Un départ de l’AS Roma serait-il une mauvaise chose pour Zaniolo ?

Par Julien Ruis publié le 08 Fév 2022
Crédits

« Je ne peux pas garantir que Zaniolo jouera pour la Roma la saison prochaine, personne ne peut le faire ». Cette phrase prononcée la semaine dernière par le directeur sportif de la Lupa, Tiago Pinto, a eu l’effet d’une petite bombe au sein de la Botte. En effet, suite à l’intérêt émis par la Juventus pour le joyau italien (intérêt présent depuis quelques saisons déjà), la direction sportive romaine s’est retrouvée au sein d’un imbroglio interne. Un problème vite résolu par Mourinho, qui compte sur son joueur et qui souhaite une prolongation. Mais une question mérite d’être posée. Un départ de Zaniolo serait-il réellement préjudiciable pour le joueur comme pour l’AS Roma ?

Un positionnement naturel ?

C’est bien évidemment LE sujet à débat concernant Zaniolo. Historiquement, le joueur perfore et est formé au poste de milieu offensif « face au jeu ». Une position de numéro 10 qu’il occupe avec les jeunes de l’Inter et pour laquelle il est recruté dans la capitale. Mais au fil des saisons et des coachs, il dérive de plus en plus sur l’aile droite de l’attaque. Plusieurs facteurs entrent en compte dans ce repositionnement. En premier lieu Roberto Mancini, qui lui offre ses premières sélections et durant lesquelles il cartonne. Pour son plus grand malheur ? Il est évident que le sélectionneur a ouvert la boite de pandore en le plaçant sur la droite de son 4-3-3. L’idée que le milieu pouvait être « modulable » sur le front de l’attaque a alors germé à Rome. Variant les schémas sans numéro dix, les différents coachs l’utilisent davantage sur d’autres rôles que sur son poste naturel. Enfin, le coup de grâce est porté par Lorenzo Pellegrini. L’enfant du club a su s’imposer un cran plus haut sur le terrain, entérinant tout espoir de Zaniolo de quitter sa zone actuelle. Mais ce rôle d’ailier met-il réellement en avant les qualités du numéro 22, ou empêche-t-il un rayonnement qui pourrait être plus important ?

Rome, the place to be ?

En effet, nous sommes en droit de nous poser la question : ce poste convient-il réellement à Zaniolo ? Objectivement, cette saison sous les ordres de Mourinho sert clairement de baromètre. Techniquement, rien ne peut lui être reproché. La qualité du joueur est avérée et son talent permet d’attirer vers lui deux-trois joueurs adverses, libérant de l’espace dans l’entrejeu pour ses coéquipiers. Le nombre de fautes qu’il subit en match illustre aussi le fait qu’il provoque énormément balle au pied. Mais c’est surtout sur l’aspect collectif et tactique que le bât blesse. Collectivement, le joueur peut souvent agacer. Sa volonté de tenir la balle et de vouloir faire la différence seul annihile bon nombre d’occasions. Tactiquement, il a encore du mal à s’ajuster avec son piston droit et doit parfois se faire violence pour prendre la profondeur. Mais ces ajustements à gommer rentrent-ils réellement dans la mentalité d’un élément, qui n’affiche pas une réelle volonté à vouloir perdurer sur ce positionnement? Ses points forts et son rendement semblent endigués par un système mis en place et dont il peine à être l’un des maillons forts, statistiquement parlant.

Le projet ou l’ambition personnelle ?

L’interrogation se pose désormais, agrémentée par les points de vue des différents acteurs de l’équation. Du point de vue de Mourinho, le joueur, qu’il couve et adore, doit perdurer dans son projet voulu pour la Lupa. Lorsque le coach s’est exprimé concernant un possible départ de son protégé hors Serie A, cela était plus une pique envers l’arbitrage qu’un rejet du joueur. La direction quant à elle, se base intégralement sur l’avis du Portugais. Mais elle ne peut négliger l’aspect financier. Zaniolo possède encore une belle côte, malgré de grosses blessures et un physique un peu fragilisé. Si une grosse offre est posée sur la table, la question devra forcément être remise sur le tapis. Une manne financière qui pourrait servir à le remplacer par un élément de métier. Enfin et surtout, quelle est la volonté du jeune italien ? Dans un cocon à Rome, jouant avec continuité et bénéficiant de la confiance du banc, il augmenterait ses chances de faire parti du possible groupe italien pour le Qatar. Mais le joueur est ambitieux, et la nouvelle saison sans Champions League qui s’annonce dans la capitale pourrait bien sonner le glas de son aventure giallorossa.



Avatar

Julien Ruis



Derniers articles

Revue de presse quotidienne du calcio (gratuit par email)

Revue de presse quotidienne du calcio (gratuit par email)

Calciomio est le seul média 100% foot italien. Renseignez votre email pour recevoir un email quotidien avec les meilleures actualités.

Inscription effectuée :)