Top 5 : Les transferts qui ne passent pas auprès des tifosi

Par Gilbert Simonutti publié le 29 Juil 2016
Crédits

Serie A

5ème : Altafini du Napoli à la Juventus (1972)

Devenu une idole du San Paolo en inscrivant 71 buts en 180 matchs et en obtenant une 4eme, une 3eme et une 2eme place au classement, José Altafini quitte le Napoli pour la Juve à 34 ans en 1972. Avec le maillot bianconero, l’Oriundo gagnera deux scudetti en 73 et 75. Lors de cette dernière saison, il inscrira un but contre le Napoli alors que les deux clubs étaient à la lutte pour le titre. Quelques jours plus tard, l’inscription «José core ‘ngrato» apparaît en face du San Paolo. Elle continue de suivre le bon vieux José encore aujourd’hui.

4ème : Lentini du Torino au Milan AC (1992)

Pur produit de la formation granata, Gianluigi Lentini était le joueur que tout un peuple attendait depuis Gigi Meroni, celui qui devait redonner au club de Turin ses lettres de noblesse. Mais les finances du club étaient exsangues et le président Borsano décida de céder aux avances de Berlusconi. Montant de l’offre : 18,5 milliards de Lire. Un record pour l’époque. La presse est scandalisée, les tifosi sont en révolte contre le club et le joueur. L’année suivante, un grave accident de voiture bloquera son accession au Milan AC. Il reviendra même au Toro en 1997.

3ème : Boninsegna de l’Inter à la Juventus (1976)

Avec 113 buts en 197 matchs lors de ses 7 saisons avec le maillot de l’Inter, Roberto Boninsegna a marqué l’histoire du club milanais. Champion d’Italie en 1971, il est également deux fois meilleur buteur de Serie A. En 1976, l’Inter décide pourtant de l’échanger avec Pietro Anastasi, attaquant de la Juve. Un échange que les tifosi nerazzurri n’ont toujours pas compris puisque Bonimba a gagné deux scudetti et une coupe UEFA avec les Bianconeri alors qu’Anastasi quittera l’Inter pour Ascoli après deux saisons médiocres.

2ème : Higuain du Napoli à la Juventus (2016)

« Higuain est un traitre ingrat. » Voila comment le président du Napoli Aurelio De Laurentiis définit l’attaquant argentin après que celui-ci ait signé à la Juve mardi dernier. Les Bianconeri ont payé la clause de départ du Pipita de 90 millions d’euros pour s’assurer les services de celui qui a inscrit 71 buts en 104 rencontres avec les Partenopei en trois saisons seulement. Un coup dur pour les tifosi napolitains qui pensaient avoir trouvé en Higuain le digne héritier d’un certain Diego Armando Maradona.

1er : Baggio de la Fiorentina à la Juventus (1990)

Le 18 mai 1990 restera comme une blessure dans le cœur des tifosi de la Fiorentina. Ce jour-la, Roberto Baggio rejoint la Juventus, ennemi juré des Gigliati. Cette annonce crée une véritable révolution dans les rues de Florence. Le président Pontello est la cible des supporters d’autant plus que les Bianconeri viennent tout juste de gagner la Coupe de l’UEFA en finale contre… la Viola. Une nuit de guerilla urbaine pour la vente d’un joueur de football. À son retour à l’Artemio-Franchi avec la Juve quelques mois plus tard, Baggio se refuse de tirer un penalty que De Agostini ratera. Il mettra aussi autour du cou une écharpe violette envoyée des tribunes.




🔥 Les sujets chauds du jour :

« Nous devons être au même niveau que l’Espagne », Giacomo Raspadori

« Scamacca peut être l’avant-centre dont l’Italie a besoin », Cesare Prandelli

Frattesi nomme deux légendes italiennes comme étant des modèles

Jorginho révèle deux choses dont l’Italie a besoin pour battre l’Espagne

Totti nomme deux joueurs italiens qui auraient pu figurer dans l’équipe de la Coupe du monde 2006

Avatar

Gilbert Simonutti

Rédacteur



Derniers articles