Un mercato hivernal mitigé du coté du Milan AC

Par Nicolas Bertucci publié le 20 Avr 2021

Le Milan AC est en perte de vitesse depuis le début d’année 2021 cédant sa place de leader à son éternel rival l’Inter avec désormais un écart de 9 points. Les poursuivants se rapprochent même à grands pas puisque l’Atalanta et la Juventus ont respectivement 2 et 4 points de retard sur les hommes de Stefano Pioli. Pourtant le mercato d’hiver semblait pertinent, avec les arrivées de Mandzukic, Tomori et Meité afin d’affronter le calendrier chargé de la deuxième partie de saison.

Tomori, une menace pour Romagnoli ?

Suite aux départs de Musacchio libre vers la Lazio, Duarte en prêt vers le club turc de Basaksehir et de Conti en prêt à Parma, Maldini a jeté son dévolu sur Fikayo Tomori. Peu utilisé par Lampard avec seulement trois petites apparitions et soixante minutes sur le pré en six mois, l’international anglais arrive dans le but de faire souffler Kjaer et Romagnoli. Il présente l’avantage de pouvoir jouer en défense centrale, au poste d’arrière droit et d’être ambidextre.

Profitant des blessures du capitano et du danois il dispose de plus de temps de jeu que prévu et montre qu’il n’est pas venu en Lombardie pour faire de la figuration. Titulaire fin janvier pour le match de coupe contre l’Inter et malgré la défaite des rossoneri il réalise un bon match et dévoile ses qualités. Rapide, dur sur l’homme, bon relanceur il sera reconduit pour le match de championnat contre Bologne quatre jours plus tard. Il enchaîne ensuite les bonnes prestations et s’installe comme un titulaire en puissance au fur et à mesure des semaines au point d’en faire oublier Gabbia et Kalulu.

Malgré son retour de blessure imminent et son statut de capitaine, Romagnoli sait qu’il a désormais deux concurrents sérieux à son poste avec Kjaer et Tomori, situation qu’il n’avait pas rencontré depuis quelques années.

Meite, mi-figue mi-raisin

La paire Bennacer – Kessie s’avère être un double pivot très efficace et Tonali un remplaçant de luxe, mais avec l’accumulation des matchs et les blessures un renfort était attendu. Le choix se porte sur Soualiho Meite, joueur du Torino depuis 2018. Un milieu qui connait le championnat, la langue et donc une adaptation présumée plus facile.

Physique, technique, ses premiers pas sont encourageants mais très vite il montre ses limites. Malgré la confiance du Mister il alterne le bon et le moins bon, coupable de certaines erreurs qui ont couté des points dans la course au titre. On se souvient notamment de ce match retour contre Manchester United et sa faute entraînant le but de Pogba. Un prêt qui ne sera probablement pas reconduit au vu des prestations en dents de scie du franco-ivoirien.

Mandzukic, pari raté

Colombo prêté du côté de Cremonese en Serie B afin de s’aguerrir et avoir du temps de jeu, il fallait donc trouver quelqu’un pour le remplacer numériquement. L’arrivée à Milan de Ibrahimovic s’avérant être un véritable succès malgré les blessures à répétition, les dirigeants ont voulu retenter leur chance avec Mario Mandzukic. Sans club depuis sa fin de contrat à Al Duhail au Qatar, le buteur croate a laissé des beaux souvenirs aux supporters de la Vieille Dame. Capable de jouer sur tous les fronts de l’attaque il pourrait également apporter toute son expérience et sa hargne.

Malheureusement SuperMandzo en quatre apparitions en championnat et une en Europa league, n’a pas trouvé le chemin des filets ni adresser de passes décisives  en 150 minutes. Il passe le reste du temps à l’infirmerie pour des problèmes musculaires payant certainement un manque de rythme depuis les six mois sans compétitions… Un échec à l’heure actuelle donc qui ne permet pas de laisser le géant suédois au repos, et n’apportant aucune véritable solution à ce niveau pour le Mister. Seule consolation, le Croate a refusé de toucher son salaire le mois dernier en raison de sa blessure. Classe.

Maldini sait donc ce qu’il lui reste à faire pour le mercato d’été, d’autant plus que l’équipe devra se renforcer en cas de qualification en Champions League.

Nicolas Bertucci



Lire aussi