honorables au classement en Serie A, des mercato gérés astucieusement, et une certaine stabilité sur le banc incarnée par Giampiero Ventura. Autant d’efforts et de bonnes dispositions qui semblent loin par les temps qui courent, et une zone du classement quelque peu indigne du standing récent du Toro (soit la 13ème place). Quand bien même il est permis de travailler dans la continuité avec le président Cairo, quand bien même les attentes du début de saison n’étaient pas disproportionnées, la déception est palpable pour tous ceux qui vivent, pensent et mangent couleur grenat. Et s’il est un dénominateur commun à tous les clubs de foot, c’est bien la question de la crédibilité de l’entraîneur en période de crise.

Les commandes ne répondent plus

C’est un fait, Ventura semble ne plus avoir complètement la mainmise sur une équipe qui ne répond plus vraiment sur le terrain, engluée dans un schéma en 3-5-2 qui avait pourtant fait sa force. Jeu trop prévisible, trop lent, et peu tranchant. Défense trop perméable, attaque inconstante. Le message ne passe plus, la mécanique est enrayée, et Ventura ne semble pas avoir les outils nécessaires pour y remédier. La gifle reçue de la part de la Juventus lors du derby della Mole a confirmé la régression constatée depuis des semaines (derby que le Toro était d’ailleurs parvenu à remporter l’an passé). Les rêves d’Europe ne sont plus de mise, et 5 points seulement séparent le Torino du premier relégable Palermo : les tifosi le savent, et ne s’étaient déjà pas privés de faire entendre leur son de cloche en face à face avec le coach lui-même avant le derby. Quoiqu’il en soit, reste dans le même temps une poignée de journées de championnat à disputer (avec un peu plus de conviction si possible), à commencer par un déplacement périlleux sur la pelouse de l’Inter ce week-end, avant un repos estival que beaucoup doivent déjà attendre. Ventura le premier ? Probablement, mais le sujet de son départ vers d’autres horizons est désormais sur toutes les langues. Le natif de Gênes est ainsi annoncé aux quatre coins de la Botte (Lazio, Palermo, on en passe et des meilleurs…), et les noms d’éventuels remplaçants (Prandelli, Stramaccioni) fleurissent de toutes parts dans les médias, alors même que les doutes sur son avenir à Turin n’ont pas été levés officiellement. En reste t’il cependant ? Amenez donc une proposition de la part de la Fédération pour occuper le siège de sélectionneur national qui sera vacant après l’Euro, et ils pourraient ne pas subsister très longtemps.




🔥 Les sujets chauds du jour :

Cesare Prandelli prodige un sage conseil à Gianluca Scamacca

Federico Chiesa pourrait débuter sur le banc face à la Croatie

Coup dur pour l’Italie, Federico Dimarco forfait face à la Croatie

« Après Italie – Espagne, mes certitudes sur l’équipe nationale ont vacillé », Marco Tardelli

« La Croatie le pire adversaire possible », Capello met en garde l’Italie

Avatar

Nicolas Portais

Rédacteur Juventus



Derniers articles