Un dragon en Chine

Par Luca Hurez-Unida publié le 28 Jan 2016

guarin-a-pris-une-nouvelle-dimension-a-l-inter_148961

S’il devait y avoir une date à retenir concernant le passage en bleu et noir de Fredy Guarin, le retour de Roberto Mancini sur le banc de l’Inter serait assurément la plus évidente. En ce 14 novembre 2014, le dragon va faire la connaissance d’un entraineur qui voit en lui un top player et n’hésite pas à le clamer à qui veut l’entendre. L’Inter retrouvera les sommets et Guarin en sera l’un des principaux artisans, le triple champion d’Italie 2006/07/08 en est convaincu. Considéré comme un joker par Walter Mazzarri, en atteste ses 2 titularisations sur les 5 matchs dont il a pris part, le natif de Jesi voit autre chose. Persuadé d’avoir trouvé la recette pour rendre réguliers ses éclairs de génie, Mancio le titularise dès son premier match. Cette confiance aveugle sera récompensée par des matchs de très bonne qualité comme contre l’Atalanta, où il est directement impliqué dans les 4 buts de son équipe. Deux coups de canon en dehors de la surface, une passe décisive et un penalty provoqué. Le début de cette saison ne dérogera pas à la règle, Mancini croit toujours en Guarin et son but décisif lors du match aller du derby della madonnina, restera assurément comme un souvenir marquant de la saison interista.

De Smaug à Muchu

L’un des surnoms de Fredy Guarin, autre que le dragon, est Guaro. Un alcool sud-américain. Comme tout alcool, l’abus dissocie la réalité et les très bons résultats acquis par la beneamata serviront de réveil au Mancio, obligé de recouvrer la vue par rapport aux prestations du furtif joueur de Boca Juniors. Le temps de l’ivresse est fini pour le Mister, les flammes que crachait, le desormais ex-numéro 13 interista, n’auront été que trop rares et l’ancien entraineur de Manchester City est obligé de constater son excès de confiance. Comme beaucoup avant lui, il n’aura pas réussi à guider le feu du milieu de terrain. Beaucoup ont cru en l’existence des dragons, Mancini en a fait partie comme bon nombre de supporters de l’Inter. Trop ont du se rendre à l’évidence et admettre la supercherie. Alors que son histoire de 115 matchs avec la maglia nerazzurra se termine teintée de déceptions, le temps jouera certainement en sa faveur et les supporters interisti le remercieront pour ses performances décisives au Juventus Stadium. Que ce soit le match nul de la saison dernière ou la victoire historique sous Stramaccioni. En revanche, l’association des colombophiles de Milan n’est pas prête d’oublier ses enfants tombés sous les frappes du colombien. La suite du voyage de Freddy Guarin s’écrira donc en Chine, pays où le dragon est élevé au rend de mythe, nul doute qu’il y trouvera des adeptes.

Luca Hurez-Unida



Lire aussi