Top 5 : les soldats de l’ombre du Chievo

Par Gilbert Simonutti publié le 20 Sep 2015

chievo

5ème : Nicolas Frey

Arrivé en Italie il y a déjà 11 ans, le frérot de Sébastien s’est fait un prénom en toute discrétion entre Modena et le Chievo. Depuis 2008 à Vérone, il assure saison après saison sans attirer les regards. A 31 ans, il atteint son apogée footballistique et tient le flanc droit de la défense avec efficacité. Devenu vice-capitaine, son contrat a été prolongé jusqu’en 2017.

4ème : Nicola Rigoni

Lui aussi est un « frère de » puisqu’il n’est autre que le cadet de Luca qui fait les beaux jours du milieu de terrain de Palermo. Nicola est revenu à la base après trois ans de prêt en Serie B entre Vicenza, la Reggina et surtout Cittadella. Sa gavetta finie, Maran n’a pas hésité une seconde à le placer en sentinelle devant sa défense dès le premier match et les résultats lui donnent amplement raison.

3ème : Bostjan Cesar

Capitaine de la Slovénie, l’ancien marseillais attaque sa sixième saison au Chievo. Tour de contrôle et régulateur de l’arrière garde des Clivensi, quasiment rien ne passe depuis le début du championnat. Un but refusé et un penalty concédé pour des fautes « borderline » l’ont empêché de devenir le héros de Juventus-Chievo. S’il continue comme cela, ce n’est toutefois que partie remise.

2ème : Përparim Hetemaj

International finlandais comme son nom ne l’indique pas (il est originaire du Kosovo), ce combattant de l’empire du milieu est un titulaire indiscutable pour tous les entraineurs passés sur le banc du Chievo depuis 2011. Il est sorti de l’ombre au Juventus Stadium samedi soir en inscrivant un joli but à Buffon, son premier parmi l’élite. A 28 ans, il est prêt pour franchir un nouveau palier.

1er : Riccardo Meggiorini

Le temps où les tifosi du Torino le surnommaient Peggiorini est désormais bien loin pour ce gaucher formé à l’Inter. Ses prestations avec les gialloblu ont fait taire toutes les critiques à son encontre. Meilleur joueur du Chievo l’an passé, il confirme en ce début de championnat (2 buts en trois matchs). La passe décisive qu’il offre à Paloschi contre la Lazio est tout simplement digne d’un Fuoriclasse.

Gilbert Simonutti

Rédacteur



Lire aussi