Turn-over et résultats d’une équipe sont-ils liés ?

Par Fabio Pendolino publié le 09 Oct 2018

Le rapport mensuel de l’Observatoire du football CIES d’Octobre 2018 a étudié la relation entre rotation d’effectif et résultats dans les cinq grandes ligues européennes. L’étude, sur treize saisons (entre 2005/06 et 2017/18), permet ainsi de donner quelques éléments de réponse à une question intéressante dans le football ; pour gagner, est-il plus intéressant de persister avec un onze type ou plutôt d’impliquer un large effectif au long de la saison ?

Deux indicateurs ont été pris en compte pour cette étude : « le nombre de joueurs alignés en championnat sur l’arc d’une saison et le pourcentage de minutes disputés par les onze footballeurs les plus utilisés ». La moyenne est alors de 27,5 joueurs par saison utilisés par les clubs du big-5 par saison.
En analysant les chiffres par pays, les données montrent qu’entre les cinq ligues majeures, ce sont les clubs italiens qui ont utilisé le plus de joueurs par saison (28,85 en moyenne) alors que les clubs allemands en ont utilisé le moins (26,57), toujours sur la période 2005-2018. Le record de footballeurs utilisés sur une saison en championnat vient d’ailleurs du Calcio avec 41 joueurs utilisés par Benevento l’an passé. Le rapport précise alors que « treize des dix-neuf clubs ayant aligné plus de 35 joueurs sur une saison ont connu le même sort [la relégation, ndlr] ». En revanche, les chiffres sont moins parlants pour les clubs qui ont utilisé le moins de joueurs sur une saison, mis à part Mönchengladbach avec 19 joueurs, qui a terminé la saison à la troisième place.

Nombre maximal de joueurs alignés par championnat par club et saison, big-5 (2005-2018). ©CIES

Plus loin dans le rapport, le CIES analyse le pourcentage moyen de minutes de championnat disputées par les joueurs les plus utilisés par l’équipe, et ces chiffres « confirme[nt] les résultats exposés ci-dessus ». La moyenne dans le big-5 est alors de 71,5% de minutes de championnat pour les onze joueurs les plus utilisés (par club, saison et ligue). Cette fois, le total le plus haut est allemand (73,2%) alors que les Italiens et Espagnols ont le total le plus minime (70.3%). L’analyse montre « qu’une forte rotation de l’effectif n’est pas adéquate pour obtenir des bonnes performances. Six des dix équipes dans le top 10 de ce classement ont terminé dernières lors de la saison en question. Deux autres clubs ont été relégués ».

Dans l’autre sens, « quatre champions figurent parmi les dix équipes dont les onze joueurs les plus utilisés ont disputé le plus fort pourcentage de minutes de championnat ». Leicester City (15/16), Chelsea (16/17), le LOSC (10/11) et le Borussia Dortmund (10/11). Le rapport précise alors que « la valeur élevée dans l’absolu a été enregistrée pour Naples lors de la saison 2015/16 » qui a fini la saison à la deuxième place, derrière la Juventus. Un exemple parfait pour parler de cette question.

Sarri v Ancelotti

Le total évoqué plus haut sur la saison 2015/16 du Napoli était de 87.98% de minutes jouées par les onze joueurs les plus utilisés. Maurizio Sarri, alors entraîneur du club azzurro, s’est souvent vu reprocher ce manque de turn-over. Avec 82 points acquis cette saison, 86 l’an d’après et 91 en 2017/18, difficile de critiquer le nouvel entraîneur de Chelsea qui a fini ses trois saisons sur le podium et qui aurait probablement gagné au moins un Scudetto sans cette Juventus largement au-dessus du lot. Sa stratégie en Europe n’était probablement pas celle d’un club visant le top européen mais cela reste un autre débat, les chiffres étudiés n’abordant que les championnats nationaux.

Pourtant, les critiques restent et se sont d’ailleurs transformées en louanges pour son successeur à Naples, Carlo Ancelotti, qui gère son effectif d’une toute autre façon. La Gazzetta dello Sport ajoute ainsi que sur les huit premières journées, Sarri avait utilisé trois fois la même formation, alors qu’Ancelotti n’a jamais titularisé les mêmes joueurs (jusqu’à aujourd’hui).

Nombre de titulaires différentes utilisés (à gauche), nombre de remplaçants différents utilisés (à droite) par Ancelotti et Sarri. ©LaGazzettaDelloSport

Le rapport conclue enfin en expliquant que « le nombre moyen de points obtenus par une équipe diminue progressivement avec le nombre de joueurs utilisés sur l’arc d’une saison. L’écart notable entre les clubs ayant aligné moins de 25 joueurs différents (1,61 points par match) et ceux qui en ont aligné plus de 32 (1 point par match) confirme l’impact néfaste d’un turnover très important ».

Il faut toutefois nuancer cette conclusion avec les classements établis, qui sont loin d’être une science exacte. Si le développement d’une entente forte et d’automatismes est forcément facilité par la mise en place d’une formation titulaire, pouvoir compter sur son groupe entier, rendre tous les joueurs disponibles et ne pas donner de points de référence à ses adversaires peut être une force supplémentaire. Cela suffira-t-il pour empêcher la Juventus de gagner son huitième Scudetto à la suite ?

Fabio Pendolino

Rédacteur



Lire aussi