Une AS Roma 2018-2019 à plusieurs facettes

Par Luca Dangréaux publié le 12 Juil 2018

Les vacances d’été et le mois de juillet débutent à peine et le mercato italien est déjà parti dans tous les sens. Celui de l’AS Roma n’échappe pas à l’ambiance générale. Monchi a renforcé son secteur offensif avec Javier Pastore, Ante Coric et Justin Kluivert, remplacé Radja Nainggolan avec Bryan Cristante et apporté de l’expérience (Antonio Mirante et Ivàn Marcano). Ce changement d’effectif implique des nouveautés tactiques et une large possibilité de onzes de départs. Les joueurs considérés comme remplaçants, que sont Diego Perotti, Ante Coric, Stephan El Shaarawy, Lorenzo Pellegrini, Maxime Gonalons, Bruno Peres, Juan Jesus, Ivàn Marcano, Gerson, Grégoire Defrel, Mirko Antonucci, ne seront pas cités mais auront bien évidemment un rôle à jouer, cette saison. Il n’est question ci-dessous que des onze de départ.

La plus attendue

(4-3-3) : Alisson; Florenzi, Manolas, Fazio, Kolarov; De Rossi – Strootman – Pastore; Under, Dzeko, Kluivert

Selon les habitudes tactiques d’Eusebio di Francesco et les principales recrues de l’été, l’équipe-type de la Roma devrait ressembler à cela. Pas de changement en défense, contrairement au milieu, où les trois joueurs sont complémentaires. À De Rossi les tâches défensives, à Strootman le rôle de milieu box to box et à Pastore la créativité offensive. Devant, Justin Kluivert remplacerait un El Shaarawy pas totalement convaincant dans un style très semblable, tout en jeu au sol et en provocation.

L’autre plus attendue (quand Pastore sera blessé…)

(4-3-3) : Alisson; Karsdorp, Manolas, Fazio, Kolarov; De Rossi – Pellegrini – Cristante; Under, Dzeko, Kluivert

Dans ce onze de départ on retrouve Rick Karsdorp et Lorenzo Pellegrini. Ils y remplacent Alessandro Florenzi et Kevin Strootman autour desquels résonnent des rumeurs de départs. L’ancien joueur du Sassuolo, arrivé à Rome l’été dernier, s’est imposé comme titulaire en fin de saison et devrait avoir une vraie carte à jouer. Tout comme Bryan Cristante. Jeune international et déjà expérimenté en championnat italien, le longiligne milieu (1,90 m) aspire à une place de titulaire. La bataille sera rude entre les deux Transalpins mais le potentiel départ de Strootman et les blessures annuelles de Pastore pourraient leur faire de la place.

La plus compacte

(4-4-2 losange) : Alisson; Florenzi, Manolas, Fazio, Kolarov; De Rossi, Strootman, Cristante, Pastore; Dzeko, Schick

Restons sur le milieu de terrain romanista de la saison prochaine, car il y a embouteillage. En l’état, « DiFra » va devoir trouver du temps jeu pour De Rossi, Gonalons, Pellegrini, Cristante, Strootman, Pastore et Gerson. Pas l’équation la plus simple mais qui pourrait inciter le Mister a aligné une équipe avec un milieu en losange. Face à des collectifs bien rodés où lorsqu’il faudra fermer l’axe du terrain, les travailleurs que sont Cristante, Strootman et De Rossi rempliront parfaitement la tâche. Plus haut, Javier Pastore serait aligné dans une vraie position de meneur de jeu. Avec deux attaquants aux profils différents devant lui, sa vision de jeu et sa justesse de passe feraient des malheurs. Le gros point faible de cette organisation, souvent ciblé par les entraîneurs, est le manque de présence sur les côtés à la perte du ballon car les latéraux montent beaucoup pour apporter le surnombre. Il faudra une variante en défense.

La plus osée

(4-1-3-2) : Alisson; Florenzi, Manolas, Fazio, Kolarov; De Rossi; Under, Pastore, Kluivert; Schick, Dzeko.

Alessandro Florenzi est un ancien milieu de terrain et se projette énormément vers l’avant, le pied gauche d’Alexandr Kolarov est capable de tout et les cinq derniers cités sont des talents. Des talents, justement, la Roma 2018-2019 n’en manquera pas. Eusebio di Francesco aura la possibilité d’aligner cinq éléments offensifs dans une équipe extrêmement portée vers l’avant. Under et Kluivert pour travailler sur le côté, Pastore et De Rossi pour s’occuper de l’axe et Schick pour profiter de l’activité de Dzeko, en attaque. Face aux « petites » équipes de Serie A ou quand il y aura un retard de buts à rattraper, pourquoi pas.

Luca Dangréaux



Lire aussi